Chapitre 27 - Les vapeurs d'Orichalque

34 6 9
                                                  

Appuyée contre l'un des murs de la petite pièce éclairée au néon, celle qu'Ardillon Glideloquet avait entendu désignée sous le nom d'Élisabeth croisait les bras sur un tailleur de laine violine. Cette fois, elle était revenue en personne, laissant silencieusement inerte l'écran qui surplombait la pièce comme une fenêtre noire. Au milieu de tous les outils et artéfacts d'horlogerie magique étalés sur les tables, il lui trouvait un air de dragon veillant sur un trésor. D'ailleurs, ce qu'elle voulait récupérer en main propre en ce petit matin en était incontestablement un.

Tic, tic, tic, tic.

Au fil des jours, le son de son propre outil dans le mécanisme d'horlogerie miniaturisé lui était devenu insupportable, à lui qui avait pourtant dévouée sa vie aux engrenages, aux montres, aux capteurs, aux pendules, à tous ces artéfacts capables d'égrainer le temps et les Éthers. Sous son coude, reposaient les restes des grandes feuilles qui avaient accueilli la première version de la carte magico-topographique de Lutèce, à présent entièrement blanches et vierges comme si elles n'avaient jamais reçu la moindre ligne d'encre. L'entièreté de l'ouvrage se lovait dorénavant à l'intérieur des rouages de la montre à gousset, sur laquelle il ajustait les derniers réglages de projection éthérique à cristaux.

— Combien de temps encore ?

Cette question, posée d'une voix métallique et intransigeante, l'Inquisitrice n'avait fait que la marteler, jour après jour, depuis qu'il s'était mis au travail. Avait-elle seulement conscience de ce qui allait tomber entre ses mains, ou la demande venait-elle de plus haut qu'elle ? Cette carte de Lutèce allait ni plus ni moins doter ceux qui se désignaient sous le nom de Nouvelle Inquisition d'une vision d'ensemble de la ville occulte où se terraient les sorciers depuis les Persécutions médiévales. De ses portes, de ses contours. Des contractions ou expansions magiques des espaces. Des chatières percées dans les remparts de sortilèges que l'on nommait les Illusions. Et enfin – surtout – elle allait leur permettre une localisation précise... de leurs faiblesses.

Tic, tic, tic, tic.

— Dix minutes, répondit-il, à tout prendre. Si ces ajustements ne sont pas corrects, la carte ne pourra pas être déployée, il faut...

— Accélérez.

— Bien madame.

Malgré cette expression d'obtempération, Glideloquet conserva ses gestes mesurés, comme s'il attendait – ou plutôt espérait – quelque chose. Il poursuivit, dans un silence uniquement traversé par le grésillement des lampes et le bourdon du sang battant à ses tempes. Les bras croisés, feignant de ne pas être avide, sa surveillante rapprochée s'en fut regarder par la fenêtre : de l'autre côté de la chaussée du quai de Gesvre, contre le parapet de pierre, un musicien était en train de s'installer. Au sol, il avait déposé sa casquette plate, comme tant d'autres avant lui, et ouvrait à présent une malle. Élisabeth forçant sa vue à travers la distance. Elle le reconnaissait. Et de son bagage, il était en train de tirer non pas un pipeau, comme lors de son évasion, mais une cornemuse.

— Accélérez, je vous dis !, scanda-t-elle, cette fois sur un ton d'urgence.

Glideloquet releva un instant le regard. Ils étaient là.

- - -

Contre le derrière de Seamus, le muret de pierre lisse était froid. Jeez. Depuis combien de temps n'avait-il pas joué d'un instrument dans la rue ? Depuis la fin de son adolescence, peut-être, où les rues de Galway avaient alors entendu s'élever un son plus joyeux que tous ceux qu'il était devenu capable d'entonner. Plus inoffensif, également. Nonchalamment, il lustra le bois de la chanterelle de son uilleann pipe puis gonfla le soufflet. Quelque part à l'auberge du Chat qui Pêche, Merle se demanderait peut-être où était passé son précieux bagage, en remplaçant ses draps. Il lui était reconnaissant de ne pas avoir fouiné. Car la puissance et la portée de cet instrument-ci étaient incomparables, en comparaison de son tin whistle.

Lutetia - Cycle 1 - La Ronce et le SavonLà où vivent les histoires. Découvrez maintenant