PRÉMICES D'UNE BATAILLE

1 1 0
                                          

Les bannières claquent dans le vent sournois. Vingt mille soldats, alignés face aux fortifications d'Espélia, attendent l'ordre d'attaquer. En retrait derrière eux, des machines de guerre s'apprêtent à déclencher un ballet mortel. Massés sur les remparts de la capitale, les défenseurs retiennent leur souffle.

Ulva a exigé qu'on la transporte sur le chemin de ronde pour assister à l'assaut des troupes ennemies. Assise sur une haute chaire, la Conseillère est encadrée par Alquin et Horst. À quelques pas, Tormund garde un œil rivé sur son protégé. Les claques vigoureuses des bourrasques ne modifient pas la fixité des soldats. De loin, on pourrait croire à l'alignement de statues de pierre.

Un cavalier se détache de l'armée du royaume des Hisles et s'approche suffisamment des murs pour être entendu. Il brandit pompeusement un parchemin :

— Nous, reine des Hisles, héritière du roi Kildéric Ier, consentons à ne pas attaquer la capitale des Terres d'Eschizath si les portes de la cité s'ouvrent pacifiquement. Il ne sera alors fait aucun mal aux défenseurs et aux habitants.

Le héraut marque une pause théâtrale, afin que les assiégés prennent la mesure de sa proposition. Puis, tandis qu'il s'apprête à poursuivre, une catapulte, poussée par plusieurs guerriers robustes, s'avance à sa hauteur. Un homme, ligoté horizontalement sur le réceptacle habituellement réservé aux projectiles, s'agite faiblement.

— Afin de vous prouver notre détermination en cas de refus, le prisonnier Manfred ici présent va vous être envoyé.

Alquin blêmit en réalisant l'acte effroyable que les assaillants s'apprêtent à commettre. Le nom prononcé, il ne l'a pas oublié, pas plus que le brave tavernier qui lui a permis de s'échapper des geôles du roi Kildéric. Ce pauvre bougre n'a jamais fait de mal à personne : son sacrifice serait injuste ! Il lance un regard implorant à Ulva pour qu'elle intervienne.

Manfred n'est plus que l'ombre de lui-même. Les mauvais traitements subis en prison, le manque de nourriture et de boisson l'ont métamorphosé. Affaibli, il a perdu la moitié de son poids, ses membres sont squelettiques et sa panse rabougrie. Sa mort ne sera qu'une pâle consolation.

Positionné sur une colline environnante avec l'arrière-garde, le comte Destogard sourit en imaginant la tête des amis du tavernier. Même s'il avait souhaité un temps le conserver comme monnaie d'échange, l'idée suggérée à la reine Annabelle de s'en séparer de la sorte n'est finalement pas déplaisante.

— Il faut stopper cette barbarie, supplie Alquin dont la voix trahit le trouble. Vous seule avez le pouvoir de le sauver.

En soupirant, Ulva se lève péniblement, soutenue par la garde de l'Ordre. D'un regard, elle embrasse la masse grouillante des soldats de l'ost et manque de fléchir en découvrant l'étendue des forces ennemies.

— Épargnez cet innocent ! répond-elle d'un ton implorant. Si vous persistez dans vos folies, des centaines d'autres victimes mourront.

Un silence lugubre fait écho à la supplique de la Conseillère Suprême. Le héraut se tourne vers Annabelle, dont le cheval piaffe d'impatience. Tous ses généraux la dévisagent. Consciente de leurs attentes, elle fait signe d'abréger les palabres. Aussitôt, un des hommes qui manœuvre l'engin de siège déclenche le tir. Les hurlements du projectile humain catapulté par-dessus les remparts de la cité résonnent lugubrement.

Horrifiée, Ulva ne peut croire que la menace ait été mise à exécution. À ses côtés, Horst et Alquin sont écœurés par un tel acte de lâcheté. Spontanément, des habitants de la cité se mettent en quête de la victime sacrifiée pour lui fournir une sépulture décente.

Sans qu'aucune trompe n'ait résonné, les portes de la cité s'ouvrent... Annabelle s'attendait à savourer sa victoire, lorsqu'un cavalier, vêtu de noir, s'avance face à l'immense armée du royaume des Hisles. Son cheval manque de s'élancer au galop vers la masse compacte des adversaires qui l'observent, incrédules, avec un mélange de pitié et de crainte.

T3 - LES FRAGMENTS DE DISCORDELà où vivent les histoires. Découvrez maintenant