Chapitre 9- Obligations D'un Prince

87 12 70
                                                  

Le bruit sec du bois frappant un mannequin résonnait dans l'ensemble de la salle d'entrainement. Cela faisait déjà une bonne heure que Lothaire Solveig s'acharnait sur le pauvre pantin de bois. Il avait hérité, en partie, du tempérament colérique de son père: dès que quelque chose le contrariait il fallait absolument que le jeune prince défoule sa colère. Sa mère avait pourtant essayer d'y trouver une solution, de l'embrasser à chaque crise ou de le cajoler. Mais le décès de la reine lui provoqua un immense chagrin qui engendra la réapparition de ses crises de rage.


Lothaire, qui pensait à son avenir et celui de sa fratrie, frappait de plus en plus fort et de plus en plus vite, et la puissance des coups brisa l'épée de bois.


- Lothaire calme toi, dit une voix douce derrière lui.


Il sentit une étreinte qui l'apaisa aussitôt et lâcha ce qu'il restait de son arme d'entrainement. Le prince resta un long moment sans se retourner, voulant profiter de chaque seconde de ce moment chaleureux. Il finit pourtant par se retourner, et comme d'habitude, crut voir le spectre de sa mère. Or, il s'agissait de sa sœur, Oménie, qui ressemblait énormément à leur mère. Ses longs cheveux blonds caressait le bas de son dos, juste en dessous d'une ceinture ornée qui maintenait une robe de jade. On voyait à sa peau pâle qu'elle ne sortait pas beaucoup, passant la plupart de son temps dans les cuisines - ce qui mettait en rogne son père - à préparer des plats. Mais son visage doux offrit un effet calmant sur son frère. Elle posa son regard bleu sur la lame de bois brisée, tombée au sol.


- Qu'est-ce qui ne va pas Lothaire ?


- C'est père, suite au conseil il a décidé de m'envoyer loin de vous... Dit le prince d'une voix pleine de tristesse. Il veut que je parte à Duroche consolider des alliances avec le royaume de Pursie.


- Excuse ma maladresse en terme de politique, mais... Pourquoi ne pas faire ça directement en Pursie ou en Aysya ? demanda la jeune femme en fronçant les sourcils.


- Duroche est une ville-cité neutre, même si elle se trouve dans les terres de L'Empire Karnatien. et tu sais comment sont les Pursiens... aucun conflit n'est toléré sur leur territoire .


- Tu as raison, j'ai eu des courtisans Pursiens, de vrais froussards ! elle esquissa un léger sourire pensant avoir changé l'humeur de son frère.


Le prince baissa la tête, il ne voulait pas quitter sa famille, car il désirait protéger les siens. Cependant, il avait conscience de ses devoirs d'héritier du trône, ses crises n'étaient que l'expression de sa frustration. Parfois il voulait retourner sa colère contre son père, mais le roi était un homme à qui il était impossible de contester ses ordres sans en subir les conséquences.Oménie pris les mains de Lothaire, sa peau était extrêmement douce et chaude.


- Ne t'en fais pas, en attendant ton retour je prendrai soin de notre frère. Tu pourra nous envoyer des lettres en pretextant tes rapports (Le prince la regarda avec des yeux humides).


- Vous me manquerez Wille et toi...


- Combien de temps durera ton voyage ? demanda la princesse.


- Le commandant de guerre de Purssie se trouvera à Duroche dans deux semaines, mais j'y serais une semaine avant lui pour m'y installer et préparer la rencontre. Je pars aujourd'hui.

Le Corbeau : Presage Des OmbresLà où vivent les histoires. Découvrez maintenant