DISCORDANCES ET ATTIRANCES

2 1 0
                                                  

Dans la pièce où le Conseil tient ses assemblées, les visages sont crispés. Ulva a convoqué pour une réunion de crise les personnes en qui elle a le plus confiance.

Assis dans une posture martiale, sire Jermond attend que la Conseillère Suprême l'autorise à parler. Le jeune officier n'a jamais été invité à siéger à la table de la salle des Heaumes. Impressionné par la solennité du lieu, il observe avec respect les portraits de dirigeants légendaires décorant les murs.

En face de lui, Oriana s'agite nerveusement. Elle préférerait agir pour parer aux menaces qui pèsent sur les Terres d'Eschizath. Les renseignements fournis par des éclaireurs indiquent que l'armée ennemie approche des rives du lac Gelé et ne tardera pas à se mettre en ordre de bataille. Organiser la défense de la capitale lui semble une tâche plus urgente que des palabres.

À l'extrémité opposée de la table, Alquin est plongé dans ses pensées, l'air boudeur. La convocation d'Ulva ne l'enchante pas, car depuis l'annonce de la présence d'une force étrangère, leurs avis divergent sur la conduite à tenir.

Debout à côté de lui, Horst est encore plus mal à l'aise. L'atmosphère tendue du lieu n'inspire pas le garde de l'Ordre, qui songe aux mille et une choses dont il devrait s'acquitter. Tormund n'a accepté de le lâcher d'une semelle que pour s'installer en faction devant la porte d'entrée. Tant que le géant surveille l'accès, personne ne risque de s'introduire.

Ulva s'assoit lentement à la place qui lui échoit afin que la séance débute.

— Mes amis, je vais avoir besoin de vous pour m'aider à prendre des décisions vitales...

La noble dame se passe la main dans les cheveux, dans un geste inutile mais hésitant.

— La première des questions concerne Annabelle, dont il semblerait qu'une armée vienne à la rencontre.

— Cette traîtresse ! s'emporte Oriana. Elle a tenté de voler l'éclat en provenance de l'espace. Elle ne mérite pas notre clémence.

En signe d'apaisement, Ulva acquiesce en hochant légèrement la tête.

— Certes, ma belle. Pourtant, nous devons prendre en compte son nouveau statut. On ne condamne pas à la légère une future reine.

Oriana ouvre la bouche pour répondre, avant de se raviser. Alquin en profite pour sortir de sa torpeur apparente.

— Ne soyons pas trop sévères avec Annabelle. Elle n'était encore qu'une enfant voilà peu de temps. Sa renaissance en femme adulte interroge quant aux formidables capacités des fragments stellaires.

— Il ne manquerait plus que de lui trouver des excuses ! s'exclame Oriana. Lui rendre la liberté reviendrait à l'innocenter de tous ses crimes. Personnellement, je m'y oppose.

Une gêne s'installe entre les participants, qu'Ulva ressent pour la première fois de manière flagrante. En cette période de crise, l'union est primordiale.

— Je comprends ta colère, Oriana. Cependant, tu sembles oublier que des milliers de soldats du royaume des Hisles ont envahi notre territoire. Même si leurs intentions belliqueuses ne sont pas encore avérées, nous devons envisager toutes les possibilités. Sire Jermond, quel est votre avis ? Nous n'avons pas entendu le son de votre voix.

Mal à l'aise, l'intéressé se dresse comme un beau diable et se met au garde-à-vous. Malgré les sourires moqueurs des autres participants, il fixe avec sérieux sa supérieure :

— Merci de m'autoriser à m'exprimer, Conseillère. C'est un grand honneur pour moi...

— Venez-en au fait, capitaine ! J'ai réclamé votre point de vue.

T3 - LES FRAGMENTS DE DISCORDELà où vivent les histoires. Découvrez maintenant