''When he says those words that hurt you do you read the ones I wrote you''

5.7K 593 28

Dr. Miller – Mes mots vont peut-être vous paraître rudes, mais il va falloir vous sortir de votre mutisme, Mlle. Que vous ne parliez pas, ne mangiez pas, n'arrangera rien à vôtre cas. Je sais que c'est très difficile de se remettre d'une annonce pareille, mais des gens sont là pour vous aider. Je suis là pour vous aider, Julian. Vos parents, toutes l'équipe médicale. On-

Julian – Sortez.

Le psychologue ouvrit la parole mais son regard croisa celui de la jeune fille et il n'ajouta rien, se contentant de sortir. Julian glissa sa main sous son oreiller et en sortit une feuille pliée en quatre. Elle ouvrit, les doigts tremblants.

«  Julian,

La dernière fois que j'ai essayé d'être romantique, je t'ai envoyé un sms disant ''ur a princess'' et tu m'as répondu ''im a queen wtf''. Je me suis dis qu'au moins, avec une lettre, je n'aurais pas de réponse immédiate et que, peut-être, je ne me ferais pas remballer ?

Je n'ai pas eu le coup de foudre. Mon ''petit cœur de badboy'' (comme tu le dis si bien) n'est pas assez tendre pour ça. De toute façon, je n'y crois pas.

Je ne sais pas vraiment ce qui a retenu mon attention sur toi, la première fois. Sûrement un tout. La façon dont tes cheveux étaient coiffés (avec un crayon pour les retenir), ta jupe à fleurs, ta détermination, ta persévérence.

Ce qui m'a fait tomber amoureux ? Oh, je crois que j'ai commencé à t'apprecier quand j'ai vu que tu t'entendais si bien avec mes amis. Et j'ai réellement eu des sentiments envers toi quand tu m'as appelé, ce soir là, le 12 octobre 2012. Ta mère t'avais engueulé par rapport à un devoirs, et tu étais sortie par ta fenêtre. Je suis venue te chercher en moto et on est allé au terrain vague. Tu m'as parlé de ta famille : ton père vraiment cool, ta mère trop sévère, Gwen, la grande sœur parfaite, l'exemple à suivre.

Tu ne devais pas t'en rendre compte, mais tu shootais dans tout les cailloux présents sur ton chemin, sûrement dû à l'énervement. J'ai trouvé ça mignon.

Puis il y a plu. Tu pleurais. Tu crois sûrement que je n'ai pas vu les larmes, grâce à la pluie ? Détrompe toi. Rappelle-toi que je les ai même essuyées, avant de t'embrasser.

Et après ta souris. Pas qu'avec les lèvres, non, mais aussi avec les yeux. Tes yeux pétillaient (de bonheur ? De contentement ? D'amusement ? Que sais-je?) et tu as tourné sur toi même en riant aux éclats.

Et là, mon cœur a fait boom.

Il a commencé à ne battre que pour toi.

Aujourd'hui encore il ne bat que pour toi, et demain aussi.

Je t'aime,

Shawn. xx  »

Elle respira la lettre : son parfum était encore présent.

Il lui manquait tellement.

Je t'aime, murmura-t-elle.

Amnesia s.mLisez cette histoire GRATUITEMENT !