Sur ce point, il avait une idée : une demande qui, curieusement, lui tenait vraiment à cœur.

Pressé de la formuler, il puisa dans ses forces, repoussa toutes les épaisseurs qui avaient bordé son sommeil, puis se leva. Sur le moment, ses jambes se firent flagellantes, à deux doigts de plier sous son poids. Seulement, Ceylan n'était pas du genre à s'écouter. Il ignora son état et s'empara de ses vêtements.

Quand il quitta la tente, un quart d'heure plus tard, il retrouva son mari en pleine conversation avec Sekmar et Ahnour. N'osant les déranger, il resta à l'écart, l'oreille malgré tout tendue.

— Ahnour, ton maître m'a donné son accord. Si cela te convient, je suis prêt à t'engager à ce titre mais ce n'est qu'une simple proposition, la décision finale te revient. Je comprendrais tout à fait que tu aies à cœur d'achever ton apprentissage en vue de succéder à ton maître.

— Passer ma vie dans les mines ? Ne jamais savoir si j'en ressortirai à chaque fois que j'y mettrai les pieds ? Pour sûr, la proposition de sa Majesté est de loin plus intéressante. Et j'apprécie votre épouse, je crois que vous l'aviez compris. Ce serait un honneur pour moi de me ranger à votre service.

Dubitatif, Ceylan inclina légèrement la tête, cherchant à comprendre.

— Comme je te l'ai déjà dit, cela ne sera pas sans danger non plus, poursuivit Ildrys. J'ai des raisons de croire que ce qui s'est passé pourrait se reproduire et je ne te cache pas que mes prochaines décisions pourraient inciter certaines personnes à bouger. Cela te va-t-il malgré tout ?

— Et comment ! J'entends bien protéger ma reine comme il se doit !

À l'entente de ces mots, cette dernière lâcha un souffle de stupéfaction lui valant de se faire remarquer.

— Oh ! Vous tombez bien, ma reine, l'interpella son époux. Je vous présente votre nouveau serviteur particulier. Ahnour entre à votre service dès aujourd'hui. Il aura la charge de vous assister dans tout ce que vous ferez, de vous accompagner dans vos déplacements, de contrôler la nourriture et les produits mis à votre disposition, et de surveiller les moindres faits et gestes autour de vos appartements.

— Je vous demande pardon ? Je n'ai nul besoin d'une protection rapprochée.

— Oh ! Si, bien au contraire, contra Ildrys en venant se planter devant sa femme. Les événements de ces derniers jours prouvent qu'une personne mal intentionnée réside au palais et semble pouvoir vous approcher sans contrainte. Je ne peux permettre cela. Pour l'heure, cette personne ignore que son plan d'empoisonnement a échoué, et j'entends bien en profiter, mais viendra un moment où la vérité éclatera. Si celle-ci est motivée, elle pourrait tenter autre chose. Je ne prendrai donc aucun risque.

Sekmar approuva d'un signe de tête. Ahnour en fit de même, ajoutant au passage :

— Il est évident que vous avez besoin de gens qualifiés pour prendre soin de vous, ma reine !

— Qualifié ? se moqua Ildrys. Nous reparlerons de tes « qualifications » dans quelques temps, lorsque tu auras fait tes preuves, veux-tu ? Pour l'heure, ta seule qualité est d'avoir gagné ma confiance.

Loin de prendre ombrage de ce rappel, Ahnour éclata de rire.

— Bien, conclut le roi. Assez perdu de temps. La journée avance et nous ne sommes pas encore rentrés. Demain, un nouveau conseil se tiendra, ma reine. Vous devez y assister ; au mieux de votre forme, cela va sans dire.

Ceylan aurait bien souhaité ne pas s'en rappeler. L'idée d'une autre confrontation aussi animée que la dernière lui donnait par avance la chair de poule. Plus que tout, il redoutait le comportement imprévisible d'Ildrys. Allait-il recommencer à le provoquer et se ranger du côté des conseillers rien que pour les amadouer ? Si cela se produisait, il n'était pas certain de pouvoir l'endurer mais il ne trouva pas le courage de poser la question directement à l'intéressé.

Djinns ( Boy's Love / MxM )Where stories live. Discover now