Chapitre 14 - Fluctuat nec mergitur

31 7 5
                                                  

Sur le ciel ourlé de nuages de pluie, la Maison de Malebrumes se dressait, semblable à un grand vaisseau de pierre ciselée. Reconstruite au quinzième siècle par le Patriarche Eraste, elle avait gardé des accents de Gothique Flamboyant réfractaires à la modernité, elle qui tournait son porche vers les Ombres, sur la rue Vieille du Temps. Silencieuse et impénétrable, elle semblait veiller sur ces quartiers sinueux dans les fines gouttes d'eau, comme un œil immense qui en aurait sondé le moindre mouvement. Pénétrant les façades des maisons bourgeoises des Grands Noms comme celles des immeubles modestes des Faubourgs attenants au Quartier des Parias. Seamus leva le regard vers ses hautes fenêtres à meneaux, puis resserra les pans de son manteau et enfonça sa tête dans ses épaules. La pluie redoubla. A l'intérieur de sa tête, ne sonnait plus qu'une ancienne comptine, dans sa propre langue. Ní hé lá na báistí lá na bpáistí. Un jour pluvieux n'est pas un jour pour les enfants.

Telle était-elle, la demeure de ceux qui avaient fait Lutèce pour moitié, depuis près d'un millénaire. De cette lignée de Malebrumes qui s'était diluée dans les familles bourgeoises des Ombres, et dont le nom devrait mourir avec le Patriarche Coriolan. Le recevrait-il en personne ? Que le laisserait-on entrevoir de cette magnificence que l'on disait contraster avec les ruelles les plus démunies ? Lui laisserait-on son pipeau ? Seamus cessa de réfléchir. Quelques pas, et il se hissa devant l'entrée qui s'ouvrait – fort rarement disait-on – sur de telles visites. Lui, avait été « invité », même si de « convocation » il aurait été plus approprié de parler. Là, il observa la lourde porte de bois sur laquelle s'accrochait la bruine : en son centre, était serti un artefact circulaire pourvu d'un diaphragme de métal, pour le moment fermé. Il prit une profonde inspiration. Et enfin, sous le regard de quelques petites gargouilles de pierre qui se tordaient le cou pour mieux voir, il manipula le heurtoir.

Il y eut un déclic et le diaphragme s'ouvrit d'un coup, comme l'œil d'un reptile que l'on aurait réveillé. Au-dessus du métal, apparut un orbe de pierre noire semblable à de l'onyx. Brillant, lisse, pur, capable d'attirer inexorablement le regard placé à sa portée. D'abord, ce fut un pincement que Seamus sentit, au niveau occipital, et il porta sa main à la base de sa tête tandis que les Éthers se mettaient en mouvement en lui. S'il tenta un instant de résister, il comprit toutefois que c'était vain. Ce judas n'était pas ordinaire : il était tissé de la magie de l'âme la plus implacable et la plus subtile à la fois, celle qui s'apprêtait à le sonder jusqu'au plus profond de son être en quelques convections de Lune Noire. En un instant, l'intrusion de l'artéfact fut partout, violant toutes les barrières de ses défenses psychiques. Il le sentit sonder sa mémoire, ses aspirations, ses intentions, dans un vortex de ressentis qui le fit vaciller sur ses pieds. Enfin, pourtant, la présence intrusive se retira comme une longue mèche. Devant lui, tandis que lui venait une formidable nausée, la porte s'ouvrit dans une détonation sourde.

Celle qui se tenait là, dans une entrée de pierre de Lutèce éclairée par un seul candélabre massif, était une femme de quelques cinquante années, aux traits métissés et à la peau de cuivre mat. Sa large taille cintrée dans une robe de dentelles anthracites, elle était coiffée d'un chignon haut que l'on n'aurait su qualifier ni de brun, ni de gris. Inflexible et froide dans un parfum de vétiver, elle le considéra. Et tandis que ses esprits redevenaient assez clairs, Seamus parvint à l'identifier. Candra de Farge, l'Intendante actuelle de la Maison de Malebrumes, dont la réputation n'était plus à faire ni à Lutèce ni à l'étranger. On la disait animorphe, capable de se changer en corneille, et dévouée à servir la lignée dont elle était une cousine, par toute la virtuosité de ses talents. Elle le fixa un instant, puis elle lui adressa d'une voix qui laissait deviner combien de cigarettes de belladone elle avait fumées dans sa vie :

— O'Riordan. Vous êtes attendu.

— Dorénavant, on me nomme Mac Namara.

— Peu importe. Vous êtes ce que vous êtes.

Lutetia - Cycle 1 - La Ronce et le SavonLà où vivent les histoires. Découvrez maintenant