Chapitre 12 - Iro

19 3 11
                                                  

- Je te la fait courte, attaqua Lupa. Y'a un gang qui tient presque tous les types qui ont un nom à Hexe. Les chef-bois, les Marchants ... et j'en passe. Tout le monde à Hexe est dedans qu'il le veuille ou non.

- Donc, toi aussi, conclut Iro.

Il réajusta ses vêtements, arracha ce qui devait être arraché, resserra ce qui pouvait être resserré. Il allait devoir courir vite, et longtemps. Il ne pouvait pas se permettre une chute stupide à cause d'un lacet défait.

- Ouais, je leur dois des sous, mais je vais pas payer une taxe sur mon travail alors qu'ils me donnent rien en échange, non ? Bref, je vous ai suivi pour qu'on m'attaque pas, parce que tu fais un peu flipper quand même ...

Elle épongea sa blessure avec une grande feuille de Rheane poivrée cueillie par Iro - Elys lui avait présenté les propriétés médicinales de cette plante lorsqu'ils étaient entrés dans la forêt, et c'était l'une des seules dont il avait réussi à se rappeler.

- Pas assez, apparemment, grogna-t-il.

- Tu déconnes ? Ils ont attendu qu'il fasse nuit et que tu pionces pour pigeonner ton Maegis après le coup que t'as sorti à Sabre ! Tout le monde en cause !

- Sabre ?

- Petite taille, agressive, se balade avec un mastodonte ?

Iro acquiesça. Il n'avait pas oublié le mastodonte – sa gorge était encore meurtrie là où il l'avait attrapé.

- Et comment tu sais où ils sont ?

- Tout le monde le sait ! C'est juste que personne a le cran ou la connerie pour les attaquer de front ...

- Jusqu'à maintenant.

- T'es vraiment cinglé comme type. Tu veux pas appeler des renforts plutôt ?

Iro se redressa et aida Lupa à ajuster les feuilles de Reahne contre ses blessures avec des tiges souples. 

 - Je vais te porter. Tu me donneras les directions en route.

- Euh ... Ok ... Oua, doucement !

Il souleva Lupa, et l'installa sur son dos comme les grosses poupées d'entraînements au sauvetage de la caserne. Elle pesait moins lourd que celles-ci, et pas vraiment plus que le sac qu'on venait de lui voler. Lupa s'accrocha à son cou et serra les genoux autour de ses côtes – pas le plus confortable, mais il ferait avec.

- Par où ?

- Euh ... là ...

Elle pointa entre deux arbres orangés, et Iro se lança aussi vite que ses jambes et le terrain le lui permettait. Les courses d'obstacles pendant sa formation n'avaient pas été de trop – même s'il n'aurait jamais pensé les rentabiliser pour sauver un Maegis en forêt.

- Et tu disais que j'allais te ralentir ? T'es un monstre en fait, personne est censé pouvoir avancer si vite ! Oha, fait gaffe à la bran-

Lupa resserra la prise autour de son cou au moment où Iro sauta au-dessus d'un arbre tombé. Les yeux rivés sur son chemin, il ne changeait de trajectoire que lorsque Lupa lui indiquait de tourner par un cri étouffé ou un geste de la main. Ses muscles étaient encore douloureux, et il était affamé, mais s'arrêter ne serait-ce que pour reprendre son souffle était hors de question. Il sauverait Elys.

– J'pense toujours que t'aurais du demander des renforts.» pesta Lupa après avoir lui avoir pointé une nouvelle direction. « T'es taré comme type !

Iro répondit par un grognement agacé. Fou ou pas ... Elys avait besoin de lui.

- Là ! Ralenti, on approche. 

Une fleur pour le roiLà où vivent les histoires. Découvrez maintenant