102.Ezra♤

184 14 2
                                          

« Tu voudrais un enfant avec moi ? Non. Et bien au moins c'est clair. »

Et bizarrement je lui en veux même pas. Ça me fait tellement mal, mais je le comprends. Si je n'ai jamais vraiment eu de famille, c'est bien pour quelque chose. Alors peut-être que créer une famille n'est pas quelque chose qui me sera accordée. Et puis qui me dis que je ne pourrai pas transmettre à mon enfant un gêne qui le rendra mauvais tout autant que je le suis ? Je ne veux pas de ça.

Quelle image je donnerai d'une mère à son enfant ?

Alors sur ce point là, je comprends Adam.

Je dois encore partir. Je détruis ce que je construit mais je n'arrive jamais à me construire. Je me dit que je ferai mieux de me tuer.

La ville était éclairée par des lampadaires.

Les larmes commençaient à naître, et je me maudissais intérieurement d'avoir pu penser une seule seconde qu'une gamine dépressif, paumé pourrait devenir mère et le faire succomber.

Je ne connaît pas la route et pourtant machinalement j' emprunte le bon chemin, celui des falaises, celui qui mène à l'océan, ce n'est plus très compliqué maintenant, il suffit d'écouter, de fermer les yeux, de tendre l'oreille et de suivre le bruit des vagues. Après, ça vient tout seul.

Dans l'obscurité j'escalade les rochers, je grimpe, je m'accroche, je m'écorche... et j'arrive tout en haut et cette fois,ce spectacle est terrifiant, et fascinant quelque part, surtout dans la nuit .

Et puis..

Et puis, je ne sais pas. Je m'avance instinctivement vers le bord. Ça va vite, vraiment vite.

Je ferme les yeux.

Je baisse le regard vers l'océan en dessous de moi.

 Et si je saute?

J'aime la nuit...puis je encore dire ce genre de chose? Est-ce vraiment de l'amour ce que je ressent lorsque les ténèbres entoure la terre?Oui j'aime la nuit...La lune et les étoiles...la mer.

Je ne voyait pas plus que je n'entendait les gens passé non loin de moi. Mon âme en peine se posant des questions auxquelles je n'avait jamais pensées.

Et puis...

Une voix me fit sortir de ma semi conscience...une voix aiguë de petite fille.

- Dit maman, pourquoi ils ont mis des barrières sur le pont?

- Pour ne pas que les gens se fasse du mal.

- Mais pourquoi ils se feraient du mal?

- Pour oublier la douleur de la vie qui fait parfois mal...

-Je ne comprends pas!

- Ce n'est pas grave ma chérie, tu es encore trop jeune pour comprendre...

Je tombe.

Je suis tombée dans l'eau, poussée par le vent. 

Juste entre amoureux |●TERMINÉELà où vivent les histoires. Découvrez maintenant