Critique n°33 : La malédiction de l'amour de vacances

16 1 0
                                                  

Titre : La malédiction de l'amour de vacances

Autrice : June Caravel

Auto-édition.

Catégorie : Romance

Note : 4/5

Nombre de pages : 198 ( sur ReadEra )

Couverture : Très jolie couverture, originale et représentative de l'histoire. J'apprécie beaucoup la façon dont l'avion se glisse dans le décor. Peut-être juste la typo de l'écriture que je trouve n'en impose pas assez à mes yeux.

Résumé : Simple, explicite et attirant, j'adhère complètement.

Contenu : J'admets être plutôt partagée sur cette lecture, en un sens, elle m'a beaucoup plu. Ce n'est cependant pas ce que je m'étais imaginée en parcourant le résumé.

En premier lieu, c'est un récit relativement loufoque et sans prise de tête, on s'amuse énormément à chaque phase de l'histoire même sur des sujets qui ne sont pas forcément drôles sous un certain angle. La plume de l'autrice est dynamique, si bien que je l'ai fini en pas moins d'une journée !

Ce qui m'a réellement conquise dans le scénario, c'est cet espèce de "coup de baguette" qui se transforme en vrai accalmie pour Julia. Qui pourrait penser qu'un ado puisse se prétendre chamane et parvenir à jeter un sort ? Personne !

Là, où cela m'a posé soucis, c'est que j'aurais adoré découvrir Miguel. Ce cousin, semble-t-il, doté de pouvoirs surnaturels grâce à son lien avec les esprits a piqué ma curiosité. Tout du long, j'ai patienté son retour en espérant secrètement qu'elle initierait un processus d'inversement du sort avec elle, puis de fil en aiguille parvenir à les réunir.

M'enfin au-delà de ça, j'ai aimé découvrir ce début de romance dans l'avion et la façon dont la chose a été amené, un peu moins le dénouement. En premier lieu, j'ai trouvé qu'Eric a été trop calculateur tandis que Julia, trop facile à accorder son pardon. Concernant leur courte idylle, il est vrai que ça a été très charnel et hilarant dans certaines situations, toutefois j'aurais apprécié que les deux apprennent davantage à se connaître avant de s'attacher ainsi.

Pour la fin, j'admets que je n'imaginais pas trop les choses autrement. Je reste un tantinet sur ma faim à cause du fait qu'elle soit revenue à son point de départ - serait-ce encore la malédiction qui fait des siennes ?

Côté orthographe, c'était bien en règle générale, il y a juste pas mal de répétitions.

Grosso modo, c'est une lecture agréable qui se lit rapidement. 

Critiques & CoLà où vivent les histoires. Découvrez maintenant