chap : 17

1.4K 61 9

Il se redresse et me fait signe de le précéder. J'avance dans le couloir, les genoux tremblants, des papillons dans l'estomac, le cœur battant à cent à l'heure. Je vais prendre un café avec Louis Tomlinson... et en plus, je déteste le café. Nous parcourons ensemble le vaste couloir jusqu'à l'ascenseur. On va parler de quoi ? Qu'est-ce que je peux bien avoir en commun avec lui ?

L'ascenseur arrive .Ses portes s'ouvrent sur un jeune couple en pleine étreinte passionnée. Surpris et gênés, ils s'arrachent l'un à l'autre en regardant d'un air coupable dans toutes les directions, sauf la nôtre. Luttant pour rester impassible, je regarde fixement mes pieds, les joues roses. Quand je jette un coup d'oeil à louis à la dérobée, il me semble qu'il esquisse un demi-sourire, mais je n'en suis pas sûre. Le jeune couple se tait. Nous n'avons même pas de musique d'ascenseur pour faire diversion. Quand les portes s'ouvrent, à ma grande stupéfaction, louis me prend par la main. Un courant électrique me parcourt. Derrière nous, le jeune couple étouffe ses gloussements. Louis sourit.

L:" Les ascenseurs, ça fait toujours de l'effet.'' Nous traversons le vaste hall de l'hôtel mais louis évite la porte tournante : je me demande si c'est pour ne pas être obligé de me lâcher la main. Il fait doux par ce beau dimanche de mai et il n'y a pas beaucoup de circulation. Tomlinson prend à gauche en me tenant toujours par la main. Louis Tomlinson me tient par la main. Personne ne m'a jamais tenue par la main. J'en ai le vertige, des picotements partout, et je lutte pour ravaler le sourire imbécile qui menace de me fendre le visage en deux. Un peu de dignité, Harry , m'implore ma conscience. Nous parcourons quatre pâtés de maison avant d'atteindre Portland Coffee House, où louis me lâche enfin la main pour m'ouvrir.

L:" Voulez-vous choisir une table pendant que je prends nos consommations ? Que souhaitez-vous ? me demande-t-il, toujours aussi poli.

H:" Je prendrai... euh... de l'English Breakfast Tea, avec le sachet dans la soucoupe". Il hausse les sourcils.

L:" Vous ne voulez pas un café ?"

H:" Je n'aime pas le café." Il sourit.

L:" Bon, alors un thé. Sucre ?"

H:"Non merci. "Je fixe mes doigts entrelacés.

L:" Voulez-vous manger quelque chose ?''

H:" Non merci. Je secoue la tête et il se dirige vers le comptoir." Je l'observe discrètement pendant qu'il fait la queue. Je pourrais l'admirer toute la journée... Il est grand, mince, avec des épaules larges, et la façon dont son pantalon lui descend sur les hanches... Oh mon Dieu. À une ou deux reprises, il passe ses longs doigts gracieux dans ses cheveux, secs maintenant mais toujours rebelles. Hum... J'aimerais bien lui faire ça. Je mordille ma lèvre inférieure en regardant mes mains. Le tour que prennent mes pensées m'inquiète.

— À quoi pensez-vous ?

fifty shades of tomlinsonLisez cette histoire GRATUITEMENT !