Épisode 6

27 8 4
                                                  


6. Paris
Musique : Burn my shadows – UNKLE


Il faut longtemps à Selim pour se remettre au travail. La discussion avec son frère a foutu en l'air sa concentration, si bien qu'il passe dix bonnes minutes à fixer son écran sans parvenir à comprendre un mot de ce qu'il lit ; il ne sort de sa léthargie qu'au moment où le téléphone n° 1 bipe dans le silence.

Un message d'Alpha. Il est rentré chez lui, dans son grand appartement parisien, et confirme qu'il n'a pas été contaminé. Alpha est l'un des seuls à pouvoir s'en assurer, grâce aux innombrables pouvoirs qu'il possède.

Le Somm ressemble à une malédiction, expliquait-il sur Esoteric Net. C'est pour cela que je pense qu'il s'agit d'une maladie d'origine magique, bien que je n'aie jamais vu ça de toute ma vie.

Le texto lui permet de se reprendre, de remettre un pied dans la réalité. Lyes va bien, se persuade-t-il, il est capable de se dépatouiller tout seul ; en cela, Selim fait parfaitement confiance à son petit frère.

Non, autre chose le dérange, comme une fausse note sur laquelle il ne parvient pas à mettre le doigt, jusqu'à ce qu'il comprenne ce qui le chiffonne : il n'a pas éprouvé le moindre remords à l'idée de laisser Lyes et ses amis se débrouiller. Il a préféré se consacrer à son boulot plutôt que de s'occuper de son petit frère. Il en a honte, souvent, en particulier quand ses parents lui reprochent de trop travailler et de ne pas leur rendre visite autant qu'ils le souhaiteraient. Mais Selim est ainsi fait : il ne peut pas se détourner de la mission qu'il s'est donnée il y a si longtemps. Surtout, il ne peut pas mentir. Ni se mentir à lui-même.

— Allez, bouge-toi, mec, marmonne-t-il.

Il envoie un texto à sa mère pour se donner bonne conscience, puis un second à Taly, la prévenant que Lyes se dirige vers Rouen. La jeune femme lui répond quelques minutes plus tard, ce qui lui fait dire qu'elle utilise son téléphone en conduisant, comme toujours. Ensuite, Selim oublie les uns et les autres et replonge dans l'étude de sa carte de Paris.

Le travail coordonné des sorciers mis sur l'affaire lui permet d'avoir accès à un certain nombre de données et d'informations, comme des manifestations de magie, des témoignages, des voyances, qu'il croise avec ses propres relevés. Juste avant l'annonce du confinement, il a arpenté les rues de Paris avec Alpha et a ouvert sa double vue au maximum afin d'entrevoir le plus de traces possible ; ainsi, il a pris un maximum de notes qu'il lui suffirait de trier ensuite, mais c'était sans compter l'épuisement qui s'est emparé de lui. Il n'a pas eu d'autre choix que dormir les deux jours suivants pour récupérer.

À présent, ces données s'offrent à lui en un maelstrom sans fin de chiffres, d'adresses, et surtout d'images et de sensations. Les empreintes laissées par un esprit lui apparaissent toujours de cette manière, erratique et foutraque, comme si le fantôme avait posé ses souvenirs et ses émotions en vrac avant de disparaître. D'ordinaire, Selim les étudie longuement et interroge les proches de la personne en question, mais il doit désormais faire sans.

Là, il se penche sur le cas n° 23, qui se situerait non loin de chez lui. Il y avait ces traces de lumière sur la porte de l'immeuble, un immense porche fermé par un panneau de bois massif et sculpté. Selim n'a pas eu le temps de mieux caractériser ces empreintes mais, la veille, Alpha a confirmé l'absence d'esprit errant dans le quartier. Ce qui ne peut avoir que deux explications : soit l'on y a apposé une geis ou un sortilège, soit un malade du Somm se trouve dans un appartement du bâtiment.

Par acquit de conscience, il interroge Esoteric Net.

SEL : Sort, sortilège, geis, magie rue Sophie Germain dans le 14e. ? Je suis sur le cas 23. Faites vite.

Quand le soleil s'éteintWhere stories live. Discover now