Je deviens la petite amie de Saint

61 3 6
                                                  

Saint et moi avons passé une partie de notre soirée en amoureux assis sur la plage. Je n'arrive toujours pas à croire que Saint ressent les mêmes sentiments que moi. Lorsqu'il me raccompagne à la maison, Saint n'arrive pas à lâcher ma main. Il finit par le faire à contrecœur après m'avoir embrassé tendrement pour me souhaiter bonne nuit.

Saint est mon premier amour, mon premier baiser et surtout le tout premier garçon avec lequel je me sens capable de passer à l'étape supérieure. Je ne vous cache pas avoir déjà rêvé plusieurs fois de cet instant où ne ferions plus qu'un tous les deux. Je ne veux pas que Saint l'apprenne de peur qu'il me voit différemment, même si lui aussi ne dirait pas non à l'idée de coucher ensemble.

Franchement, il faut vraiment que j'arrête de penser à des choses pareilles sinon je vais avoir une crise cardiaque avant d'avoir eu l'occasion de faire quoi que ce soit. Mon cœur bat tellement fort que j'ai l'impression qu'il va sortir de ma poitrine.

Le lendemain matin, je me lève et m'aperçois que j'ai reçu un message sur Line. Je souris comme une idiote quand je vois le prénom de Saint apparaître sur l'écran. Je relis le message plusieurs fois pour m'assurer que je ne rêve pas et que tout ce qui s'est passé la veille au soir est bien réel.

De Saint :
"Bonjour ma chérie, j'espère que tu as passé une bonne nuit et que tu as rêvé de moi 5555. Comment vas-tu ce matin ? Je t'aime."

Je me tourne la tête vers son autographe et d'autres objets à son effigie avant de répondre en ignorant volontairement la deuxième partie de sa première question sous-entendue.

De Angélique :
"Je vais très bien merci et j'ai vraiment passé une excellente nuit. Je t'aime aussi mon amour."

Jamais je n'aurais cru pouvoir écrire ça un jour, je suis limite à vouloir me pincer pour être certaine que je suis bien réveillée.
Après quelques minutes, je reçois un autre message.

De Saint :
"J'espère que nous allons passer la journée ensemble aujourd'hui. Ma mère aimerait que tu viennes nous voir elle-aussi."

Je ne suis pas surprise de son message. Quand notre amitié a commencé, j'ai pris l'habitude de passer du temps avec Mae Nuk et lui. La mère de Saint tient à ce que je l'appelle par son prénom, quand je ne le fait pas, soit elle fait mine de se fâcher, soit elle m'ignore totalement ce qui a le don de faire rire Saint aux éclats.
A vrai dire, ça m'arrange beaucoup de passer du temps avec eux car de plus en plus souvent, je ne me sens plus la bienvenue dans ma propre maison. Surtout quand papa parle avec ses amis.
Je le préviens que je vais voir Saint et certainement passer la journée avec sa mère et lui avant qu'il ne mette son casque sur les oreilles. Il veut être seul alors je le laisse seul. Comme ça, sa nouvelle petite-amie continue d'ignorer que ma sœur et moi existons. Elle va être bien surprise quand elle va apprendre qu'il a deux fille, une de 24 ans et l'autre de 21 ans. Ça me brise le cœur, j'ai l'impression d'être une étrangère alors que je suis chez moi.

Quand j'arrive devant la porte de la villa, je lève la main pour sonner au même moment où j'entends une voix venant du balcon.

- Angel, enfin tu es là ! Entre !
Le ton de sa voix me fait comprendre qu'il m'attendait avec grande impatience.

Je lève la tête dans sa direction et rougis aussitôt. Saint me dévore des yeux, il me fait un clin d'oeil et affiche son plus beau sourire. Comment ne pas craquer ? Je me gifle mentalement, ce n'est pas le moment d'avoir ce genre de pensées, ressaisis-toi Angélique !!

Je pousse la porte et entre. Saint arrive au même moment et m'enlace avant de m'embrasser tendrement. Quand nos lèvres se séparent, il sourit alors que je deviens rouge de timidité.
J'entends la voix de Mae Nuk derrière moi alors que Saint me tient toujours dans ses bras.

- Bonjour Angélique, comment vas-tu ? Je suis contente que tu sois enfin là, Saint était tellement impatient que tu arrives que ça devenait insupportable. Je ne me suis pas trompée pour vous deux à ce que je vois, dit-elle avec une lueur de joie dans les yeux.
Saint sourit à sa mère, heureux de voir qu'elle accepte notre relation pendant que moi je n'ose pas la regarder dans les yeux et deviens rouge écrevisse.
Je me suis doutée que vous avez craqué l'un pour l'autre dès votre rencontre, surtout toi ma chérie, ça se voit comme le nez au milieu de la figure que tu aimes mon fils, poursuit-elle.
Elle regarde son fils qui rougit légèrement à son tour, je comprends alors qu'il a dû avoir la même réaction que moi ce jour-là.
Je suis un peu surprise par les paroles de Mae Nuk. Alors c'est vrai, Saint est amoureux de moi depuis le premier jour. Je ne peux m'empêcher de sourire et de vouloir le serrer dans mes bras.

Nous discutons un long moment tous les trois au salon. Après le déjeuner, Mae Nuk s'excuse auprès de nous et va se reposer.
Saint se tourne vers moi et me regarde avec envie, je rougis et veux détourner les yeux mais Saint place sa main sous mon menton pour m'empêcher de baisser la tête et d'éviter son regard. Il sait très bien l'effet que ses yeux ont sur moi. Respire Angélique, respire. Saint maintient notre contact visuel et dit :

- Désolé, hier soir j'ai oublié de te poser une question qui me tient à cœur.

Je le regarde avec interrogation ne comprenant pas où il veut en venir.
Il me fixe intensément, je vois clairement qu'il lutte pour ne pas m'embrasser.
Il ajoute avec un sourire tendre :

- Veux-tu être ma petite amie ?

Même si quelque part je m'attendais à cette question, l'entendre de vive voix me coupe le souffle. Je hoche la tête doucement de haut en bas, comme si ce geste allait faire sortir les mots de ma bouche, ce qui amuse Saint.
Au bout de quelques secondes, j'arrive à prendre une grande inspiration pour lui répondre.

- Oui !
Avec sa main toujours placée sous mon menton, il m'attire doucement vers lui avant de m'embrasser fougueusement.
Mon plus grand espoir s'est enfin réaliser.

Saint passer des vacances dans mon paysLà où vivent les histoires. Découvrez maintenant