Chapitre 15 : Qapla'!

5 1 0
                                              

Les festivités durèrent trois jours durant lesquels l'alcool coula à flot et où l'on entendit jusque très loin les cris et les chants de victoire provenant du castel.

Lorkrod en profita pour récompenser ses allié·e·s et renouveler leurs amitiés.

Kahless participa à la fête malgré ses graves blessures, il disait que l'alcool désinfecte aussi bien à l'intérieur qu'à l'extérieur.

Une fois que tous les blessé·e·s furent soit mort·e·s, soit guéri·e·s, tous les renforts repartirent à leurs occupations.

Kahless resta un moment avec sa cousine, aida les ouvrier·e·s à reconstruire, puis un matin, se prépara à partir.

Lorkrod le remercia pour toute son aide, lui assura une nouvelle fois qu'il serait toujours le bienvenu et tenta de le convaincre de rester plus longtemps.

— Rester ici ne me déplairait pas, mais j'ai beaucoup d'autres choses à vivre et je dois aussi régler quelques affaires avec mon frère Molor. J'ai été heureux de combattre à tes côtés lors de ces glorieuses batailles.

Sa cousine lui offrit un cadeau, de magnifiques canons d'avant-bras en cuir ornés de fins motifs repoussés ; sur le dessus étaient fixés des caractères en métaux précieux formant respectivement à gauche et à droite les mots : ngay' (gloire) et batlh (honneur).

Puis elle le regarda s'éloigner du château avec des vivres dans son paquetage, portant une armure légère, un bouclier dans le dos et un mek'leth à la ceinture. Baigné par les rayons colorés du soleil levant.

À travers l'écran de communication Grelwi' demande :

— C'est fini ?

— Oui pour l'instant, réponds Krivat. Tu a des questions ?

— Non non.

Elle demande alors à l'ensemble des enfants si quelqu'un a une question.

C'est Poukrisharh qui intervient alors :

— Comment ça s'est passé ensuite quand Lorkrod est allée voir les vaincus pour négocier ?

— Très bien, pour la plupart, un rapport de suzeraineté s'est établi. Les vaincus conservaient une part de leur autonomie politique, versaient un impôt à Lorkrod qu'elle utilisait pour entretenir des routes commerciales entre leurs territoires, ainsi qu'un système éducatif pour les enfants et les jeunes.

La petite klingonne acquiesce de la tête.

Krivat signale alors que ce sont toujours Grelwi' et Poukrisharh qui posent des questions, elle aimerait que quelqu'un d'autre intervienne.

You'val se décide alors :

— Qu'est-ce que ça lui apporte d'éduquer les enfants et les jeunes des vaincus ?

— Ahhh c'est une très bonne question You'val, même si l'éducation c'est quelque chose de très important, Lorkrod n'a pas fait ça uniquement par bonté ; ça lui permettait aussi et surtout de former une génération de guerrier·e·s influencés pour accepter sa politique future...

Après quelques autres questions-réponses avec d'autres enfants qui ont enfin pris la parole, Krivat clôture la communication.

Peu après, elle capte un message subspatial de Jaglom Shrek, il a des informations qui peuvent l'intéresser. Pour montrer sa bonne foi, il lui en donne gracieusement une partie : Il y a quelques temps, dans un bar de Deep Space Nine nommé "Chez Quark", il a entendu une conversation entre deux klingons et une trill.

Le klingon le plus âgé avait bu beaucoup de vin de sang, il se vantait d'être en quête du bat'leth de Kahless, à un moment il a sorti une pièce de tissus ayant supposément servi à emballer l'arme et où elle aurait laissé une empreinte. Il voulait confirmer son authenticité et a ensuite affirmé savoir où trouver l'objet légendaire.

Bien entendu Jaglom Shrek réclame une rémunération pour livrer le reste des informations. Il laisse ses coordonnées pour le paiement et assure qu'il enverra un nouveau message, crypté cette fois, avec toutes les indications qu'il possède.

Krivat se hâte de transmettre ces informations à son ami Pègrwi', mais ne répond pas tout de suite à l'Yridien, il faut qu'elle réfléchisse. Elle aime bien avoir son interlocuteurice en face lors de tractations, comme ça elle peut toujours la·le tuer s'iel est roublard·e ; à distance comme ça, Jaglom Shrek pourrait s'enfuir avec l'argent et rester introuvable, surtout avec une somme aussi colossale que ce qu'il demande.

Elle laisse donc la question en suspens le temps d'avoir la réponse de Pègrwi'.

Fatiguée, elle décide de mettre la navette en pilotage automatique et d'aller dormir. Après son rituel habituel, elle s'allonge sur la couchette, toujours aussi dure et inconfortable, mais sombre aussitôt dans le sommeil.

Krivat est réveillée par l'alarme du pilotage automatique de la navette, elle est enfin arrivée sur Neural. Elle se gare dans son hangar personnel et descends de l'engin. Elle pourrait entrer directement dans sa maison à partir de là, mais elle préfère sortir et passer par le jardin.

Une fois dehors elle inspire une grande bouffée d'air frais, s'imbibant de l'odeur de l'atmosphère de cette planète. Une odeur qui dit : "Je suis chez moi". Elle en profite car elle s'y réhabituera rapidement et ne la sentira bientôt plus.

Elle lève les yeux vers le ciel, des nuages gris foncés le recouvre, il se met à grêler, c'est la saison. Krivat ne va pas se mettre à l'abri chez elle. Le tonnerre gronde et un vent de tempête se lève. Krivat reste dehors ; elle commence à pratiquer le mok'bara.

Elle sent les grêlons la heurter violemment sur tout le corps, elle s'imprègne de cette douleur ; elle en prend le contrôle, elle la dirige, la transforme en rage, en énergie.

Le vent souffle avec force, comme s'il voulait la déséquilibrer, Krivat le voit comme un défi ; ça l'oblige à plus de rigueur et d'énergie pour rester stable dans ses mouvements.

Elle continue jusqu'à ce que la grêle se calme, puis rentre enfin chez elle.

À peine ses affaires rangées, elle descend rapidement à la cave pour contrôler la bonne fermentation de ses brassins de vin de sang ainsi que la bonne pousse de ses cultures de gladst.

Elle est toujours en train de s'affairer à la cave quand elle reçoit un court message sur son communicateur : Pègrwi' lui demande s'il peut se téléporter chez elle pour discuter. Elle accepte puis se dirige tranquillement vers la porte d'entrée.

Au moment où elle ouvre, son ami venait de finir de se matérialiser.

— Tu veux boire quelque chose ? lui demande-t-elle.

— Tu sais que j'apprécie particulièrement ton vin de sang, lui répond-il avec un demi-sourire.

Elle le conduit au salon, puis sort une bouteille et deux petites chopes qu'elle dispose sur la table avant de l'inviter du geste à se servir.

Après quelques gorgées et divers compliments de l'invité sur la qualité de la boisson, le duo rentre dans le vif du sujet.

Pègrwi' est prêt à payer la moitié de la somme demandée par Jaglom Shrek. Krivat a besoin de vendre quelques tonneaux pour pouvoir réunir la somme sans se mettre dans un grave embarras financier, mais il lui faudra un peu de temps avant qu'ils arrivent à maturité.

— Ce n'est pas grave, on proposera à l'yridien de lui payer une première moitié pour avoir les informations et le reste une fois que l'on aura pu vérifier qu'elles sont exactes, précise son ami.

— Oui de toute façon il n'est pas question qu'on lui donne l'intégralité de la somme sans prendre de garanties. En parlant de ça. Je préfèrerais qu'on le voit en personne pour le transfert monétaire, dit-elle.

— Mon contact de Deep Space Nine a peu d'informations mais d'après ce qu'il sait le bat'leth de Kahless n'a pas quitté le quadrant gamma, dans tous les cas il faudra donc qu'on se rende sur la station pour passer par le vortex, autant y aller directement.

Ainsi les deux ami·e·s se mettent d'accord. Krivat ayant été absente longtemps elle a quelques affaires à régler avant de repartir en voyage, le départ est donc fixé à plus tard.

qeylIS lorQoD je lut ja' QIvat - Krivat conte : La légende de Kahless et LorkrodLà où vivent les histoires. Découvrez maintenant