chap : 21

1.3K 57 10

Allez, merde, quoi, embrasse-moi !

Tétanisée par ce désir si nouveau pour moi, je reste hypnotisé par la bouche de Louis tomlinson ; il me regarde, l'œil mi-clos, la prunelle assombrie.

Sa respiration s'est accélérée. La mienne s'est carrément arrêtée. Je suis dans tes bras. Embrasse-moi, je t'en supplie. Il ferme les yeux, inspire profondément et secoue légèrement la tête comme pour répondre à ma question muette. Quand il rouvre ses yeux, il a l'air résolu.

L:" harrold, vous devriez m'éviter. Je ne suis pas l'homme qu'il vous faut." Quoi ? D'où ça sort, ça ? Il me semble que c'est à moi seule d'en juger. Je fronce les sourcils, sonnée.

( je suis désolé les filles !!!me tuer pas )

L:"  Respirez, harrold, respirez,'' dit’il en me repoussant doucement. La poussée d'adrénaline qui m'a envahie après avoir été frôlée par ce cycliste et m'être retrouvée dans les bras de louis me rend à la fois surexcité et flageolant. NON ! hurle ma conscience désespérée. Tomlinson s'écarte, pose les mains sur mes épaules et me tient à bout de bras en m'observant attentivement. Je ne pense qu'à une chose : je voulais qu'il m'embrasse, je l'ai manifesté de façon assez évidente, et il n'a rien fait. Il ne veut pas de moi. J'ai royalement planté notre tête-à-tête. Je retrouve enfin ma voix.

H:" C'est bon, j'ai compris. Merci.'' Comment ai-je pu aussi mal interpréter la situation ? Il faut que je m'en aille, vite.

L:" Pourquoi merci ?' Il fronce les sourcils en me tenant toujours par les épaules.

H:" Merci de m'avoir sauvée."

L:" Cet imbécile roulait en sens interdit. Heureusement que j'étais là.'' Je tremble en pensant à ce qui aurait pu vous arriver. Vous voulez venir à l'hôtel vous asseoir un moment pour vous remettre ?'' Il me relâche, laisse pendre ses bras et je me retrouve plantée devant lui comme une idiote. Je secoue la tête pour m'éclaircir les idées. Je veux simplement m'en aller. Tous mes vagues espoirs se sont effondrés. Il ne veut pas de moi. Tu t'imaginais quoi, au juste ? Pourquoi Louis tomlinson voudrait-il de toi ? me raille ma conscience. Je me tourne vers l'intersection, en remarquant, soulagée, que le petit bonhomme du feu est passé au vert. Je traverse rapidement. Tomlinson me suit. Une fois devant l'hôtel, je me retourne brièvement vers lui, sans réussir à le regarder dans les yeux.

H:"Merci pour le thé et la séance photo. '

L:" harrold . je... Sa voix angoissée m'oblige à relever les yeux. Les siens sont tristes. Il passe sa main dans ses cheveux, l'air déchiré, frustré ; son self-control s'est évaporé.

H:" Quoi, louis ?'' Il ne répond pas. J'ai envie de disparaître pour soigner mon amour-propre blessé.

L:" Bonne chance pour vos examens, murmure-t-il. "Hein ? C'est pour ça qu'il fait cette tête-là ?

H:"Merci," dis-je sans me donner la peine de cacher mon air sarcastique. ''Adieu, monsieur tomlinson.''

Je fais volte-face, vaguement étonnée de ne pas avoir trébuché, et je m'éloigne en direction du parking sans me retourner. Arrivée dans le souterrain en béton éclairé de néons sinistres, je m'appuie contre un mur, la tête entre les mains. Qu'est-ce que je m'imaginais ? Pourquoi je pleure ? Furieus de cette réaction idiote, je m'accroupis et me pelotonne pour me faire aussi petit que possible, comme si ça pouvait diminuer ma douleur. Posant la tête sur mes genoux, je laisse couler des larmes irrationnelles. Je pleure la perte de quelque chose que je n'ai jamais eu. Ridicule. Je n'ai jamais été rejetée par un homme..... D'accord, j'ai toujours été le dernière choisie pour les équipes de basket ou de volleyball, mais ça se comprend : je suis incapable de courir en faisant autre chose en même temps, comme faire bondir ou lancer un ballon. Sur un terrain de sport, je suis un danger public. Mais en amour, je ne me suis jamais exposée, jamais. Toute ma vie, j'ai douté de moi - je suis trop pâle, trop maigre, trop mal fringuée, trop empotée mes focettes sont trop profonde mes boucles sont très grosse je suis un mec ?... la liste de mes défauts s'allonge à l'infini. C'est donc toujours moi qui ai repoussé mes admirateurs potentiels. Il y avait bien un garçon dans mon cours de chimie à qui je plaisais, mais personne ne m'a jamais attirée - personne, sauf Louis . Quel salaud, celui-là. Je devrais peut-être me montrer plus gentil avec des types comme Paul Clayton ou Liam Payne : ni l'un ni l'autre ne me ferait fondre en larmes dans un parking souterrain. Arrête ! Arrête tout de suite ! me hurle ma conscience, les bras croisés, en tapant du pied. Monte dans la bagnole, rentre à la maison, occupe-toi de tes études. Oublie-le... tout de suite ! Et cesse de t'apitoyer sur toi-même. J'inspire profondément. Un peu de dignité, Styles tu est un mec pas une petite fille . Je me dirige vers la voiture de zayn en essuyant mes larmes. Je ne repenserai plus à lui. J'ai appris ma leçon. Mieux vaut que je me concentre sur mes examens. Je trouve zayn assis à la table de la salle à manger avec son ordinateur. Son sourire s'évanouit dès qu'il me voit.

Z:" Harry , qu'est-ce qu'il y a ? Non... ''de grâce, pas l'Inquisition de zayn ! Je secoue la tête comme pour lui dire « fous-moi la paix », mais autant s'adresser à une sourde-muette aveugle.

Z:" Tu as pleuré.'' Parfois, il a vraiment le don d'enfoncer les portes ouvertes.

Z:" Qu'est-ce qu'il t'a fait, cet enfoiré ? rugit-il. Bon sang, il me fait peur.

H:" Rien, zayn. C'est justement là le problème. ''Cette pensée me tire un sourire ironique.

Z:" Alors pourquoi as-tu pleuré ?" Tu ne pleures jamais, reprend-il d'une voix plus douce. Il se lève, inquièt, pour me serrer dans ses bras. Il faut que je lui dise quelque chose, rien que pour qu'il me laisse tranquille.

H:" J'ai failli me faire renverser par un cycliste. " C'est tout ce que j'ai trouvé, mais ça le distrait un instant de... lui.

Z:" Tu n'es pas blessé, au moins ? Il me tient à bout de bras pour m'examiner de la tête aux pieds. H:"Non, louis m'a rattrapée. Mais je suis encore assez secoué."

Z:"Ça ne m'étonne pas. Et ce café, c'était comment ? Toi qui détestes le café !"

H:" J'ai pris un thé. Ça s'est très bien passé, rien à signaler. Je ne sais pas pourquoi il m'a invitée." l:" Tu lui plais, Harry ".

fifty shades of tomlinsonLisez cette histoire GRATUITEMENT !