LE TEMPS DE LA REVANCHE

2 1 0
                                          

La nuit. La fraîcheur nocturne en cette fin d'été est une bénédiction. Morgaste repense à la chaleur étouffante de la prison, où ce félon de Grand Prêtre de la Confrérie des Âmes Noires l'avait envoyé. Il n'oublie pas les prisonniers qui mourront, abandonnés, tandis que le responsable de leur condamnation se tient debout, libre sous la voûte sombre et constellée d'étoiles.

Complice de son évasion, le disque lunaire n'éclaire pas l'obscurité, sans laquelle le rescapé de l'enfer ne pourrait se soustraire aux soldats lancés à ses trousses. Car, c'est une certitude, sa fuite ne restera pas longtemps secrète. Le commanditaire de son assassinat attend avec impatience l'annonce de sa mort.

Les vêtements en lambeaux, tachés de sang, Morgaste, méconnaissable, se dresse face à l'entrée de la caserne. Sa chevelure, jadis d'un noir d'ébène, est à présent parsemée de reflets argentés. Lui, le Prince Noir, conquérant intrépide, a marché pendant plusieurs jours en évitant les villages, mendiant des œufs ou des fruits dans les rares fermes rencontrées.

Le cantonnement des Maraudeurs se situe à quelques lieues de son palais, après avoir traversé une forêt calcinée et remonté le lit d'une rivière asséchée. Le séjour dans les geôles a failli avoir raison de Morgaste, qui a cru ne jamais parvenir à destination.

L'usurpateur n'a pas osé éliminer ces unités, de peur de s'en faire des ennemis impitoyables en cas d'échec. Le Prince Noir suspecte que la légitimité du nouveau pouvoir est fragile, aussi des alliés potentiels seraient les bienvenus.

Son regard brûle d'une lueur azurée. Il sourit et arbore une grimace de prédateur. Il faut exploiter sans attendre cette erreur stratégique du Grand Prêtre. Plus de trois cents hommes stationnent dans ce campement entouré de murailles épaisses, sans compter les catins et la domesticité.

Ce lieu fortifié assure sécurité et convivialité aux Maraudeurs. Les combattants peuvent s'adonner aux plus folles libations sans redouter d'attaque-surprise. Toutefois, cette protection s'avère à double tranchant, car les troupes d'élite demeurent prisonnières, à la merci des caprices d'un monarque.

En temps normal, des sentinelles montent la garde devant la herse levée et déclenchent l'alerte au moindre signe suspect. Morgaste remercie la chance, ou le hasard, qui fait que celle-ci soit baissée. Il devine au brouhaha que personne dans le campement n'a voulu rater une nuit de débauche. L'alcool doit couler à flots et les frustes soldats s'en donnent à cœur joie avec des femmes de petite vertu.

Stupides mâles, dominés par leurs instincts sexuels ! Depuis sa déconvenue amoureuse avec Oriana, Morgaste se considère vacciné de l'amour. Il se colle à la grille, qui peut coulisser verticalement. La froideur du métal atténue un instant ses souffrances.

Le feu du volcan a réveillé ses capacités en sommeil. La détention du fragment stellaire pendant toutes ces années a durablement affecté son organisme ; insuffisamment, toutefois, pour le guérir de son mal. Résolument, il empoigne les barreaux d'acier et concentre son pouvoir sur cet obstacle. Malgré une forme physique déclinante, il n'a rien perdu de ses facultés psychiques. Le rougeoiement indique que le matériau entre en fusion. Morgaste ôte ses mains avant de se brûler. Les tiges métalliques se racornissent comme la cire d'une bougie.

L'ouverture pratiquée suffit au tyran pour s'introduire dans le camp retranché. À présent, la partie la plus difficile s'annonce : convaincre une bande de brutes et d'ivrognes sans scrupules de rallier sa cause !

En l'absence de commandant, Olgaf s'est autoproclamé général en chef de cette troupe hétéroclite. Les hommes n'ont pas contesté longtemps son autorité : sa stature massive et sa renommée de maître d'armes en font un meneur naturel. Les téméraires, ou plutôt, les pauvres fous qui ont osé s'opposer à lui l'ont payé de leur vie.

T3 - LES FRAGMENTS DE DISCORDELà où vivent les histoires. Découvrez maintenant