Chapitre 14 : Hay'chu'

11 1 0
                                              

En fait l'attention de Krivat est totalement accaparée par ces questions de politique familiale pendant tout le reste de ce mois de séjour, son enquête reste au point mort. Elle part avec sa navette dès la fin de la longue réunion.

Sans la capacité de distorsion d'un Oiseau de Proie, le trajet de retour est beaucoup plus long.

Elle en profite pour envoyer un message subspatial à destination de Jaglom Shrek sur Deep Space Nine et passe le reste du temps à lire.

Une fois à portée de communication directe elle recommence à raconter l'histoire de Kahless et Lorkrod aux enfants.

Lotlhval et Lorkrod se faisaient face, un large cercle s'était formé autour des adversaires ; les armées étaient plongées dans le pesant silence de l'expectation.

Lorkrod était une souveraine respectée, crainte et aimée à la fois. Lotlhval était un général fier et honorable largement estimé par les troupes sous ses ordres, d'autant plus depuis sa dernière action d'éclat.

Aucun signal ne déclenche un duel klingon.

Les belligérant·e·s restaient immobiles à quelques mètres l'un·e de l'autre ; débarassé·e·s de leurs autres armes, le mek'leth au fourreau, leurs yeux enflammés se fixant mutuellement.

Un mélange invraisemblable d'animosité et de respect semblait épaissir l'air qui séparait les deux duellistes.

Ce point dans le temps semblait s'être fixé, plus personne ne bougeait, les guerrie·re·s du cercle retenaient leur respiration, tout semblait immobile, il n'y avait pas de vents, le ciel était uniformément gris.

Une espèce d'harmonie malsaine s'était installée.

Lorkrod brisa l'attente. Elle feinta un début de charge en tapant du pied droit sur le sol, se recula une fraction de seconde puis chargea vraiment. L'air siffla autour d'elle, des vagues concentriques de poussière se soulevèrent dans son sillage. Une odeur de terre séchée se répandit dans la foule. Lotlhval sortit rapidement son arme du fourreau, se mit en garde médiane et attendit immobile.

Lorkrod dégaina et frappa au dernier moment d'un même mouvement en diagonale de bas en haut, comme elle s'y attendait de la part de son adversaire, il se contenta d'esquiver sur son côté droit. Elle inversa sa garde, ce qui eu pour effet d'enrouler son mek'leth autour de celui de Lotlhval et elle pivota sur la gauche.

Un adversaire moins habile que lui aurait été obligé de lâcher son arme, mais il recula son pied droit ce qui lui permit de tendre son bras et de dégager sa lame par un mouvement vrillé.

Suite à cet échange, les duellistes sautèrent d'un pas en arrière puis commencèrent à se tourner autour en changeant régulièrement de gardes.

Cette fois-ci c'est Lotlhval qui prit l'initiative, il entama une série complexe de feintes ne laissant aucun répit à la guerrière jusqu'au coup final, alors que l'arme de Lorkrod venait juste de parer un coup à l'épaule gauche, il lança un estoc à son artère fémorale sur l'intérieur de la cuisse droite. Pour éviter le pire, elle pivota sur le côté, ne récoltant qu'une entaille superficielle sur l'extérieur du membre ; avant de contre-attaquer.

Un grand nombre de coups et de parades rapides s'ensuivirent alors, projetant des étincelles en tout sens. Une odeur de silex frotté monta aux narines de Lorkrod.

Elle se prit un coup de taille dans le ventre, amorti par son gambison et laissant une large éraflure sur les lamelles de son armure. La douleur était tout de même vive et elle sauta en arrière pour esquiver le coup d'après et se remettre en garde.

Lotlhval ne comptait pas lui laisser de répit et lui fonça dessus, elle para son attaque et fit pivoter son arme pour lui asséner un coup de pommeau sur le front.

qeylIS lorQoD je lut ja' QIvat - Krivat conte : La légende de Kahless et LorkrodLà où vivent les histoires. Découvrez maintenant