115.Ezra

201 15 0
                                          

Son sexe toucha un instant le mien et je crus défaillir, prendre feu littéralement. Je mourrais de le sentir en moi ,Adam me pénétra lentement.

Nos langues s'entrelacèrent, à la recherche de l'autre et de nourriture.

Nous partageâmes une autre baiser alors que nos sexes s'épousaient à la perfection. Sa dureté embrasant ma féminité alors que nos corps claquaient, collaient, glissaient l'un contre l'autre.

J'enroulais bientôt mes bras autour de son cou alors que ma bouche s'écrasait durement sur la sienne.

Ses mains se plaquèrent fermement, dérapant de temps en temps, sur mes hanches pour imposer un rythme de plus en plus rapide.

Nos cris et nos gémissements de plaisir envahissaient la pièce, résonnaient contre les murs. Notre étreinte était passionnée, sauvage.

Au bout de longues minutes...peut-être bien des heures... avec Adam, je perdais totalement la notion du temps et de l'espace.

Ses organes sont réels, parce que je peux les sentir

Je n'ai jamais ressenti autant de plaisir dans ma vie. J'étais là , en train de faire l'amour avec l'amour de ma vie, et tout mon corps lui appartenait.  Je me sens si heureuse il pouvait me  donner l'amour dont j'avais besoin et que je méritait peut être. 

Nos esprits étaient dans un pur bonheur et chaque position que l'on  essayaient envoyait plus de vagues de plaisir à travers nos corps.

-Oh Ezra, tu es tellement belle, murmura-t-il dans mon oreille tout en continuant ses poussées.

-C'est trop bon.

Ses lèvres trouvèrent les miennes et il m'embrassa à pleine bouche, avidement.

Je l'entendis gémir contre moi.

Et comme d'habitude face à son autorité naturelle, je pris mon pied fortement en criant son prénom.

Nous restâmes le souffle coupé l'un contre l'autre.

Il embrassa mon cou avant de relâcher mes fesses.

Il bascula nos positions, plaquant son dos contre le mur et m'attirant dans ses bras, il m'étreignit un long moment, j'étais bien là dans son étreinte, en sécurité.

Il tira sur mes épaules pour que je me retrouve en appui mon dos contre son torse. Il posa son menton sur ma clavicule et doucement, il caressa de son index mes lèvres, puis ma gorge, mes seins, descendant jusqu'à mon pubis, effleurant mes plis.

-Tu es si belle, murmura-t-il à mon oreille. Je te veux encore et encore...

C'était si réconfortant.

-Je ne pourrais jamais me lasser de ton corps, tu es si douce.

Il parsemait ma nuque de baisers, je recommençais à gémir. J'étais surprise d'en vouloir encore, encore plus.

Une main se glissa sous mon ventre pour m'entourer.

Juste entre amoureux |●TERMINÉELà où vivent les histoires. Découvrez maintenant