Une fée des lumières...

31 1 2
                                    


Il y a bien longtemps, dans une petite ville de notre monde naquit une fillette aux boucles d'or, aux grands yeux bleus et aux petites joues roses attendrissantes. Ses parents étaient très prévenants et le bébé était le plus heureux du monde. Un jour au début du printemps, intriguée par le voile de son berceau qui se balançait au gré d'une bise légère, elle vit un minuscule papillon jaune citron qui voletait maladroitement, les ailes encore un peu lourdes après leur premier déploiement. Le spectacle lui plut et elle partit d'un rire pur et enchanteur. Toute la maison qui était réunie autour d'elle, resta en admiration devant cette enfant qui riait aux éclats et qui gigotait vigoureusement.

Le son cristallin qui s'échappa de cet être innocent, s'accrocha au papillon qui passait par là. Poussé par la brise légère le papillon manqua de tomber mais heureusement le faible poids du rire ne l'empêcha pas de l'emmener loin, très loin par-delà les nuages, vers les deux étoiles du soir. Porté au gré des vents, le papillon traversa une immense mer. Il voleta aux hasards sans but apparent. Puis il vit une île. Il traversa alors des bois et des prairies inconnus et commença à avoir peur de s'être perdu. Il voulut faire demi-tour avant d'être épuisé mais contre la bise, il était impuissant, ses ailes étaient bien trop faibles et la fatigue le gagnait. Il n'avait pas mangé depuis trop longtemps maintenant. Après quelques battements à contre-courant, il se laissa aller, un peu peureux. Le sol sous lui se remplissait de fleurs et le délicat parfum de celles-ci lui fit progressivement oublier ses peurs. Il serait bien ici, il ne manquerait pas de vivre. En chemin, il croisa un être drapé de pétales violets, possédant de longues ailes de libellules transparentes et de longs cheveux blonds. L'être était à peine plus grand que lui. Il lui murmura gentiment :

« Viens par là mon beau. N'aie pas peur. Tu nous apportes un bien très précieux. Viens. »

Il ne comprit pas ce que voulait dire les sons Rassuré le papillon suivit le petit être de gentillesse jusqu'à un immense arbre aux branches luxuriantes. De son tronc coulait une cascade de délicates perles jaunes scintillantes. Jamais dans sa courte vie de papillon, il n'avait rencontré un tel phénomène. La chaleur que l'arbre dégageait le comblait. Lorsqu'il se posa près du lac que formait l'étrange pluie d'or, il s'aperçut qu'une multitude de petits êtres ailés s'étaient posés près de lui et le regardait avec beaucoup d'attention. Apeuré par tant de paires d'yeux rivés sur lui, le papillon voulu s'envoler mais un nouvel être apparu et subjugué par tant de grâce, il resta posé en admiration. Les ailes palpitantes, il ne montrait aucun signe de vouloir décoller. Devant lui apparue la Reine des Fées. Elle posa sur lui un regard empreint de douceur. Légèrement plus grande que les autres, elle était entièrement vêtue de cette poussière dorée qui irradiait sans cesse. Elle possédait de longs cheveux roux relevés dans un chignon impeccablement tenu par un diadème.

La fée arrosa le petit papillon de cette poudre mystérieuse et l'animal se sentit disparaître, s'endormir pour un long repos bien mérité après toutes ses péripéties. À la place, un nouvel être venait de naître. Une fée, aux traits fins et au regard pétillant, se releva, couverte dans les ailes du papillon qui lui faisait une petite robe de fortune.

« N'aie pas peur, chère petite fée, commença la reine. Bienvenue dans notre vallée. D'un rire pur tu es née. Par la plénitude tu as été emportée jusqu'ici. Puisses-tu devenir une grande fée. »

Devant les yeux émerveillés de la nouvelle venue, des champignons apparurent du sol et sur chacun d'eux une fée vint poser un objet. À peine eût-elle posé les yeux sur la sphère de lumière qu'elle se mît à resplendir d'une lumière vive et chaleureuse.

Une clameur parcourut l'assemblée de petites fées. La nouvelle ne comprit pas ce qu'il se passait. Était-ce bien ? Ou mal ? Pourquoi ces objets ? Intimidée, elle n'osa pas demander des explications. Les champignons disparurent aussitôt.

« Tu seras une fée de lumière, lui apprit alors la reine, on te nommera Clarion. »

Ainsi naquit une petite fée, curieuse et douce.

Fairy Tale LoveOù les histoires vivent. Découvrez maintenant