Chapitre 1 - Un curieux cas

272 14 13
                                                  

La nuit était sombre, venteuse et sans Lune, en ce début de février. En cette heure tardive, nul ne passait plus guère dans les ruelles biscornues de Lutèce, où seul était audible le bourdon sourd de la ville profane qui ne dormait jamais. Là, quelque part au-delà des sortilèges d'Illusions qui protégeaient la cité sorcière, Paris avait sa teinte nocturne clignotant dans la lumière des automobiles et des enseignes. De ce côté, en revanche, sur les pavés inégaux occultés depuis un millénaire aux yeux du reste du monde, les lueurs des lampadaires à Éthers étaient les seules à pulser dans la brise. Quelques fenêtres, çà et là, étaient encore allumées sur les dernières lectures des courageux. Certains profitaient encore de la chaleur des dernières braises, d'autres refermaient leurs volets pour sombrer dans un sommeil tranquille. Petit à petit, le parvis de Notre-Dame s'endormait, et avec lui les immenses gargouilles qui vivaient sur les clochers.

A l'autre bout du parvis, aux grandes portes de l'Hôtel-Dieu Général Saint-Archambault que la plupart des citoyens nommaient seulement « l'Hôpital » ou « la Coupole », la nuit ne devrait toutefois pas être aussi paisible pour Barn, le gardien. Sur le pas de deux heures, quelques coups frappés à la grille attirèrent son attention et il brandit sa lanterne dans l'entrebâillement. S'il ne vit rien au premier abord, il comprit rapidement que la main qui avait actionné le heurtoir était à présent bien loin. Au sol, dans un long morceau de velours noir, était déposé un bébé paisiblement endormi. Barn rejoignit rapidement le couloir du service de médicosorcellerie d'urgence destiné aux enfants et y accrocha le premier médicus. Il clama de sa voix de basse avoir trouvé un petit garçon sur la pierre du porche. En hâte, trois infirmières s'affairèrent pour réchauffer le nourrisson mais s'arrêtèrent – prises d'un doute soudain – pour regarder le vieux veilleur. « Barn », prononça la plus âgée, « c'est une petite fille, que nous avons là ».

La nuit passa. Ce fut une jeune infirmière qui fut chargée de la toilette et de l'inspection de la petite, qui serait enregistrée dans la journée sur le registre des enfants recueillis. Amphitryon Clodohald, le directeur des Services Sorciers d'Aide à l'Enfance, l'accueillerait dans la pouponnière de son orphelinat et ne manquerait pas de lui donner l'un des prénoms d'inspiration naturaliste qu'il se délectait d'inventer. Nul sévices, nulle malformation ne fut constatée. Cependant, un détail vint troubler le rapport que l'infirmière présenta à ses trois supérieures : elle n'avait pas baigné une fille, mais un garçon.

On fit claquer des portes, on ouvrit des fenêtres, on appela l'archimédicus spécialiste des maladies magiques « hybrides » – Mathurin Hornebuffle – et on fit à nouveau irruption dans la nurserie. L'enfant hurlait de crainte devant tant d'affairement et donna bien du fil à retordre à chacun de ceux qui l'entrevirent. Au cours de cette journée, on le vit trois fois sous la forme d'un garçon, trois fois sous celle d'une fille. Sa peau, d'abord pâle, devint plus foncée au fil des heures, et ses cheveux oscillèrent entre un noir bleuté et un blond cendré. Son âge sembla varier également, dans une limite de deux années. Nul ne put prendre une décision sur sa nature, car aussitôt que quelque chose semblait devoir perdurer, un nouveau changement se produisait, inexorable, et transformait le nourrisson en toute autre chose. Au petit matin, lorsque l'enfant s'endormit enfin profondément, Clodohald se décida pour le prénom de « Merle » en regardant les cheveux noirs qui semblaient s'être installés entre les draps. C'était là un prénom qui conviendrait quelque fussent les circonstances. Et à l'instar de tous les enfants trouvés de Lutèce, l'oiseau reçut un nom « de famille » inspiré des conditions météorologiques régnant sur la capitale de la France sorcière le jour de sa découverte, à savoir « Ventdenuit ».

En quelques jours les transformations de l'enfant se firent plus régulières, moins anarchiques, et se calèrent sur un intervalle régulier de quelques six heures entre chaque morphie. On fit venir de Lugdunum l'archimédicus Chilpéric D'Aubignée, spécialiste en maladies magiques orphelines, qui fit un diagnostic sûr en montrant un intérêt certain pour ce qu'il nomma lui-même « un curieux cas ». Il décrivit chez l'enfant une nature métamorphe spontanée et incontrôlée, qu'il s'empressa de consigner dans un petit carnet noir qu'il emporta en marmonnant des paroles incompréhensibles. Apposer un nom sur ce qu'était Merle libéra au moins nombre d'employés de Saint-Archambault de leurs craintes, et l'on finit par traiter l'enfant comme chacun de ceux déjà placés sous la tutelle de l'établissement. Après deux semaines, on finit par constater que la forme de Merle se stabilisait, au cours de ses rares heures de sommeil, sous son apparence de garçon aux cheveux noirs. Au cours de la journée et de ses heures d'éveil, en revanche, il fallut bien des efforts au personnel des Services Sorciers d'Aide à l'Enfance pour s'habituer à ne pas l'identifier au premier regard. Au sein des espaces confinés des SSAE, on devint finalement coutumier de la chose, et l'on apprit à considérer que « l'enfant que l'on n'avait jamais vu » devait être Merle Ventdenuit.

Lutetia - Cycle 1 - La Ronce et le SavonLà où vivent les histoires. Découvrez maintenant