Chapitre 14

7 1 0


                                                      Confiance


Ceylan n'eut pas le temps de se remettre du choc qu'il venait de recevoir. Ahnour entra chargé d'un plateau de victuailles. La mine radieuse, toujours de bonne humeur, il rejoignit son chevet en quelques enjambées et disposa son chargement devant lui.

— Ignorant ce que sa Majesté aime, j'ai rassemblé un peu tout ce que j'ai pu trouver sur le camp. Notre nourriture ne vaut certainement pas les mets raffinés du palais, mais ils donnent la force dont nous avons besoin pour œuvrer ici. Si sa Majesté mange, je suis sûr qu'elle retrouvera elle aussi toute son énergie.

Les yeux posés sur ce mini buffet préparé de bon cœur, Ceylan ne sut que choisir. Ahnour avait rapporté des fruits frais, des fruits secs, et plusieurs variétés de viandes séchées. Son choix se porta plutôt sur les fruits secs, n'étant pas un grand amateur de viande en générale.

— Vous devez tout finir, insista Ahnour. Le roi tient à ce que son épouse soit au meilleur de sa forme pour endurer son retour au château, et j'ai promis de m'assurer que vous mangeriez correctement.

Sur le ton de la plaisanterie, il ajouta en prime :

— J'entends bien vous surveiller et m'en mêler si j'estime que vous ne faites pas suffisamment d'efforts !

Son attitude paternelle, en contraste avec son âge, arracha un petit rire à l'intéressé. Une réaction qui ravit l'adolescent. Se frottant le nez, son sourire s'étendit encore.

— Je suis content d'avoir réussi à vous faire rire, ma reine. Ce n'est pas souvent qu'on vous voit ainsi. Vous êtes plus souvent soucieuse.

Cette constatation fit réaliser à Ceylan qu'il y avait du vrai. Peu étaient ceux qui l'avaient déjà vu sourire ou rire avec une complète sincérité depuis que son père l'avait renié. En y réfléchissant bien, cela devait se résumer à sa mère et aux concubines. Le reste du temps, il s'adaptait. Au palais, il tentait de prouver son autorité par des excès de caractère qui ne remportaient pas l'effet escompté ; dehors, il souriait pour toutes ces personnes dont il avait pitié. Mais rien, dans ces deux cas, ne traduisait un réel bonheur ou quelque élan du cœur.

Au final, il n'était peut-être pas bien différent d'Ildrys. Lui aussi enfilait autant de masques que nécessaire pour parvenir à manœuvrer sa barque. La seule chose les démarquant restait que l'un y prenait plaisir quand l'autre était fatigué de tromper son monde. Ceylan souffrait de cette situation, et c'était ce qu'Ahnour venait de lui rappeler. En conséquence, son sourire se fana et il baissa les yeux sur sa pitance.

Ahnour comprit qu'il avait été trop loin. Il se désola de le voir s'enfermer dans un profond mutisme mais il le laissa terminer son repas sans plus intervenir.

Une fois Ceylan rassasié, l'adolescent débarrassa le plateau.

— Avez-vous besoin d'aide pour vous changer ?

— Non, Ahnour, je te remercie. Je peux le faire moi-même.

— Dans ce cas, je vous laisse. Je vais informer le roi que vous serez bientôt prêt.

— Mmh.

Se retrouvant seul, Ceylan poussa un soupir de soulagement. Il avait bien vu que son renfermement avait peiné Ahnour mais trop de choses tournaient dans sa tête. Il appréhendait son retour, les jours suivants, et la dégradation de la situation d'Alberial. Il devait toutefois faire les choses dans l'ordre ; et cela commençait par améliorer sa relation avec Ildrys.

Djinns ( Boy's Love / MxM )Where stories live. Discover now