Quel logiciel utiliser pour la mise en page?

1.1K 14 0

La mise en page d’un livre de fiction n’est pas différente de n’importe quelle autre. Elle nécessite un logiciel de mise en page, souvent diséignée en France par l’acronyme PAO (pour «production assistée par ordinateur»).

Parmi ces logiciels, trois se distinguent clairement.

InDesign est actuellement le maître incontesté du domaine, autant pour sa puissance que sa facilité d’utilisation. Produit par la société Adobe, dont l’égémonie sur le domaine du graphisme est sans partage, il actuellement disponible par une formule d’abonnement relativement abordable. C’est celui que je vous recomande sans la moindre hésitation.

Quark X Press est l’ancien maître des lieux. Son hégémonie a été mise à mal par son prix excessif et son interface lourdingue et pas du tout intuitive. Même si j’ai reçu ma formation sur ce logiciel, je l’ai très rapidement mis au rancard, comme la plupart des membres de ma profession. Beaucoup trop cher si vous n’avez pas des milliers de livres à mettre en pages.

Scribus est la réponse open source aux deux précédents. Il semble avoir tous les morceaux qu’il faut, mais la version Mac que j’ai testée était inutilisable, ce qui m’empêche de vous le recommander. Il est gratuit cependant, alors vous pouvez tenter votre chance. Attention aux mots de tête toutefois.

Au moment d’écrire ces lignes, il n’existe pas vraiment d’autres solutions. Les autres logiciels de PAO sur le marché n’ont pas les fonctions minimales requises pour un travail professionnel.

Peut-on réaliser a mise en page de son livre avec un traitement de texte?

Non.

Techniquement. c’est possible, mais c’est très clairement un cas où beaucoup de travail vous donnera un résultat médiocre.

Plusieurs sites vous diront le contraire. Remarquez que ceux qui vous disent que oui, ceux qui vous proposent des «templates» pour monter votre livre dans Word et vous donnent force conseils ont tous quelques chose à vous vendre. L’édition à compte d’auteur et l’impression à la demande sont deux champs qui ont tout intérêt à avoir le plus de clients possible car ils ne courent aucun risque. La qualité des livres qu’ils impriment n’a aucune sorte d’importance pour eux, pas plus que les temps et la sueur des auteurs qui leurs confient leur argent.

Un professionnel n’utilisera pas un traitement de texte comme logiciel de mise en page parce que passer plus de temps à travailler et obtenir un moins bon résultat n’est pas une option viable.

Est-il possible de monter un roman dans Word? Oui, tout à fait. Il est possible de le terminer, avec beaucoup d’efforts et de grands risques d’erreurs.

Il est possible aussi de se rendre du point A au point B dans une sous-compacte. L’ennui, c’est que mettre un livre sur le marché n’est pas une simple emplette. C’est une course. Votre sous-compacte peut se rendre au fil d’arrivée, mais quelles sont ses chances de se classer dans le peloton de tête, contre toutes ces voitures de courses?

Outre le fait qu’ils ne sont pas équipés pour prendre en charge les réglages subtils de la typographie profesionnelle, les logiciels de traitement de texte ont une sale manie d’intervenir dans votre travail. Qu’est-ce que c’est que ces paragraphes qui débuttent par un tiret? Des dialogues? Cet abrutit d’utilisateur veut sans doute une liste à puce à la place. Hop! On convertit le dialogue en liste à puces.

Mais le pire, c’est que les logiciels de mise en page gèrent très mal les feuilles de style. Quand ils les appiquent, ils laissent toujours derrière un nombre incalculable d’exceptions, qui sont autant d’eurreurs qu’il faut dénicher, une à une.

Vous avez mieux à faire de votre temps.

Mise en pages d'un romanLisez cette histoire GRATUITEMENT !