Chapitre 37 - LUI

2.7K 291 39
                                    


— Tu as vu la même chose que moi ?

— J'ai entrevu une succession d'images, ai-je répondu du bout des lèvres.

— Eleanor ! Elle est vivante !

Posant la boule de cristal dans un rayon entre deux livres, je n'ai eu d'autres choix que de briser les rêves de celle pour qui mon cœur battait la chamade.

— La vision était floue.

Oxane s'est de nouveau préoccupée de la sphère redevenu translucide. Les oracles pouvaient être farceurs. Ils ne m'appréciaient pas et savaient que les ailés n'avaient aucun contrôle sur la chaîne divinatoire. Délivrer un message à l'Immortelle était une subtile façon de me montrer leur désamour.

— J'imagine que tu as faim. Allons rejoindre les autres. Certains membres siégeant au Conseil des Archanges souhaiteraient faire ta connaissance.

Me gratifiant d'un regard interrogateur mêlé de ressentiment, Oxane n'a pas jugé utile de prendre mes propos au sérieux.

— Le sort de ta sœur reste un mystère. Je suis incapable de me prononcer pour l'instant, ai-je annoncé d'un ton plus doux. Parfois, les boules de cristal nous montrent ce que l'on a envie de voir. Je suis désolé, Oxane.

Elle ne m'a pas écouté et à récupérer l'objet de toutes ses convoitises.

— Mensonge par omission, frérot, a murmuré Pavel tandis que la jeune femme tournait les talons en secouant la sphère. Tu ne lui cachera pas la vérité longtemps.

— Je ne peux pas lui dire qu'Eleanor...

— ... Que dans le meilleur des cas, sa sœur est passée du côté des faucheurs en gardant un semblant d'apparence humaine ? m'a interrompu Pavel. Sinon expose lui le pire des scenarios dans lequel son aînée est morte en se balançant d'une falaise. Et que les faucheurs l'ont ramenée à la vie et en ont fait une sorte de pourriture de ténébreuse d'Immortelle que nous tuerons ? Faire la peau à Eleanor ? Aucun problème ! Si le sang qui coule dans ses veines a noirci, ça ne me coûtera pas mes ailes.

Pavel m'a tapoté l'épaule.

— T'inquiète. Je m'en charge ! Je vais faire prendre conscience à ta chère et tendre de la réalité. Il faut enlever le pansement d'un coup sec. Un peu comme quand tu arraches une tête : ne pas frémir et ne jamais trembler.

J'ai retenu Pavel prêt à balancer de but en blanc à Oxane une vérité foudroyante. Les détails de la disparition d'Eleanor importaient peu. Elle n'était plus celle que ses proches avaient côtoyée auparavant. Point.

Percevant mon hésitation, Pavel a poursuivi :

— Mieux vaudrait que je lui annonce la nouvelle. Elle me haïra, me maudira. Ça n'ira pas au-delà. Je prendrai un air patibulaire et elle grognera en silence. Si tu devais lui avouer les choses, ton âme sœur serait susceptible de te passer sous la queue.

— Passer sous le nez est plus approprié.

— Nez, queue. Blanc bonnet, bonnet blanc. La conclusion sera la même : pas de parties de jambes en l'air. À moins que tu nous l'aies déjà fécondée. Là, plus question pour elle d'en vouloir au « papa » de son enfant. Mes oreilles ont traîné tout à l'heure, a avoué mon frère sans le moindre remords. Apparemment, tu ne tires pas à blanc. Tu as de sacrés passe-droits. Au moins, l'un des deux Vinci se reproduira, a-t-il jubilé.

Concevoir une planète peuplée des rejetons de Pavel m'a volé un frisson.

— Qu'inventes-tu encore ?

Bleu Magnétique (EN COURS)Où les histoires vivent. Découvrez maintenant