Chapitre 7 - Comme un problème

44 9 0
                                                  


Comme tous les matins, Caupo s'était levé de bonne heure. Après un inventaire routinier des bouteilles de ronce noire ouvertes et de pots de café terminés, il avait nettoyé le percolateur et reçu la livraison des journaux. Les comptes de la veille lui avaient donné le sourire, alors il avait aéré la grande salle. Son humeur – à son échelle – était radieuse, et c'était presque avec un sourire qu'il avait guetté l'apparition de Merle dans l'escalier sur son habituel coup de six heures et quart. Un petit moment, il avait tendu l'oreille pour tenter de déceler le pas de sa première forme du jour, celle qu'il garderait jusqu'à midi, puis il était reparti dans quelques affaires derrière son comptoir. Lorsqu'il releva le nez, aux abords de sept heures, force fut cependant de constater l'évidence : si Saule était entre-temps arrivée et s'activait dorénavant à la préparation du petit déjeuner, son commis – lui – faisait la grasse matinée.

— Merle !, appela-t-il dans l'escalier sans craindre le moins du monde de réveiller les clients qui séjournaient dans les chambres des étages.

Aucune réponse, et les premiers lève-tôt ne manqueraient pas d'arriver.

— MERLE !

Fort de sa patience légendaire, il attendit deux minutes encore puis escalada les marches quatre à quatre, sans faire cas des protestations de son dos. Cet oiseau, pensait-il qu'il n'avait que ça à faire de sa matinée ? D'un geste large et sans toquer le moins du monde, il ouvrit la porte de la petite mansarde du pallier, si violemment que la poignée de la porte vint cogner contre le mur. Ce qui répondit à ce vacarme ? Il aurait eu préféré ne pas l'entendre. Car sous la sous-pente de la petite chambre austère, ce qui s'éleva fut un long pleur... de bébé.

Un temps d'arrêt, et il s'approcha. Pour vérifier, même s'il avait malheureusement compris. Soulevant doucement la couverture, il se retrouva nez à nez avec un nourrisson en larmes vêtu du très vieux caleçon magiquement ajustable de Merle, totalement paniqué. Il soupira. Même si c'était fort rare, ce n'était pas la première fois que de reculer si loin en âge arrivait à son commis. Il lui semblait toutefois que – lors du dernier précédent – il avait tout de même eu quelques mois de plus. Qu'avait il fait à l'époque ? La même chose que ce qu'il ferait cette fois-ci ! Il fit un pas en arrière jusqu'au chambranle de la porte de la mansarde et hurla, cette fois en direction du rez-de-chaussée :

— SAULE !

Puis il referma la porte : le bébé n'allait pas se sauver.

- - -

Sur les cuivres de la cuisine, la voix de l'aubergiste vint rebondir joyeusement. Nonchalamment, Saule essuya ses mains sur son tablier puis le retira. Pourquoi se serait-elle pressée ? Toutes les demandes de son patron commençaient toujours par semblable éructation. Elle vérifia le pain qui grillait, sortit le beurre et y lança un petit sort de conservation de température (ce que le patron ne voyait pas ne pouvait lui déplaire), cocha la date du jour sur le calendrier... puis elle passa enfin la porte battante et monta l'escalier. Tranquillement. En haut, Caupo l'attendait, les bras croisés. Et lorsqu'elle fut arrivée à sa hauteur, elle l'entendit poser bon prince :

— Saule, je te donne ta matinée... pour t'occuper de Merle.

Si le début de la phrase avait été une fleur, la fin était un ordre. Saule se figea immadiatement, prenant presque littéralement racine. Pour s'occuper de Merle ? Ses yeux s'ouvrirent. Par la barbe de Merlin, elle ne voyait qu'une explication. Ou plutôt deux : soit son métamorphe aléatoire de collègue était devenu grabataire – ce qui était somme toute possible – soit il s'était encore changé en bébé.

— Ooooh non. Non non non.

— Il n'y a que toi qui peux faire ça.

Un souffle de rire ironique échappa à la jeune Clodohald. Le patron essayait de l'endormir avec des compliments, mais la vérité était qu'il avait cette vision hors d'âge et atterrante qui associait systématiquement les femmes aux bébés. Ça n'allait pas se passer comme ça.

Lutetia - Cycle 1 - La Ronce et le SavonLà où vivent les histoires. Découvrez maintenant