DESCENTE AUX ENFERS

2 1 0
                                          

Les deux confrères qui l'escortent ne prononcent aucune parole, à croire qu'ils sont muets. Morgaste devine qu'accompagner leur ancien souverain dans les cachots de son propre palais n'est pas tâche aisée. Néanmoins, pas question pour lui de s'attarder sur leurs états d'âme. Ces subalternes font seulement leur devoir, ils obéissent désormais aux ordres du Grand Prêtre.

Ce traître a œuvré dans l'ombre à sa perte, s'aidant pour cela de la Confrérie des Âmes Noires. Morgaste enrage, car il est à l'origine de la création de cet ordre. Ses membres devaient servir sa cause, à l'écart du fracas des batailles. Un rôle différent, mais complémentaire de celui des Maraudeurs, qui agissent au grand jour, semant la terreur dans un pays voisin en préambule d'une future invasion.

Malgré la fraîcheur nocturne de cette fin d'été, la température augmente inexorablement à mesure que les geôliers descendent l'interminable suite d'escaliers de pierre menant aux prisons. Tandis que les premiers cachots souterrains abritent principalement des opposants politiques, aux niveaux inférieurs, de vastes cellules regroupent des bandits de grand chemin, ainsi que des assassins.

Morgaste a toujours prôné une justice expéditive : inutile de dépenser du temps et de l'argent en vains procès pour des peines connues à l'avance. S'ériger en juge suprême, voilà la meilleure manière de rendre la justice. Le tyran déchu refuse de se laisser envahir par la nostalgie du pouvoir.

Le trio inattendu arrive face à une grille cadenassée, derrière laquelle un gardien à l'air morne les observe.

— Mordieu ! Vot' prisonnier, c'est l'seigneur Morgaste !

Instinctivement, le personnage fruste recule, effrayé à l'idée d'accueillir un hôte aussi prestigieux dans la prison.

— Dépêche-toi de nous ouvrir, geôlier, ordonne le plus jeune des deux confrères. Voici l'ordre d'incarcération portant le cachet officiel. La roue a tourné dans le mauvais sens pour notre ancien despote.

Surmontant ses réticences, Gaubert actionne le mécanisme qui permet le passage aux trois hommes. Tandis qu'ils s'éloignent, Morgaste entend murmurer le factionnaire :

— Quand même, not' prince !

Le couloir dans lequel ils s'engagent exhale des relents de mort. Les quelques torches fichées dans le mur n'éclairent pas plus loin que le marcheur de tête.

La fatigue aidant, Morgaste imagine que les ombres qui s'étirent à leurs côtés sont des alliées. Au prochain croisement, elles se jetteront sur son escorte et la neutraliseront afin qu'il puisse s'échapper. En d'autres temps, il n'aurait pas eu besoin de faire appel à des chimères pour se libérer : ses pouvoirs auraient été suffisants pour le débarrasser des gêneurs.

Malheureusement, sa santé déclinante l'empêche d'éliminer deux combattants aguerris, prêts à sacrifier leur vie pour accomplir une mission. Après avoir cheminé à travers un dédale de couloirs, le détenu et ses gardes s'aventurent dans une partie méconnue de la prison. Les entrailles de la forteresse recèlent d'innombrables grottes, des passages souterrains que ses soldats n'ont pas tous explorés.

Pourquoi les confrères l'emmènent-ils à une telle profondeur ? Pour ce qu'il en sait, le quartier des prisonniers issus de la noblesse se situe au niveau supérieur. Une bouffée de colère le submerge : ces chiens oseraient-ils l'incarcérer en compagnie des prisonniers de droit commun ? Son rang élevé lui octroie certains privilèges. Morgaste serre les poings, s'efforçant de maîtriser la fureur qui enfle dans ses muscles. Il pourrait défier les deux jeunes recrues, lâcher la bride à la violence qui sommeille dans son corps.

Sauf que précisément, son corps le trahit chaque jour davantage, ses forces s'amenuisent, dévorées par le mal qui le ronge. La fatigue transperce ses os affaiblis par la maladie, au point de redouter qu'ils ne se brisent comme du verre. Bientôt, il ne restera plus qu'un vieillard décrépit dont les jours seront comptés !

T3 - LES FRAGMENTS DE DISCORDELà où vivent les histoires. Découvrez maintenant