Chapitre 1 - Lexa

53 5 2
                                    

« - 10 couronnes si le blondinet au bout du bar t'embrasse avant le lever du soleil !

- Tu n'as pas envie de jouer à ce jeu Valerio ! »

Je ris mais je sais déjà que je vais tenir le pari. Le garçon est plutôt agréable à regarder mais il semble timide. Peu importe, je sais comment dépasser cette limite. Je n'ai aucun doute quant à ma capacité à séduire ce garçon. Il pourra me tenir compagnie pour le reste de la soirée. Ce soir, nous rentrons de la chasse et nous avons décidé de faire halte dans la taverne d'un village sur notre chemin. Les villages présentent toujours des avantages face à la capitale. Tout d'abord, rares sont ceux qui me reconnaissent. S'ils se rendaient plus régulièrement en ville, je ne passerais pas aussi inaperçue mais la plupart sont de simples paysans. Ensuite il faut bien admettre que personne ne sait aussi bien faire la fête que les villageois. Ils ne se soucient guère des apparences, du qu'en-dira-t-on. Ils vivent tout simplement et c'est cette vie qui m'intéresse, loin de la noblesse, de ma famille et de mes devoirs.

« - Bah, renchérit Valerio, je prends le risque mais pour une fois j'ai plutôt confiance. Mon poulain ne me décevra pas !

- Cours toujours ! Tu ne gagneras pas, comme d'habitude ! Tu es sûr que tu ne veux pas que ce soit toi que j'embrasse ? »

Je lui fais mes yeux de biche et me rapproche dangereusement de son visage. Rien ne me fait tant rire que de taquiner Valerio. Je sais qu'entre nous jamais rien ne se passera mais malgré tout, j'aime le voir vaciller, mettre sa main dans ses cheveux cuivre d'un air embarrassé. Cela fait bientôt dix ans que Valerio a compris qu'aucune fille ne saurait gagner son cœur, à notre plus grand désespoir. Je me plais à lui faire croire que je n'ai jamais rien ressenti pour lui mais il fut un temps, je n'avais que 15 ans alors, ses sourires en coin, ses yeux pleins de malice et nos longues discussions faisaient battre mon cœur. Je crois qu'il ne s'en est jamais douté. C'est en toute innocence qu'un jour il me confia éprouver des sentiments pour un compagnon d'arme et c'est tout naturellement qu'il s'était confié à moi, j'étais et je suis toujours sa meilleure amie. Mais ce jour-là mon cœur d'adolescente s'est brisé. Mon premier chagrin d'amour. Mais j'ai ravalé ma peine en toute bonne Durris que je suis. Ne montre pas ta douleur, ne montre pas ta colère, reste impassible, la tête haute, le dos droit. Mère serait fière de moi ! Valerio et moi nous connaissons depuis que nous sommes enfants, nous avons joué ensemble, étudié ensemble, combattu ensemble. Il en fallait plus pour me séparer de lui. Je n'ai jamais eu de plus fidèle ami... sauf Mira.

Je le regarde intensément et il lève les yeux au ciel.

« - Je ne bois pas de ce vin là...

- Ah Valerio ! Toujours à tomber dans mes pièges ! Tu crois que je ne vois pas tous ces regards jetés discrètement à Tamys ? Tu veux que je lui souffle un mot à ton sujet, je suis sure qu'il n'est pas aussi indifférent que tu le penses !

- Pas si fort ! » Me dit-il en plaquant subitement sa main sur ma bouche. « Va plutôt chez Mr Bouclettes et on parlera de mes prétendants plus tard ! J'attends mes dix couronnes !

- Haha ! Prépare plutôt tes pièces ! Tu rentreras plus léger ce soir ! »

Je détache mes cheveux, ils tombent en cascade sur mon dos. Je me mords les lèvres pour les rendre plus rouges et rejoins le jeune homme d'un pas léger. Ses yeux se posent sur moi furtivement. Il m'a repérée mais fait comme si de rien.

Je l'observe en m'approchant. S'il n'était pas avachi sur lui-même comme pour se faire tout petit, bien des filles tomberaient à ses pieds. Ses boucles dorées enserrent son visage comme une couronne. Il a des yeux vert émeraude et des taches de rousseur sur le nez et les pommettes. Les muscles de ses bras se dessinent distinctement sous sa chemise et ses mains puissantes sont fermées sur sa bière. Il est agrippé à elle comme à une bouée de sauvetage.

Kingdom of Stars and NightmaresLà où vivent les histoires. Découvrez maintenant