Partie 4

2 0 0

Je vois deux ombres reculer plus profondément dans l'obscurité de la ruelle. Au loin, un clocher sonne.

Un lampadaire s'allume alors presque immédiatement, éclairant les deux filles.

Il y avait une petite, environ 8 ans à vue. La plus grande devait avoir 16 ans environ.

La plus jeune avait de courts cheveux blonds bouclés, tandis que la seconde les avait noirs et longs.

Les habits qu'elles portaient étaient en lambeaux et seule la plus petite avait des chaussures. Le livre dont elles parlaient sûrement juste avant était sous le bras fin de la blonde.

Les deux filles ont commencées à courir dès lors qu'elles ont vues les lumières s'allumer.

Je pousse un soupir et retourne à la boite. Elles devaient être à la rue. Ce n'est pas mon problème.


Après avoir ramené mes potes, bourrés évidemment, je vais voir Milianna. Elle va avoir trois ans dans quelques mois. Mais même après trois ans, ma petite sœur me manque. Tout était allé trop vite ce jour là...

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

On coure jusqu'à en perdre l'haleine. On finit par s'arrêter devant un immeuble gris, identique aux quatre autres.

Je vérifie qu'Orielle va bien, et soudainement éclate de rire. Ma petite sœur me rejoint dans mon fou rire, et nous nous retrouvons à rire comme des demeurées au milieu de la nuit au pied d'un immeuble dégradé. Un jeune garçon passe dans la rue, et nous regarde bizarrement, faisant redoubler nos rires.

- Grande sœur?

- Oui ma chérie?

- C'était qui?

- Je sais pas, je l'ai pas vu. J'étais trop concentrée sur son pistolet pour ça.

On commence à marcher, et au bout d'une bonne heure de marche, on débouche sur un parc. On y entre et nous installons sur un banc. Orielle s'allonge, la tête sur mes genoux, et s'endort presque immédiatement. Je reste éveillée pour monter la garde.

Je laisse Ori' dormir jusqu'au midi. Lorsqu'elle se réveille, elle se fâche immédiatement en voyant le soleil à son zénith.

- Tu aurai pu me réveiller!

- Mais tu avais l'air si fatiguée!

- Parce que toi tu ne l'est pas peut-être?!

dit-elle en su tournant dos à moi et en gonflant ses joues

- Mais c'est mon rôle de veiller sur toi.

Ne recevant aucune réponse, je tente de trouver une solution pour qu'elle arrête de bouder.

- Si tu veut je te donnerai mon repas.

- Tu le fait déjà! Mais si tu veut que je te reparle je veut que tu dorme.

- Mais c'est dangereux!

- Je monterai la garde.

Après discussion, je me retrouve allongée sur le banc, ma petite sœur assise à côté.

- Dès que quelqu'un arrive, tu me réveille immédiatement. C'est bien compris?

- Oui oui! Ce n'est que la 10ème fois que tu me le dis. Allez maintenant dors.

me répond-elle en soufflant d'exaspération

- Tu me réveillera hein?

- 11ème.


Quand je me réveille, je regarde à côté du banc, mais il n'y a plus personne. Je cours vers deux formes vers l'espace de jeux, et vois Ori' se balancer sur une balançoire en parlant avec quelqu'un. Je m'avance au pas de course, prend ma petite sœur par le bras et repars dans la direction opposée.

Ma sœur commence à crier et à se débattre en demandant pourquoi je faisait ça.

Je m'arrête immédiatement, me tourne vers elle, les sourcils froncés, et tente de rester calme en lui expliquant les choses.

- Je t'avais dit de me réveiller si jamais il y avait quelqu'un! Tu m'a inquiétée!

- Désolé, mais...

- Pas de "mais". Qui sait ce qui aurai pu se passer! Il aurai pu te kidnapper! Ou te violer! Ou plein d'autre choses!

- Mais il est gentil!

- Tu ne le connais pas!

- Parce que toi si ?!

- Non mais moi déjà, je respecte les engagements que j'ai pris!

La petite blonde enlève sèchement son bras de ma main, et me regarde d'un regard noir.

- Tu ne fait jamais confiance à personne!

- Parce que je devrai?!

- Oui!

- Dois je te rappeler ce qui s'est passé la dernière fois que je t'ai écoutée et ai fait confiance à quelqu'un?!

Ses yeux s'agrandirent immédiatement, et des larmes commencèrent à rouler sur ses joues rougies.

Je me calme à la vue de ses larmes, et viens l'enlacer. Elle sèche ses larmes et me fait un bisous sur la joue.

Derrière elle, une personne s'avance. Je me met devant elle, et recule doucement.

- T'inquiète pas. Je vais pas vous faire de mal.

SœuretteWhere stories live. Discover now