Chapitre 3

6 1 0
                                              


Mary porte un long pull beige sur un jean bleu et a coiffé ses longs cheveux ondulés en un chignon à moitié défait qui laisse échapper des mèches rebelles. Je dois l'avouer : elle est très sexy ainsi.

— Salut beauté, je peux avoir ton numéro ?

Je la vois se retourner en sursautant, les joues rosies. Mais dès qu'elle voit qu'il ne s'agit que de moi, son expression change du tout au tout et elle me donne un coup de poing maladroit dans l'épaule.

— Non mais n'importe quoi, ça t'amuse toujours autant de me faire ce genre de blague au bout de la millième fois ?

— La preuve que ça marche encore ! je ricane. On entre ?

Je passe devant et lui tiens la porte, en bon gentleman. Nous passons commande et allons nous asseoir vers le fond de la salle, à une table libre contre une des immense baies vitrées.

— Alors, dis-moi comment tu as fait pour perdre ton téléphone ? Que je rigole.

— Je courais après une jolie fille et je l'observais tellement en détail que je me suis mangé un poteau. Quand j'ai fini mon footing j'ai...

Je n'ai pas le temps de terminer qu'elle me lance une frite au visage.

— Squi ! Sois sérieux.

— Oui madame. Je ne sais pas, j'ai fait mon footing comme d'habitude et en revenant vers le terrain, plus de téléphone. Je suis retourné sur mes pas mais il restait introuvable.

— Pas étonnant, ce n'est pas le genre de chose qui reste bien longtemps par terre. Tu as pris quoi du coup ?

Je lui tends ma nouvelle acquisition et elle opine du chef, validant l'achat. Sans hésitation, elle compose le code de déverrouillage qui s'affiche à l'écran. J'ai le même depuis des années et à force, elle le connait. Tout comme je connais le sien.

— Il est bien, j'avais hésité à le demander pour Noël mais je le trouvais trop cher. C'est avec ça que tu as posté ta photo à midi ?

— Oui, d'ailleurs j'en ai une nouvelle à mettre que je viens de prendre.

Je lui montre la photo que j'ai prise quelques minutes auparavant et en profite pour la poster sur Instagram. J'inclue une légende simple :

« Le soleil se couche sur NYC. Soirée endiablée ou canapé-télé, vous préférez quoi ? Pour ma part, ça sera fast-food et Netflix. »

Rien d'extraordinaire, mais sitôt posté les petits coeurs viennent inonder mes notifications. Je m'occuperai de ça plus tard. Je sais qu'il est impoli d'utiliser son téléphone à table, mais entre Mary et moi plus besoin de faire de manières.

— Alors Nuts, de quoi voulais-tu me parler ? dis-je en posant mon portable sur un coin de la table et en entamant mes frites.

— Eh bien... c'est gênant, je ne me souviens pas d'avoir déjà parlé de ça avec toi.

Elle rougit. Elle rougit. Pourquoi ?

— Explique-moi, il n'y a pas de raison d'être gênée, tu le sais bien.

Je la rassure. Mary sait très bien que je ne la jugerai jamais.

— Okay, voilà.

Elle rigole nerveusement et prend une grande inspiration.

— C'est au sujet.... de Ben.

À mon regard interloqué elle comprend que je ne sais pas de qui il s'agit.

Destins ÉgarésWhere stories live. Discover now