89.Adam♤

299 28 3
                                          

Je tapais nerveusement dans un petit caillou qui s'était malheureusement retrouver sur mon chemin.Avec Lohan, on a l'autorisation de sortir plus tôt parce qu'on avait fini le dst plus.

Soudain je la vis apparaître dans un rayon lumineux du soleil. Une ombre avec de belles courbes.Elle courrait vers moi, ses tresses emportés dans la vitesse que ses mouvements de jambes créaient.

Je sentis mon cœur s'affoler et le souffle me manquer.

J'avais l'impression de rêver.

Ezra était remise sur pieds .

Sans attendre, elle se jeta dans mes bras. Je faillis perdre l'équilibre face à son saut, mais j'avais réussi en reculant de deux pas à retrouver ma stabilité.Je glissais mes mains autour de sa taille voulant la garder tout contre moi.Et c'est quand elle m'embrassa que je sus que j'allais l'aimer pour le restant de mes jours. Je n'avais pas à douter de ce fait-là.

Elle m'embrasse en plein milieu de la cour sous la première neige et je crois que les autres nous ont vu parce que ça sonne au même moment.Parce qu'ils sortent tous de classe pour rentrer chez eux et forcément, ils doivent passer devant nous.

Je n'y fais pas attention. Je me concentre sur ses lèvres et puis le reste n'a plus d'importance. Aucune. Ça s'efface, ça se trouble, il n'y a que ses yeux et plus rien d'autre que ses yeux. Je pourrais me perdre dedans. De toute façon je crois bien que je m'y suis perdu depuis trop longtemps.

On marche l'un à côté de l'autre dans les ruelles désertes. La nuit tombe tout doucement même s'il est à peine dix-huit heures et le silence s'est approprié les lieux, comme si la terre entière avait arrêté de tourner, comme si quelque part, le monde entier s'était figé, immobilisé comme une statuette pour écouter les flocons de neige se déposer tout autour de nous.

On dépasse l'appartement d'Ezra sans dire un mot. Sans même se regarder. On continue de marcher tout droit dans le froid.

-C'est mon anniversaire . Annonce t-elle

Je lui attrape la main.On ne parle toujours pas, on avance ensemble, je voudrais lui offrir le plus bel anniversaire au monde.

L'emmener tellement loin, je voudrais tellement qu'elle vive un anniversaire comme elle le mérite, avec un fondant au chocolat, des bougies et des cadeaux emballés, je voudrais
tellement tout ça et pourtant j'en suis incapable.

Je n'ai jamais été très doué pour les fêtes, les surprises et tout le bordel.

Je savais même pas que c'était son anniversaire, j'ai rien préparé, je me sens minable. Minable et pitoyable.

« Partons. » dis-je doucement

« Quoi? » me demanda-t-elle surprise.

Elle reposa ses pieds sur le sol, instaurant un faible espace entre nous.

« Partons loin de tout ça, Ez. Loin de cet endroit .Fuyons ensemble, là où notre amour ne sera pas désapprouvé,là où nous serons libre. »

Je collais mon front au siens, inspirant les faibles particules de son parfum qui flottaient dans l'air. Elle posa tendrement sa main sur ma joue, inspirant profondément.

- On rentre. ok ?

Elle voit bien que je reste bloqué, que j'ai du mal à m'en aller, à abandonner l'horizon, à faire marche arrière pour rejoindre la ruelle habituelle.

Elle voit bien que je voudrais partir. Loin. Prendre cette route-là. Celle qu'on ne connaît pas. Celle qu'on emprunte jamais. Aller au bout, marcher toute la nuit. Elle le sais bien.Elle le voit bien .

-On peut pas, tu le sais bien.

-Pourquoi, putain ?! Pourquoi ?

-C'est pas si simple... On a pas d'argent, on a nulle part où aller...

-Mais on s'en fout, de ça, non ?! Tu n'a pas envie de liberté?  t'aurais voulu te barrer, non ?

-Adam, calme-toi...

-Je veux plus me calmer. Je veux partir. Partir. Partir, putain, me touche pas. M'approche pas.

- Adam ...

Je secoue la tête dans tous les sens comme un chien enragé.

-Mais tu comprends pas ? J'en ai marre ! Je veux partir !

-Je sais bien, Adam, je sais bien...

-Non, tu sais rien du tout !  Et puis merde ! T'as vu ce que je te fais, t'as vu l'anniversaire que je te fais passer ? Je suis qu'un con ! Un con...

Ses mains encadrent mon visage doucement.

Elle s'approche sans dire un mot avec des yeux qui brillent comme des saphirs, comme des diamants. Comme un milliard de diamants.

- Je te le promet, qu'on va s'en aller. C'est juste une question de temps. Pas longtemps. Tu me fais confiance ?

-Oui mais...

-Tu me fais confiance, oui ou merde Adam?

-Oui...

-Oui ?

-Oui, Ezra MCcarty . Je te fais confiance.

Elle m'embrasse. Pas passionnément, je veux dire. Elle m'embrasse juste comme si ce baiser, c'était une preuve. Une promesse. C'était comme pour me demander d'attendre encore un peu. Alors je serre ma main contre la sienne et j'accepte de rentrer chez moi. Parce que je lui fais confiance. Parce que je n'ai jamais fait autant confiance à quelqu'un.


Juste entre amoureux |●TERMINÉELà où vivent les histoires. Découvrez maintenant