AU NOM DU PÈRE

2 1 0
                                          

Après l'attaque fulgurante de l'essaim, résultant de l'agrégation d'insectes en métal, Alceste ne sait plus quoi penser. Des soldats qui n'ont pas trouvé refuge sous le dôme protecteur ont été retrouvés morts, couverts d'horribles piqûres. Par chance, tous ses compagnons sont sains et saufs.

Aberden, Othe Monclart, et même Magog le Maraudeur, prennent conscience d'avoir échappé au pire. Le titre ronflant d'Élu a permis, sans qu'il ne sache exactement comment, d'éviter un carnage. Des pouvoirs dont il ignore l'étendue sommeillent en lui, des pouvoirs qu'Aubert a su réveiller et maîtriser.

Cette menace mystérieuse met mal à l'aise Alceste, car il ne comprend pas son origine. Assurément, un ennemi inconnu veut sa perte et ne pas savoir pourquoi le fait enrager.

De son côté, Ulva a reçu un message de la capitale, au moment où elle s'apprêtait à reprendre la route vers la Marche du Sud. La nouvelle stupéfiante qu'elle partage avec ses proches attise la fureur du jeune homme.

— Vous avez laissé une enfant de six ans et un page dérober les fragments réunis ! Grâce à l'incompétence de vos gardes, Annabelle aurait recouvré sa forme adulte ?

— Maîtrise-toi, Alceste, tempère la Conseillère Suprême. Je comprends ton inquiétude, mais Horst et Oriana, accompagnés des meilleurs cavaliers, se sont lancés à leur poursuite.

Aubert pose sa main sur l'épaule de son élève en signe d'apaisement, mais à son étonnement, celui-ci le repousse sans ménagement.

— Laissez-moi ! Expliquez-nous plutôt pourquoi nous sommes partis en laissant une pierre vitale à la merci du premier venu !

Tous les regards se tournent vers le mage, y compris ceux des émissaires, qui, bien que tenus à distance, ne perdent pas une miette des échanges.

Mal à l'aise, Aubert se frotte les mains, cherchant visiblement à gagner du temps. Il dévisage le jeune homme, puis tous les protagonistes qui s'impatientent.

— Là où nous nous rendons, l'éclat stellaire ne serait d'aucune utilité.

Le ton péremptoire et le mystère entourant leur destination achèvent de mettre Alceste hors de lui.

— J'en ai assez des réponses sibyllines ! Je ne suis plus cet adolescent naïf qui faisait aveuglément confiance aux adultes. Je désire connaître le véritable but de notre voyage, qui semble si important que nous pouvons nous permettre d'oublier le fragment magique.

— Le vent qui souffle en rafales, poursuit Aubert, chargé du sable des terres arides, nous oblige à baisser la tête en signe d'humilité. Pareillement, la Destinée trace des courbes sinueuses auxquelles l'homme doit se plier.

Agacée, Ulva pense à son frère, Alquin, qui aime parfois s'exprimer sous forme d'énigmes.

— Le temps presse, malheureusement, mes amis. Je dois rebrousser chemin pour assumer nos erreurs. Trois de nos gardes accompagneront les plénipotentiaires à la frontière. Vous conserverez le pigeon voyageur en cas de danger ou simplement pour m'informer de votre progression.

Alceste fulmine, car il sait que l'étranger ne lui fournira pas d'autres explications. Les membres de la troupe retournent à leurs préparatifs, oubliant visiblement l'incident. De dépit, il s'enfuit en courant vers l'abri d'un rocher. Machinalement, Aberden lui emboîte le pas.

— Laissez-le ! ordonne Ulva. À son âge, il a besoin de rester seul pour entendre raison. Vous lui transmettrez mon soutien affectueux dans les épreuves qui l'attendent. Aubert, j'espère que vous savez ce que vous faites.

Sans attendre une réponse de sa part, l'énergique dame monte à cheval et donne le signal du départ. Flanqué des deux mercenaires, Aubert regarde les cavaliers disparaître au galop, tandis que dans la direction opposée, les négociateurs les saluent en s'éloignant.

— Nous ne sommes plus que cinq à présent, constate Aberden, imperturbable.

Après avoir récupéré les chevaux, le groupe amoindri se remet en route. Obliquant vers le sud-est, les cavaliers sont témoins des mutations du paysage. Aux vallées dont les versants se parent des couleurs automnales succèdent de vastes étendues couvertes de cailloux, où les reliefs volcaniques émergent tels des tertres brûlés.

La température ne cesse d'augmenter, obligeant à ménager les montures. Chaque jour, trouver un point d'eau devient un enjeu majeur. À ce jeu, Aberden et Magog rivalisent d'adresse. Les qualités reconnues de pisteur de l'oncle d'Annabelle sont mises à rude épreuve face à l'instinct de survie du Maraudeur. Chacun des mercenaires cherche à impressionner l'autre.

De son côté, Alceste continue de bouder, au point qu'Othe ne l'épargne pas dans ses saillies.

— Un Élu qui fait la tête ne peut prétendre être loué !

Le jeune homme, qui n'apprécie pas les plaisanteries, s'isole au point qu'Aubert est obligé de rappeler à l'ordre l'ancien conseiller.

— Messire Monclart, sa jeunesse le rend susceptible. Ce n'est pas le moment de le fâcher davantage.

Pourtant, le soir autour du foyer, le noble sarcastique ne peut s'empêcher de lâcher un bon mot :

— Allons, mon brave ami, il ne faut pas confondre ego avec ergot !

Bien qu'il ne saisisse pas toute la subtilité du jeu de mots, Alceste bondit sur Othe pour le rosser. Face à son attitude belliqueuse, le gros homme est pris d'un fou rire contagieux qui dissipe tout malentendu.

Une fois la troupe endormie, Aubert rejoint Alceste, qui assure le premier tour de garde.

— Jeune Élu, il est temps que nous ayons une conversation. Posez-moi les questions qui vous tracassent et je répondrai autant qu'il m'est possible !

Pris de court, Alceste se sent un peu honteux, comme pour un caprice. Néanmoins, la douceur de la nuit est propice au dialogue.

— Dites-moi auxquels de mes questionnements les Terres Brûlantes répondront.

Le grand mage secoue la tête à la manière d'un cheval, cherchant à dissimuler sa gêne.

— Nous attendons tous des réponses : certaines apaiseront nos craintes, d'autres, au contraire, les raviveront.

Alceste s'agace à nouveau. Son mentor parle sous forme d'énigme.

— Par le pouvoir des fragments, exprimez-vous clairement !

Aubert se gratte le front, en manque d'inspiration. Il décide d'aller droit au but.

— Mon ami, toute votre vie, vous vous êtes demandé qui était votre père. Alors, sachez que l'endroit où nous nous rendons est le plus indiqué pour découvrir vos origines.

Pétrifié, Alceste ne réagit pas, comme s'il avait reçu un coup de massue sur la tête. Aubert, réalisant qu'il en a trop dit, l'abandonne à ses interrogations.

Tandis que la silhouette du mage est engloutie par la pénombre, l'Élu n'est plus du tout certain de vouloir poursuivre son périple vers les Terres Brûlantes.

T3 - LES FRAGMENTS DE DISCORDELà où vivent les histoires. Découvrez maintenant