¹

60 11 24
                                                  


Moe était affalée dans le siège de la voiture, il était trois heures du matin, la pluie tombait dans un bruit sourd contre le metal, la musique forte sortant des enceinte, mais pas assez pour couvrir la colère qui tombait du ciel, ses longs cheveux blond clair lui tombant sur le visage, un teint laiteux, cigarette au bec, un maquillage léger mais sombre sur le visage, faisant ressortir ses yeux dorés comme la lune lors d'une nuit noire, emmitouflée dans le gilet qu'elle avait volé au garçon avec qui elle avait couché quelques mois de cela, et un anneau argenté au septum.

-Pourquoi tes beaux cheveux d'avant, maintenant c'est de la merde ? demanda blasé le garçon à ses côtés.

-A force de les cramer avec mes clopes, répondit-elle platement.

Un blanc s'installa de nouveau dans le lieu clôt à peine illuminé.

Le garçon referma les yeux, écoutant la symphonie se créant au-dessus lui, par le mélange de deux sons communs.

Lui, avait les cheveux tout aussi longs, attachés en une queue de cheval haute, couleur ébène. Et derrière ses paupières, ses iris avaient le même ton. Son teint était encore plus pâle que celui de sa camarade, et ses oreilles étaient parsemées de divers trous et anneaux, ainsi que son cou et ses poignets de diverses chaines. Il était fin, si fin. Un corps svelte dans un vêtement large.

-Moe, t'as du feu ?

Dans une réponse inaudible, elle lui lança son briquet, et il sortit un paquet de cigarettes de sa poche, qu'il remit à sa place après en avoir pris une.

Il l'alluma mais ne l'apporta pas à sa bouche, comme épris par ses pensées.

-A quoi ça sert d'être beau ?

-A être accepté par la société.

-Oui, mais pourquoi ?

Elle soupira, cherchant une réponse.

-Je ne sais pas moi. Je suppose que ça rassure les gens de se trouver devant quelqu'un dont le physique est agréable à voir.

-C'est stupide.

-Oui.

Le mégot de la blonde se consumait peu à peu, elle dut l'écraser dans le cendrier, et en alluma une autre, qu'elle apporta lentement à ses lèvres abimées.

MOELà où vivent les histoires. Découvrez maintenant