Chapitre 12

3.2K 398 33
                                    

        Peu sûre de moi, je conduisais sur une route sinueuse. D'ailleurs, quelle route ne l'était pas aux alentours de Beaupuy ? En même temps que le paysage sombre défilait, je suffoquais. L'esprit brouillon, j'ai émis plusieurs hypothèses. Peut-être étais-je en plein rêve et que je m'apprêtais à me réveiller.

J'ai freiné un grand coup. Je venais de prendre conscience de la solitude de Marin au beau milieu de vastes paysages. Bien sûr qu'avec ses ailes, il réussirait à rentrer chez lui, mais quelqu'un pourrait l'apercevoir et découvrir sa nature « surnaturelle ». Retournerait-il à sa propriété sous sa forme humaine, les vêtements déchirés ? Qui sait qui il croiserait sur son chemin.

J'ai éprouvé un désagréable sentiment de culpabilité. S'il lui arrivait malheur, je ne me le pardonnerais pas ! Je crois que je tenais à lui plus que je ne me l'imaginais. Sa différence m'effrayait-elle au point de l'abandonner ? J'ai essayé de me reprendre en me répétant qu'il était une sorte d'ange et qu'il saurait se défendre. Pourtant, malgré la peur que générait en moi la transformation soudaine de Marin, j'ai cru nécessaire de faire marche arrière. J'ai roulé sur une cinquantaine de mètres afin de réaliser un demi-tour sans encombre et j'ai repris la route en direction du col de... Clairant. Je n'en ai pas cru mes yeux en regardant le GPS. Le pseudonyme de Marin n'était-il pas Auguste Clairant ? Cela ne pouvait pas être une coïncidence.

Prise d'un brutal mal de tête, j'ai lâché le volant. J'ai eu l'impression d'être frappée par un éclair qui aurait transpercé mon crâne dans toute sa longueur. N'en pouvant plus, j'ai hurlé de douleur. Un cri si puissant qu'il en a certainement réveillé les morts du cimetière du coin.

Ma nuque s'est raidie puis s'est relâchée dans une souffrance telle que j'ai cru mon cou tranché. Ayant levé furtivement les yeux en direction du rétroviseur intérieur, j'ai vu le niveau supérieur de mon visage se déformer comme aspiré par l'air ambiant qui s'était nettement refroidi, à tel point qu'il en est devenu glacial presque irrespirable. Il me brûlait la peau, détériorait ma gorge.

Focalisée sur d'horribles ressentis, je n'ai pas tout de suite compris que la voiture se livrait à un exercice de tonneaux brutaux, destructeurs, voire mortels. Ballottée, j'ai été soulevée de mon siège, secouée dans tous les sens. Retenue par la ceinture, j'ai échappé de peu à l'effet boule de flipper ricochant ici et là.

J'ai vu ma vie défiler au ralenti en même temps que ma tête rebondissait sur l'airbag qui m'empêchait de prendre le volant en pleine face. Le choc m'a paru durer une éternité, jusqu'au moment où le calme est revenu. Une lumière diffuse et clignotante m'a sortie de ma torpeur avant que je ne retombe dans une obscurité totale.

C'est à cet instant que j'ai pris conscience de mon corps contorsionné. La poitrine gênée par la ceinture, respirer était devenu une épreuve. Un autre mal aux abonnés absents depuis quelque temps s'est réveillé. Un sifflement d'abord discontinu puis continu m'a presque atomisée. Essayant de me détacher de mon entrave, j'ai vainement voulu m'extirper de la voiture retournée sur la route.

J'ai crié, hurlé à la mort en espérant que mes tempes cesseraient de s'enflammer en palpitant à une vitesse folle. Secouant la tête, à deux doigts de vomir, j'ai cru entrapercevoir une forme au loin, à travers le pare-brise fissuré de toute part sans être cassé. Si seulement, je parvenais à dégager mes jambes, je pourrais briser la vitre !

Le hic, j'étais vidée. Mes forces amoindries.

— Marin... ai-je peiné à articuler en plissant les yeux pour essayer d'y voir plus clair.

Des chuchotements, des rires suraigus, des hurlements : les voix revenaient me hanter.

Quelque chose éclairé par les phares du véhicule brillait sur la route. Son éclat était d'un rouge assez sombre tirant sur le noir. Que pouvait bien être cette forme qui s'avançait en direction de la voiture accidentée ?

Bleu Magnétique (EN COURS)Où les histoires vivent. Découvrez maintenant