130.Adam

168 13 0
                                          

Dans mon sommeil, j'ai rêvé de son sourire. 

Bon, en réalité, c'était plutôt ce matin parce que je me suis endormi à l'aube, vers cinq heures. J'ai passé une bonne partie de ma nuit avec elle et c'était le plus beau Noël que je n'ai jamais passé, il faut se le dire. Je ne me souviens plus très bien comment ça s'est terminé, disons que c'est un peu vague, j'étais fatigué. Je crois que je me suis un peu ouvert après lui avoir offert mon cadeau, je lui ai dit ce que je pensais de moi. Je ne me souviens plus mot pour mot, mais j'ai dû lui parler de choses personnelles parce que je suis le genre de mec à ne plus très bien se contrôler lorsqu'il est fatigué. Mais ce n'est pas grave parce qu'il s'agit d'Ezra et que je peux tout lui dire, je n'en doute pas une seule seconde.

Après, je crois qu'elle m'a raccompagné chez moi parce que je devais m'assoupir sur le pont.Et puis je viens de me réveiller avec cette image de son sourire qui trotte dans ma tête et n'en sort plus.

C'est dingue. 

C'est complètement dingue. Mais je n'arrive pas à penser réellement à autre chose, il y a toujours ce moment qui me revient à chaque fois que ma pensée s'égare, comme s'il était gravé quelque part dans mon cerveau, comme si j'avais photographié son visage et que je ne pouvais plus me détacher du cliché. Ça m'obsède d'une telle force... elle se contente de vivre, c'est déjà bien. Hier soir, c'était une toute nouvelle Ezra. Je me demande comment elle était quand elle était enfant, je n'y ai jamais réfléchi mais peut-être qu'elle était tout aussi renfermé. Du genre, la gamine qui s'assoit sur un banc dans un parc et qui regarde les autres s'amuser ensemble. Peut-être bien qu'elle était la môme transparente comme un fantôme, un invisible, un oublié, un peu perdu au milieu de tout le grand monde à écouter les rires des autres, les jeux, les cris, la joie qu'on lui balance comme ça sauvagement à la figure.

Peut-être bien qu'elle était toute seul, Ezra. Toute seul avec son ours en peluche, tout seul sur le banc du parc. Avant que je fasse parti de sa vie.Hier elle à  plongé ses yeux dans les miens, ce genre de truc qui me fait frissonner à chaque fois.Et elle a éclaté de rire. Je ne sais plus vraiment pourquoi, mais je ne m'y attendais tellement pas que j'ai dû rester bloquer sur elle comme si elle s'était transformé en je ne sais quoi. Je suppose qu'elle ne doit pas avoir conscience de ce qu'elle dégage quand elle sourit. Une sorte de, je ne sais pas. Une étoile à elle toute seul. Une petite lumière qui brille faiblement dans la nuit froide de Décembre. C'est qu'elle est sacrément belle, Ezra.


Elle a ce qu'on appelle la beauté facile. 

Je suis avachi sur mon lit, je regarde la neige tomber dehors à travers la fenêtre, et je m'arrange pour garder mes paupières closes de temps à autres juste pour le plaisir de retrouver Ezra et son sourire miracle qui rend heureux et qui déstabilise.


Je n'arrive pas à me lever. Je suis trop bien dans les couvertures, c'est chaud, agréable, et tout doux. Et puis je n'ai pas envie de rejoindre les autres , parce qu'ils vont m'engueuler, me poser un tas de questions et me demander de l'aide pour ranger le salon.Je n'ai pas ouvert mes cadeaux de Noël.

De toute façon, je doute fort d'en avoir cette année parce que j'ai posé un lapin à ma famille pour Noël. Je suis sûr qu'ils m'ont cherché dans toute la maison. Ils ont dû trouver une excuse, dire que j'étais parti rejoindre ma petite-amie-parfaite pour lui souhaiter de joyeuses fêtes ou aller acheter quelque chose et que j'avais dû me perdre en chemin, que je reviendrai par moi-même, une connerie de ce genre. 

Le problème c'est que je ne suis revenu qu'à cinq heures du matin. 

La maison était toute silencieuse, les oncles et tantes étaient rentrés chez eux, certains occupaient les chambres d'amis et dormaient paisiblement, mon beau-père et ma mère devaient ruminer et tourner en rond dans le salon en attendant que je rentre. Sauf que je suis passé par la fenêtre de ma chambre que j'ai escaladé, comme tous les soirs, et ils ne m'ont pas entendu. 

Juste entre amoureux |●TERMINÉELà où vivent les histoires. Découvrez maintenant