UN AVERTISSEMENT SANS FRAIS

2 1 0
                                          

Rassembler et mettre en branle une aussi grande armée n'a pas été une mince affaire. Le régent est conscient qu'en temps normal, une saison au moins aurait été nécessaire.

La présence de l'ost royal, qui campait à proximité de la forteresse du défunt roi Kildéric, a joué en sa faveur. À peine de retour du pays mitoyen, les soldats, qui espéraient passer l'hiver chez eux, ont reçu l'ordre de marcher sur les Terres d'Eschizath.

À ces troupes émoussées, le comte Destogard a adjoint les forces militaires des bannerets bien vivants, ceux-là mêmes qui avaient refusé d'accompagner leur ancien suzerain afin de combattre le Prince Noir. Parmi eux, le duc de Marbre et le marquis de Vaulquier paradent à l'avant-garde du corps expéditionnaire.

Le vieillard, allongé sur une litière, apprécie chaque moment de cette longue marche, malgré sa santé fragile. Il a l'impression de rajeunir à mesure qu'ils approchent de la capitale. D'après les éclaireurs, la forêt d'Eslhongir est toute proche.

Bien évidemment, il n'a eu aucune peine à motiver et à unir sous une même bannière tous les seigneurs du royaume des Hisles. La perspective de délivrer leur future reine a fait bouillir le sang à plus d'un. L'appât du gain aussi, cela s'entend. Les grandes plaines au sud du lac Gelé sont réputées pour la richesse de leur sol.

Pour l'instant, il n'est pas question de s'accaparer les terres, seulement de faire une démonstration de force devant les remparts de la citadelle. Depuis le franchissement de la frontière naturelle matérialisée par des contreforts escarpés, l'armée n'a rencontré aucune opposition. À croire que la témérité des tribus montagnardes était exagérée. Il est vrai qu'une grande partie de ce peuple belliqueux a été exterminée par les troupes de Morgaste.

Plusieurs généraux craignaient les réactions du roi sous la Montagne, allié des opposants au Prince Noir. L'intervention de cette race cavernicole avait été décisive durant la dernière bataille aux portes d'Espélia. Les officiers rappelaient que son Altesse aux Cent Royaumes avait pris fait et cause pour la population des Terres d'Eschizath.

— Balivernes ! a rétorqué le comte Destogard. Ces gueux sont retournés se terrer dans le ventre obscur des montagnes. Cette sorte d'hommes n'intervient que très rarement dans les conflits à la surface. Le traité hasardeux signé à l'époque n'a plus aucune valeur aujourd'hui.

Avant d'assiéger la capitale, le régent souhaite négocier pour éviter toute effusion de sang inutile. Son armée établira le campement sur les rives du lac Gelé et une délégation se rendra à Espélia. La présence d'un nombre conséquent de soldats sur son territoire incitera le Conseiller Suprême, ou plutôt la Conseillère, à accepter ses conditions.

Une femme à la tête d'un pays, quelle folie ! Le patriarche n'imagine pas un instant sa famille dirigée par une donzelle. Les tractations n'en seront que plus aisées ! Il ne lui fera pas l'honneur de se rendre à la cité, mais enverra certains de ses seigneurs en qui il a le plus confiance.

Comme lors des parties de cartes, le vieil homme conserve un atout dans sa manche. Un des geôliers du château royal a extrait de sa cellule un prisonnier, qui prétend connaître le frère de cette dame Ulva, Alquin de Tolgui. À moitié mort de faim, il a accepté sans rechigner de prendre part au voyage.

Comment s'appelle-t-il déjà ? Ah, oui ! Manfred. Manfred le tavernier. D'après les gardiens de prison, un commerçant bedonnant lors de son incarcération qui, grâce à son séjour prolongé dans les cachots et au régime alimentaire dont il a bénéficié, n'a plus de problème de poids.

La destination boisée est en vue ! Les ambitions conquérantes de Morgaste l'avaient poussé à faire tracer une route à travers la végétation pour faciliter l'avancée de ses troupes. Voilà qui aidera la progression de son armée. Avec un peu de chance, dès après-demain, l'étendue d'eau sera visible.

T3 - LES FRAGMENTS DE DISCORDELà où vivent les histoires. Découvrez maintenant