chap : 24

1.3K 52 5

Il paraît étonné. A vrai dire, je suis moi-même étonnée de mon geste. Mais au fait, comment sait-il que c'est moi ?

H:" Pourquoi m'avez-vous envoyé ces livres ? dis-je d'une voix pâteuse."

L:" harrold , ça va ? Vous avez une drôle de voix.'' Il a l'air inquiet.

H:" Ce n'est pas moi qui suis drôle, c'est vous. Voilà, l'alcool m'a donné du courage, j'ai lâché le morceau."

L:" harrold , vous avez bu ?

H:" Qu'est-ce que vous en avez à foutre ?'

L:" Je suis... curieux. Où êtes-vous ?

H:" Dans un bar."

L:" Quel bar ? "Il a l'air exaspéré.

H:"Un bar à Portland."

L:" Comment rentrez-vous ?"

H:" Je me débrouillerai.' Cette conversation ne se déroule pas comme prévu.

L:" Dans quel bar êtes-vous ?"

H:"Pourquoi m'avez-vous envoyé ces livres, louis?

L:"harrold , où êtes-vous ? Dites-le-moi, tout de suite. ''Son ton est tellement... dictatorial. Quel maniaque du contrôle, décidément. Je l'imagine en cinéaste à l'ancienne avec un pantalon jodhpurs, un mégaphone et une cravache. Ça me fait rire tout haut.

H:" Vous êtes tellement... autoritaire.

L:'' Harry , bordel de merde, où êtes-vous ?'' Tiens, Louis tomlinson qui emploie des gros mots ! Je glousse à nouveau.

H:" Je suis à Portland... C'est loin de Seattle. ''

L:"Où, au juste, à Portland ?

H:"Bonne nuit, Louis .

— harryyy! Je raccroche. Là ! Mais il ne m'a pas expliqué, pour les livres. Je fronce les sourcils. Mission pas accomplie. Je suis vraiment très ivre - la tête me tourne tandis que j'avance en traînant les pieds vers les w-c. Mais bon, c'était le but de la manœuvre. Voilà donc ce que c'est que d'être bourrée - pas la peine de répéter l'expérience. La queue avance, c'est à mon tour. Je fixe d'un œil hébété une affiche sur la porte du cabinet vantant les mérites du sexe sans risques. Merde, je viens d'appeler Louis Tomlinson  ! Et merde, merde... La sonnerie de mon portable me fait sursauter. Je pousse un petit cri.

H:" Allô? "Ça non plus, ça n'était pas prévu au programme.

L:"Je viens vous chercher, lance-t-il avant de raccrocher aussitôt." Il n'y a que Louis Tomlinson  pour avoir l'air aussi calme et aussi menaçant en même temps. Merde alors. Je remonte mon Jean, le cœur battant. Il vient me chercher ? Non... Je crois que je vais vomir... non... ça va. Minute. Il me fait marcher, là. Je ne lui ai pas dit où j'étais. Il ne peut pas me retrouver. En plus, il mettrait des heures à arriver de Seattle. Si jamais il débarque, nous serons partis depuis longtemps. Je me lave les mains et je me regarde dans le miroir. Je suis rouge et j'ai l'œil vague. Hum... la tequila. J'attends le pichet de bière une éternité au bar et je reviens enfin à notre table.

Z:" Où étais-tu passée ? me gronde zayn

H:" Je faisais la A aux toilettes.

Liam est plongés dans une discussion passionnée au sujet de l'équipe locale de baseball. Il fait une pause pour nous verser de la bière ; j'en avale une grande gorgée.

H:" zayn , je pense qu'il vaudrait mieux que je sorte prendre l'air.''

Z:" haaaaz , tu es une petite nature hahahah ..

H:" Je reviens dans cinq minutes." Je me fraie de nouveau un chemin dans la foule. Je commence à avoir la nausée, la tête qui tourne et les jambes molles. Enfin, plus molles que d'habitude. Le grand air me fait comprendre à quel point je suis ivre. Je vois double. Pourquoi me suis-je mis dans cet état ?

L:" Harry , ça va ? Liam m'a rejoint.

H:" Je pense que j'ai un peu trop bu. "Je lui souris faiblement

Li :" Moi aussi, murmure-t-il en me dévisageant intensément de ses grands yeux noirs. Tu as besoin d'aide ? Il s'approche pour m'enlacer.

H:" liam, ça va. C'est bon. Je tente de le repousser faiblement.

Li:" hazz, je t'en prie, chuchote-t-il. Maintenant il me tient dans ses bras et m'attire contre lui.

H:" Liam , tu fais quoi, là ?

Li :" Tu sais que tu me plais harry . hazzz, je t'en prie..... Il pose une main au creux de mon dos pour me presser contre lui ; de l'autre, il m'attrape le menton. Putain... il va m'embrasser.

H:" Non, liam, arrête, non ! Je le repousse, mais c'est un mur de muscles et je n'y arrive pas. Sa main a glissé dans mes cheveux bouclé pour m'immobiliser la tête.

Li :" harry, s'il te plaît, cariño, murmure-t-il contre mes lèvres. Son haleine est douce et sucrée - un mélange de margarita et de bière. Il dépose une série de baisers le long de ma mâchoire jusqu'à la commissure de mes lèvres. Je suis paniquée, ivre, incapable de contrôler la situation. Je suffoque.

H:" liam, non. Je ne veux pas. Tu es mon ami, et je pense que je suis sur le point de vomir.

..  :" il a dit non, je crois" lance une voix dans le noir. Putain ! Louis Tomlinson . Il est là. Comment ? Liam me lâche.

Li :" loowé , dit’il, tendu. Je lance un regard angoissé à Louis  tandis qu'il foudroie liam du sien. Puis mon estomac se soulève et je me plie en deux. Mon corps ne peut plus tolérer l'alcool ; je vomis spectaculairement par terre.

Li : Pouah ! Dios mio, hazza ! Liam, dégoûté, a fait un bond en arrière. Tomlinson m'attrape les cheveux et les écarte de la ligne de tir, tout en me guidant doucement vers une plate-bande en bordure du parking. Je remarque, profondément reconnaissante, que cette zone est plongée dans l'ombre.

Lo :" Si vous voulez encore vomir, faites-le ici. Je vais vous soutenir." Il passe un bras sur mes épaules ; de sa main libre, il relève mes cheveux  bouclé en queue-decheval pour les écarter de mon visage. J'essaie maladroitement de le repousser mais je vomis encore... et encore. Quelle con... c'est pas bientôt fini ? Même lorsque mon estomac est vide et que plus rien ne sort, d'affreux spasmes me tordent le corps. Je fais vœu en silence de ne plus jamais boire. C'est trop horrible. Enfin, ça s'arrête....

fifty shades of tomlinsonLisez cette histoire GRATUITEMENT !