Burger party

223 26 9
                                                  

Hello ! 

J'espère que vous allez mieux que moi. 

Comme tout le monde je suis coincée chez moi, avec en plus probablement le virus donc je suis HS. L'avantage est qu'un pic de fièvre m'a donné cette idée. Je ne sais pas jusqu'où elle ira, on verra bien. 

Prenez soin de vous, restez à la maison, bon courage à tous ! 

Axel. 

----------------------------

Un délicieux fumet s'échappait des cuisines de Darkwood Castle. Les arômes de viandes rôties mêlées aux délicates nuances boisées du charbon récolté dans les vieilles montagnes avoisinantes se diffusaient à travers pièces et couloirs. Les tentures millénaires s'imprégnaient de ces odeurs qui charmaient les papilles des habitants du château.

Dans le grand salon noir, où le cocktail était servi depuis une bonne quarantaine de minutes, les invités immortels se délectaient de cette promesse de festin à venir tout en dégustant les petits fours d'un traiteur local entre deux gorgées de Bloody Elisabeth, subtil mélange de sang d'aristocrate anglais et de champagne, nommé ainsi en hommage à la seconde reine d'Angleterre portant ce prénom.

— Jamais je ne me lasserai de ces tartelettes de foie d'allemand persillé, soupira de plaisir Avanish avant de gober celle qu'il tenait entre ses doigts. Loués soient les disciples, surtout les traiteurs, ces humains sont béotiens d'imaginer être un jour des nôtres mais ils ont leur utilité.

— Je préfère les bouchées à la russe, répondit Svarog, chaque morceau me rappelle la froideur de l'hiver sibérien. Et cet arrière-goût de Vodka est enivrant.

Autour d'eux, le grand salon noir était un hommage à la mort et à la cruauté. Le luxe des sculptures finement ciselées réhaussait l'horreur des scènes présentées. Mises à mort et autres tortures s'étalaient en de fastueuses peintures et fresques sur les murs avec, en maître absolu, Zelyan triomphant sur le monde. Le Diable, confortablement installé dans son château hétéroclite plusieurs fois millénaire, aimait étaler ses œuvres. Son passe-temps favori était de semer le doute dans l'esprit des Hommes et de détourner ceux-ci du chemin de la foi, route pavée de prières et d'actes de bonté, mais pour le moment, il sirotait son cocktail et bavardait, entouré de son premier cercle. Ses lieutenants, exclusivement des loups-garous alpha et des vampires originels qu'il avait personnellement engendrés, formaient un groupe restreint et privilégié d'êtres immortels, et éternellement maléfiques.

Habituellement dispersés aux quatre coins du monde, ils régnaient chacun sur un royaume au tracé soigneusement délimité et avaient pour mission de faire respecter la terreur et d'empêcher par tous les moyens Dieu et ses fidèles de s'étendre. Un dieu que nul n'avait jamais rencontré, Diable mis à part, mais que tout le monde redoutait. Les fils de Zelyan, tel était leur nom, dirigeaient leur famille et leur royaume avec plus ou moins de facilités. Les vampires notamment, avaient une certaine propension au chaos. Cela s'avérait utile dans certaines situations, mais, de manière générale, cela causait plus de tort que de bien. Les complots et coups d'états étaient monnaie courante et il n'était pas rare que l'alpha dût éliminer une partie de sa descendance dans un bain de sang. En conséquence, pour un vampire, ces petites fêtes au château du Diable étaient un répit bienvenu. Répit de courte durée, car les querelles n'étaient jamais loin, mais le Diable était présent et tranchait rapidement la situation et les chairs.

Une douce musique victorienne habillait la pièce de notes légères et mélodieuses. L'ambiance, volontairement classico-gothique, fut choisie avec l'aide involontaire de l'un des ingrédients principaux de la fameuse fontaine de touriste de madame Foots, la cuisinière. Si la majorité des mets étalés sur les vastes tables étaient l'œuvre de l'un des disciples locaux, la présence inopinée d'un touriste belge autour du château avait fourni de la matière première à ne pas gaspiller à la redoutable maîtresse des cuisines. L'homme, grand amateur de voyages dans les Balkans à la recherche de l'insaisissable comte Dracula, emmuré dans son propre château à la demande de Svarog, avait confondu le vampire alpha avec l'objet de ses fantasmes. Quelle veine ! Il visitait le domaine et du comte et voilà qu'il le rencontrait ! Svarog, passablement vexé par cette comparaison avec son fils (filiation directe qui expliquait le maintien en vie du vampire rebelle), avait vu dans cette méprise l'opportunité d'amener un peu de distraction à son père, le Diable. Svarog avait ainsi enduré tout un voyage en avion avec un touriste louant les qualités et vertus de son impertinent de fils et offert l'emo-gothique belge en cadeau à Zelyan.

Lockdown - An Immortels StoryWhere stories live. Discover now