Chapitre 1

2K 127 411
                                                  




Éblouie par le soleil couchant, la jeune Erine longeait la petite allée qui conduisait à l'internat. L'air était frais et au loin, les montagnes enneigées baignaient dans la lumière. La saison chaude se terminait à peine et, pourtant, les premières neiges étaient déjà tombées depuis plusieurs jours. L'hiver s'annonçait rude. Malgré la splendeur du paysage, la jeune femme était inquiète de ce soudain changement climatique. Elle vivait dans l'école, entre les murs de l'Enceinte de la Ligue depuis son enfance. Elle passait chaque jour sur ce chemin et chaque jour elle admirait ce paysage qu'elle connaissait par cœur. En dix-huit ans, c'était la première fois que les montagnes revêtaient leur manteau blanc si tôt.

Erine resserra un peu plus son manteau, le vent vif la faisait frissonner. Elle se mit alors à repenser avec nostalgie aux années précédentes. Normalement, à cette époque, après les cours, elle et ses amis avaient pour habitude de se baigner dans le lac derrière les bâtiments des classes. Là, ils s'allongeaient dans l'herbe folle pour profiter des derniers rayons de soleil.

Elle arriva devant la porte de l'internat. Elle allait la pousser, mais entendit le brouhaha d'une foule d'élèves qui provenait des prés et terrains d'entraînement de l'autre côté du bâtiment. Malgré le froid, elle contourna rapidement la bâtisse et parvint au terrain. Comme chaque avant-dernier jour de la semaine, se déroulaient les compétitions inter-filières de leur école. Elle s'approcha au plus près de l'arène où les compétiteurs se tenaient et aperçut son meilleur ami, Ervan qu'elle connaissait depuis l'enfance. Il était avec son grand frère, Loan, accoudé à la barrière en bois blanc qui séparait les spectateurs des compétiteurs.

— Quel est le thème de ce soir ? demanda la jeune fille en parvenant à leur niveau.

— Les sensations, lui répondit Ervan sans même la regarder, trop concentré sur ce qu'il se déroulait sur le terrain.

Erine remarqua alors que contrairement à son frère, il portait des vêtements de sport tachés et sentant le brûlé. Elle en déduisit qu'il participait aux jeux.

— Tu peux m'en dire plus ?

— Tu dois esquiver les coups de ton adversaire tout en ayant les yeux bandés, tu ne vois pas avec quel élément, ni à quelle distance ton adversaire t'attaque, c'est donc à toi d'être plus malin que lui.

— La compétition de la semaine dernière qui consistait à faire des figures artistiques avec le feu et l'eau était plus pacifique, marmonna-t-elle, lasse de ces interminables concours de force.

— Mais tellement plus ennuyante ...

Erine se contenta de soupirer et posa ses yeux sur le terrain où s'affrontaient plusieurs élèves de sa classe. Il s'agissait majoritairement de garçons, plus ou moins encouragés par leurs supportrices et amies. De part et d'autre du terrain, voltigeaient des flammes éteintes par de puissants jets d'eau et des rafales de vent se levaient parfois pour rencontrer un mur de terre. Lors de ces jeux, les niveaux de maîtrises des élèves étaient constamment mis en compétition. Tous étaient des Contrôleurs, des personnes capables de manipuler, voire même de créer, les quatre éléments : le feu, l'eau, la terre et l'air. Les niveaux de maîtrise, quant à eux, variaient. Certains ne contrôlaient qu'un seul élément, parfois bien, parfois mal, et d'autres, comme Erine et ses amis, possédaient la maîtrise totale des quatre. Laorelon, l'Académie des Gardiens Élémentaires, était le seul endroit de tout l'univers réservé à l'apprentissage de ces dons si précieux. Tous les Contrôleurs ou presque avaient grandi entre ses murs, y passant quinze années de leur vie. Les enfants l'intégraient très jeunes, vers l'âge de six ans, période où les dons se manifestaient.

Il ne restait que deux concurrents sur le terrain. La demi-finale de cette compétition allait bientôt débuter avec encore quatre personnes en lice. Ervan sauta de la barrière où il s'était assis depuis quelques minutes afin de regagner la piste. C'était à nouveau à son tour de combattre. D'une main, il tendit à Erine le foulard qui lui banderait les yeux.

Le cristal pur [TERMINÉ]Là où vivent les histoires. Découvrez maintenant