Chapitre 6 - Iro

29 4 12
                                          

Très exactement située à quatre jours de marche, la silhouette de la ville d'Aradhis était aussi grande qu'une miniature dans un livre de géographie. Ses tours découpaient dans le ciel invariablement bleu une dentelle ocre, clairsemée par la fumée des cheminées des ateliers et des habitations. Une nuée d'oiseaux survola les plaines avant de s'abattre dans un champ, et une autre nuée s'en éleva aussitôt quelques mètres plus loin. Le chant sec du vent se mêlait à celui, plus féroce, de la rivière qui serpentait entre les hautes herbes. Assis sur un rocher qui surplombait le sentier, Iro laissa son regard se perdre dans les détails des plaines, et au-delà.

- Et la colline, là-bas ?

Iro pointa un monticule à l'est, à plusieurs pouces – jours de marches – de là où les derniers champs s'arrêtaient. Elys tourna ses yeux blancs vers la silhouette, et ses oreilles frémirent. Iro n'était pas encore capable de différencier les causes de ces frémissements, mais une chose était sûre, ils n'arrivaient jamais lorsque le Maegis s'ennuyait.

- Oh, c'est Pierremêle, la ville naine. Elle est absolument gigantesque mais tout se trouve majoritairement sous terre ... il y a tout de même des milliers de plantes et de champignons assez fascinants. Beaucoup qui n'ont pas encore été répertoriés, d'ailleurs !

L'enthousiasme d'Elys arracha un sourire à Iro. Il savait que s'ils avaient eu à passer dans la ville souterraine, Iro aurait eu droit à un cours d'introduction sur les modes de survie des plantes en milieu obscur ... et il aurait été d'accord pour l'écouter pendant des heures. Mais pour la suite de leur voyage, ils devaient suivre la rivière jusqu'au prochain gué et rejoindre Hexe, la ville avec la plus grande population de faunes des mondes connus.

- Pourquoi ne pas aller faire des recherches sur les champignons de Pierremêle ? » demanda Iro en attrapant quelques fleurs dans le panier de cueillette du Maegis. « C'est un peu moins loin ...

Elys secoua la tête.

- Et rester sous terre pendant plusieurs mois ? Pierremêle est une très belle ville, mais j'ai mes limites. Et puis, je ne peux pas non plus aller étudier ce que je veux, il faut que je trouve cette fleur, ordre du roi !

Il mâchonna une des fleurs du panier, son air rieur légèrement effacé. Ordre du roi ? Iro était persuadé qu'Elys avait seulement parlé de vouloir en faire un cadeau, pas que c'était une mission officielle ... et pourquoi le roi s'intéresserait autant à une fleur inconnue des forêts du nord ?

- Tu ne travailles pas pour l'Académie ?

- Si si si, bien sûr ! s'empressa de répondre Elys avec un rire. Seulement pour l'Académie, seulement pour l'Académie ... le roi est un peu intéressé par nos recherches, c'est tout. » Il fouilla dans son sac pour examiner son pot à graines. « Il va nous en manquer assez vite, non ? Il va falloir passer dans le prochain hameaux pour en reprendre.

Iro savait reconnaître un changement de conversation forcé quand il en voyait un, et il décida de laisser passer celui-ci. Si le roi voulait s'intéresser aux travaux d'Elys ... ce n'était pas son problème - Non ?

Elys grilla les dernières graines qu'il leur restait, et Iro oublia vite ses questions grâce à l'odeur caramélisée de la cuisson magique – Elys rajoutait bien trop de sucre, mais faisait la sourde oreille dès que Iro le lui faisait remarquer.

C'était étrange, d'être sur la route de l'endroit le plus dangereux du monde, à demi contre son gré, avec le Maegis le plus enthousiaste de tout Aradhis. Iro aurait du se sentir inquiet, isolé, condamné à mort, même – mais pour la première fois, il se sentait presque libre et content d'être quelque part. Il attrapa le bol de graines que lui tendit Elys, et retint un léger sourire. Peut-être qu'ils manquaient un peu de brioches, quand même.

Une fleur pour le roiLà où vivent les histoires. Découvrez maintenant