Chapitre 2

3 0 0
                                                  


Le lendemain, j'ai trouvé ma mâtiné un peu trop calme, il n'y avait personne à la maison. Je déverrouille mon smartphone, avec une serviette sur la tête pour sécher mes cheveux, mais je remarque que tous les réseaux sociaux ne s'ouvrent pas. Parfois c'est simplement un groupe, comme Facebook avec What's App et Instagram. Cette fois fois-ci, c'est vraiment toutes mes applications qui ne s'ouvrent même pas. J'envoie alors un message à mon ami Jordan :

" 10:08 – Hey, salut. Je n'arrive pas à me connecter sur les réseaux, t'as une idée du problème ? "

J'ai connu Jordan au lycée, on a eu notre baccalauréat technologique ensemble, par la suite on a continué de se parler. Il fait des études supérieurs dans l'informatique, donc si j'ai un soucis avec mon portable, c'est mieux que je lui en parle. J'entends mon téléphone vibrer et regarde sa réponse :

" 10:09 – Oui Eli, il se passe quelque chose de chelou !! Ce n'est pas que toi, moi aussi j'arrive à me connecter nulle part ! "

" 10:09 – Quoi ??? Même pas sur tes jeux vidéo en ligne ?? "

" 10:11 – Non !! Je viens de réessayer, mais rien ne s'ouvrent -.- "

Ce n'est clairement pas net. On vit dans une époque où tout est connectés, les data centers sont sous l'océan. Alors, comment ça se fait qu'on ait tous ces problèmes ? J'essaie d'appeler ma mère, mais elle ne répond pas. Normalement elle finit son travail à 11 heures, donc je vais devoir attendre encore un peu. Je finis de me préparer en continuant de parler par messages avec Jordan. C'est quelqu'un que j'apprécie plus que je ne l'avouerai. Il ne me montre aucun signe autre qu'amical, mais je ne sais pas, c'est juste qu'à force de lui parler et de le connaître...

" – Il y a quelqu'un ?? "

Qu'est-ce que mon père fait là à cette heure ? Je regarde l'horloge, à force de penser à Jordan et de lui parler il est déjà 11 heures. Mais mon père rentre habituellement à 17 heures.

" – Papa ? " lui répondis-je.

" – Aurore ? Tu as vu ta mère ? "

" – Non, mais elle ne va pas tarder à arriver. Pourquoi tu es là ? "

" - Il se passe des choses dehors... "

" – Des choses ? Quoi comme choses ? "

" – Ne sors pas de la maison ! Je vais aller chercher ta mère ! "

" – Mais papa ! Je viens de te dire qu'elle arrivait ! "

" - Ça ne peut pas attendre Elisabeth ! "

Tout à coup, on entend la porte d'entré s'ouvrir. C'est ma mère qui vient d'arriver.

" – Julia ! Tu n'as rien ? "

" – Robin ? Qu'est-ce que tu fais là ? "

" – Il y a une sérieuse épidémie qui se propage, il ne faut pas sortir de la maison ! "

" – Une épidémie ? Mais on en a déjà vu passer. "

" – L'aspect est totalement différent ! C'est le chahut dans les rues, au travail le patron n'est même pas venu ce matin. "

" – Appelle Elliot et Élodie, moi, je vais faire à manger. "

Il se passe vraiment quelque chose de dangereux alors... Ça craint.

" – Elisabeth, allume la télé. " me dis mon père, tout en composant les numéros de mon frère et de ma sœur.

Je saisis la télécommande, et appuie sur le bon d'allumage. Une chaîne d'info était déjà sélectionnée.

" – S'il vous plaît, rester chez vous ! Des officiers de polices vont venir faire des zones de quarantaines dans le plus de quartiers possibles. Attendez avec le plus de calme possible. "

C'était le journaliste qui parlait. Ma mère regardait, tout en continuant de cuisiner, elle semblait moins apeurée que moi. J'entends mon père qui a réussi à avoir ma sœur, apparemment elle va nous rejoindre. Je ressens une vibration dans mes mains, j'avais toujours mon téléphone.

" – Eli !! "

" – Ça va Jordan ? Mon père vient d'arriver chez moi et a dit qu'il se passer des choses bizarre en ville. "

" – Je regarde les nouvelles. Je pense que je vais aller chercher ma mère à son travail. "

" – Attends la à l'intérieur ! "

Je n'ai plus reçu de réponses, il a dû savoir que je voulais le convaincre de rester chez lui.

" – Ok, Eliott arrive. " dit mon père.

" – Il faut que je fasse à manger pour tout le monde alors. "

" – Julie... "

" – Je n'ai rien remarquer de bizarre moi, la maladie n'a pas encore dû arriver jusqu'ici. "

" – J'espère qu'elle n'y arrivera pas. "

Subitement, nous entendîmes des bruits atroces de moteurs qui proviennent, sans aucun doutes, d'en face de chez nous. Le son de la télévision devient inaudible, et je peine à entendre les paroles de mon père.

" – Je vais voir, je reviens ! "

Avec ma mère, on lui dit non le plus fort que l'on peut, mais il ne nous écoute pas. Il s'apprête à sortir, mais la porte s'ouvre devant lui.

" – Tu pars où ? Tu crois vraiment que c'est le moment d'aller faire un petit match ? " dit mon frère, avec un ton moqueur.

Il était accompagné d'Élodie, d'Anna, et de notre beau-frère, Franck.

" – On vient de croiser les CRS et ils nous ont demandés de ne pas bouger de chez nous. " a-t 'il rajouté.

Construisons Notre AvenirWhere stories live. Discover now