chap : 47

750 38 9

J'ai des bourdonnements dans la tête. Comment pourrais-je envisager de consentir à tout ça ? Apparemment, c'est pour mon bien, afin que j'explore ma sensualité et mes limites en toute sécurité - ben voyons ! Je ricane. Servir et obéir en toutes choses.

En toutes choses ! Je secoue la tête. Je n'arrive pas à y croire. Au fait, les vœux de mariage ne comportent-ils pas ce mot...

obéir? Je reste perplexe. Dit-on encore ça quand on se marie ?

..... Trois mois seulement - c'est pour ça qu'ils ont été aussi nombreus à défiler ? Il s'en fatigue vite, ou alors ce sont eux qui en ont marre au bout de trois mois.... Tous les week ends ? C'est trop. Je ne verrais plus zayn ni les amis que je pourrais me faire dans mon nouveau boulot, si jamais j'en trouve un. Je devrais peut-être me garder un week-end par mois. Quand j'aurai mes règles, par exemple..... Il sera mon maître ! Il fera de moi ce qui lui plaît ! Bordel de merde. Je tremble à l'idée d'être flagellé ou fouetté. La fessé, passe encore, même si c'est humiliant. Et ligoté... ? Il est vrai qu'il m'a ligoté les poignets et que c'était... enfin, excitant, vraiment excitant. Bon, ça pourrait encore aller. Il ne me prêtera pas à un autre Dominant- y a pas intérêt.

Mais qu'est-ce que je fous à me poser ce genre de question ? Je ne peux pas le regarder dans les yeux. Ça, c'est vraiment trop bizarre. C'est le seul moment où j'ai une petite chance de deviner ce qu'il pense. Sauf que, même à ce momentlà, je n'y arrive pas toujours. Mais j'aime le regarder dans les yeux. Il a de très beaux yeux- captivants, intelligents, profonds, pleins des secrets obscurs. En me rappelant son regard torride, je serre les cuisses. Et je n'aurai pas le droit de le toucher. Là, ça ne m'étonne pas. Mais toutes ces règles idiotes... Non, non, je n'y arriverai pas. Je me prends la tête entre les main ce n'ait pas ça l'amour... Il faut que je dorme. Je suis exténué. Mes expériences érotiques des dernières vingt-quatre heures m'ont vidé physiquement. Et mentalement... mon Dieu, je n'arriverai jamais à débrouiller tout ça. Comme dirait Liam , ça me prend la tête. Qui sait ?

Demain matin, tout ça aura peut-être l'air d'une mauvaise plaisanterie. Je me relève pour me déshabiller. Je devrais peut-être emprunter à zaun son pyjama en pilou rose ?

Je me dirige vers la salle de bains en tee-shirt et en boxer pour me brosser les dents. Je me regarde dans le miroir.

Tu n'envisages pas sérieusement de... Pour une fois, ma conscience ne se moque pas de moi. Quant à ma déesse intérieure, elle sautille sur place en tapant dans ses mains comme une fillette de cinq ans. S'il te plaît, allez, on y va... autrement, on va finir touts seules, entourés de chats et de bouquins. C'est la première fois que je suis attiré par un homme, et il fallait que je tombe sur un cinglé qui trimballe un contrat, une cravache et des tas de casseroles. Enfin, au moins j'aurai obtenu ce que je voulais ce week-end.

Ma déesse intérieure arrête de sautiller et sourit sereinement. Oh oui... articule-t-elle en hochant la tête d'un air suffisant. Je rougis en me rappelant ses mains et sa bouche sur moi, son sexe en moi. Fermant les yeux, je savoure le délicieux tiraillement de mes muscles au creux de mon ventre. Et si je n'acceptais que les clauses « sexe » ? Ça m'étonnerait qu'il soit d'accord. Suis-je un soumis ? Un hyper bottom ? C'est peut-être l'impression que je donne. J'ai dû l'induire en erreur durant l'interview....... Je suis timide, d'accord... mais soumis ?

Je laisse zayn me mener par le bout du nez est-ce la même chose ? Et ces limites à négocier, pour l'amour du ciel..... Au moins, elles restent à négocier, c'est rassurant. Je retourne dans ma chambre. Ma tête explose. Il faut que je fasse le vide - que j'attaque le problème sous un nouvel angle demain matin. Je range les documents incriminants dans mon sac à dos. Demain est un autre jour. Je me couche, éteins et reste allongée à fixer le plafond des yeux. Je regrette de l'avoir rencontré.

Ma déesse intérieure secoue la tête. Elle et moi, nous savons que je mens. Je ne me suis jamais sentie aussi vivant. Je ferme les yeux et sombre dans un profond sommeil, en rêvant de temps en temps de lits à baldaquin, de menottes et d'un regard blru-gris intense. Je suis réveillée par zayn le lendemain.

— Harry , ça fait dix minutes que je frappe à ta porte ! Tu devais être complètement K.-0.

J'ouvre les yeux à regret. Non seulement zayn est levé mais il est déjà allé faire son jogging. Je consulte mon réveil. 8 heures du matin. Hou là ! J'ai dormi neuf heures d'affilée. Je suis encore dans les vapes : — Qu'est-ce qu'il y a ?

— Il y a un colis pour toi. Il faut que tu signes.

— C'est quoi ?

— Je ne sais pas, un gros carton. Allez, lève-toi. Il sautille d'un pied sur l'autre et retourne d'un bond dans le salon. Un jeune homme avec un catogan est debout au milieu du salon.

— Je vais te faire du thé, annonce zayn en disparaissant dans la cuisine.

_ monsieur Styles? Je devine aussitôt qui m'envoie ce colis.

— Oui ?

— Je dois vous livrer ceci, l'installer et vous montrer comment ça marche.

— Vraiment ? Il n'est pas un peu tôt pour ça ?

— J'ai mes ordres, . Il sourit patiemment, de l'air du pro qui ne s'en laissera pas conter.

— Bon, d'accord. C'est quoi ?

— Un MacBook Pro.

— Tiens donc. Je lève les yeux au ciel.

— Ils ne sont pas encore en magasin... : c'est le tout dernier modèle d'Apple. Pourquoi est-ce que ça ne me surprend pas ? Je soupir lourdement.

— Posez-le sur la table.. Je passe rejoindre zayn dans la cuisine. Il a l'air frais et dispos. Lui aussi,  a bien dormi.

— Alors, c'est quoi ? me demande-t-il

. — C'est louis qui m'envoie un ordinateur portable.

— Pourquoi ? Tu sais bien que tu peux utiliser le mien. Pas pour ce qu'il a en tête

— Il me le prête. Il veut que je l'essaie. Mon excuse me semble peu convaincante, mais zayn acquiesce. Eh ben dis donc... Je viens d'embobiner zayn malk' styles. Une première.

Il me donne mon thé. Le Mac est aérodynamique, argenté, doté d'un grand écran. Il est vrai que Louis Tomlinson aime toujours faire les choses en grand - je repense à sa salle de séjour, comme à tout son appartement, d'ailleur.

— Il est doté du système d'exploitation le plus récent et de la gamme entière des programmes, avec un disque dur de 1,5 téraoctet, trente-deux gigas de RAM - vous allez vous en servir pour quoi

— Euh... des mails.

— Des mails ! s'étrangle-t-il. On dirait qu'il va vomir.

— Euh... et des recherches sur Internet ? Je hausse les épaules, gêné. Il soupire.

— Vous avez le Wifi N et je vous ai installé un compte « Me »... Cette petite merveille est prête à l'emploi, pratiquement partout sur la planète

*****

Coucou les filles je suis désolé pour le petit retard ......j'espère que la fiction vous plait toujours............

fifty shades of tomlinsonLisez cette histoire GRATUITEMENT !