Chapitre 20 - Oblitero

29 7 4
                                                  

Contre le mur hérissé d'échardes qui se tapissait dans l'ombre de l'impasse des Ronces Amères, Merle attendait. Il n'aimait guère rester à découvert à cet endroit, pas plus qu'il n'aimait le vent glacé qui soufflait en ce petit matin de printemps. Partout autour, les bicoques éventrées sifflaient sous les bourrasques qui dispersaient l'odeur âpre des boiseries hors d'âge. Presque invisible dans son manteau noir, sous les traits quelconques de l'homme aux cheveux châtains dont il avait l'air, il scruta les pavés inégaux : l'Irlandais ne tarderait plus. Enfin. S'il n'avait pas d'ores-et-déjà renoncé, ce qui aurait probablement été une bonne nouvelle.

Un craquement se fit entendre, celui de l'air déplacé sous le coup d'une translation. Seamus venait d'apparaître, se fondant lui aussi immédiatement dans la pénombre comme s'il n'avait été qu'un souffle de plus venu de la brise. Il avait beaucoup réfléchi, au cours de cette nuit. Il avait répété encore et encore les mots qu'il choisirait pour s'adresser au maître anamorphe qu'était Landalphon de Nesle. Le changeforme l'attendait déjà sous les sculptures torturées de la masure, et il le salua d'un mouvement de menton respectueux. Il devinait sa présence dans l'obscurité, au milieu de l'omniprésence diffuse de la Lune Noire qui planait sur le quartier, oppressante jusqu'à donner la nausée. Il lui était reconnaissant d'être son guide. Et comme si elle avait parlé pour lui, l'une des tournebrumes perchées sur les ardoises faitières poussa un cri perçant.

— Dans de nombreux pays, ces volatiles sont les messagers du malheur et de la mort, souffla-t-il.

Peut-être parce que les tournebrumes, aussi gracieuses et pures qu'elles furent, appréciaient de vivre dans les milieux les plus magiquement hostiles. Il chercha à croiser le regard de Merle.

— Pour moi, ce sont surtout des oiseaux intelligents, qui savent contempler ce qui est beau... et également prévenir du danger.

— Ne trainons pas, Monsieur Mac Namara.

Non pas que celui qui portait lui aussi un nom d'oiseau n'aimait pas ces considérations ornithologiques, mais il ne souhaitait pas courir le risque que quiconque fasse remonter jusqu'aux oreilles d'Arsenik Philthéon que sa livraison du jour était accompagnée. Il n'avait croisé personne, à l'exception d'un vagabond miséreux, à la frontière des Ruelles Interdites. Il ne s'aventurerait sans doute pas plus loin mais deux précautions valaient mieux qu'une. Il fit un pas, et Seamus l'arrêta d'une pression de la main dont il se dégagea dans un sursaut réflexe.

— Appelle-moi juste Seamus.

Merle cligna des yeux et le regarda, en arrière.

— Ne trainons pas, répéta-t-il. Seamus.

Que Mac Namara fut son vrai nom, il en doutait fortement. En revanche, il n'avait plus aucun doute quant au fait que son prénom était authentique. S'il était un point fixe dans son identité, alors soit. Celui avec lequel il lui organisait une entrevue n'avait plus non plus que ceci pour se rattacher au réel : un nom.

— L'Ébéniste ne peut pas attendre pour recevoir son remède.

Tout en resserrant la bride de sa sacoche, il s'approcha de la porte qui était magiquement scellée pour ne permettre l'entrée que de ceux en possédant le mode de passe.

— Ne lui tournez jamais le dos, entendu ?

Même s'il était venu des dizaines de fois à présent, sa nervosité était intacte. Alors enfin, sur un assentiment concentré de l'Irlandais qui le suivait de près, il énonça :

Honor laudis matris Annae.

Anne, la Patronne des menuisiers et ébénistes ne veillait sans doute plus sur Landalphon de Nesle. Mais son nom sillonnait encore le bois et les loquets qui débloquèrent la porte dans un déclic. Un grincement, et les ténèbres s'échappèrent bientôt de l'intérieur de l'atelier en même temps qu'une odeur plus insupportable que celle de mille charognes. Seamus porta sa main à sa bouche. Merle, lui, semblait avoir appris à ne plus s'en trouver mal, même s'il percevait encore les relents putrides qui chargeaient chaque once d'air respirable. Un à un, les candélabres qui pendaient au mur comme de vieilles branches s'allumèrent. Et depuis l'une des pièces attenantes, au-delà d'une antichambre au plancher défoncé, se fit entendre un son irréel, entre la toux grasse et le gargouillis d'une baignoire en vidange.

Lutetia - Cycle 1 - La Ronce et le SavonLà où vivent les histoires. Découvrez maintenant