Chapitre 5

8 0 0

                                                           Préoccupations

Lorsqu'il ouvrit les yeux, au petit matin, Ceylan se sentit vaseux. Son esprit était embrumé et le vertige était toujours présent, accompagné de nausées. Le retour à la réalité se voulait lui aussi difficile, le poussant à se demander où il se trouvait avant de reconnaître les anciens quartiers de sa mère – les siens, à présent. Toutefois, il finit par réaliser qu'un détail ne cadrait pas avec sa situation : il était seul dans le lit.

Sa main chercha machinalement les traces d'une présence ; il ne trouva que la fraîcheur d'une place abandonnée. Son époux devait avoir quitté la chambre depuis longtemps, ou peut-être même n'avait-il pas dormi à ses côtés. Il ne se souvenait pas l'avoir vu se coucher ; encore qu'en vérité, il ne se souvenait plus de grand-chose.

Son dernier souvenir était celui d'une conversation perturbée par l'adrénaline et les vapeurs d'opium, dans laquelle le nouveau roi lui confiait être en quête d'une personne envers laquelle il nourrissait manifestement un profond ressentiment. Les détails qui avaient suivi avaient beau avoir de l'importance, Ceylan n'en gardait pas le moindre souvenir. Ildrys avait-il seulement poursuivi plus loin ? Il n'en aurait pas mis sa main à couper.

En se creusant les méninges, il ne parvint qu'à retrouver quelques étincelles mourantes de sa fin de soirée. Il se souvint d'avoir été dirigé vers le lit, d'une demande visant l'autorisation d'un déshabillage rapide, puis d'avoir été alité.

À ce souvenir, Ceylan repoussa les draps et se découvrit effectivement nu comme un ver, vulnérable. Il se contracta aussitôt, songeant qu'Ildrys l'avait vu dans toute son intimité. Ce n'était pas tant sa pudeur qu'il aurait voulu défendre, que les moqueries qu'il aurait souhaité s'épargner. Qu'avait pensé le nouveau roi en découvrant son corps aux courbes trop gracieuses, sa taille joliment marquée et la cambrure remarquable de ses reins ? En sa qualité d'homme, il s'agissait de détails qu'il estimait honteux quand ils auraient fait toute la fierté d'une vraie femme. Cela ajouté à la prestation lamentable qu'il avait délivré sous les effets des aphrodisiaques, il ne put s'empêcher d'éprouver un violent malaise. Pour un peu, il en aurait pleuré, son honneur et sa fierté se trouvant fortement atteints.

Il se contint en remarquant que le maquillage qui maculait sa peau avait été partiellement effacé. Sans doute un ajustement nécessaire en conformité avec leur mensonge, preuve qu'Ildrys était diablement précautionneux. Quel homme effrayant, songea-t-il, en écarquillant les yeux. Il ne doit pas faire bon être son ennemi. Ceylan se réjouit que celui-ci lui ait assuré du contraire.

Au même moment, deux domestiques entrèrent dans les appartements et se présentèrent devant le lit. Ceylan n'eut même pas le temps de se couvrir qu'elles s'inclinaient déjà.

— Majesté, nous avons ordre de nous occuper de vous.

— Nous assurerons votre bain et vous aiderons à vous changer.

S'il acquiesça, il ne put s'empêcher de noter la rougeur de leurs joues et l'embarras dont elles faisaient montre. Il fit sans mal le rapprochement avec le plan de son époux, et sentit à son tour la gêne le gagner rien que d'imaginer ce que le palais avait pu entendre. En quelle proportion Ildrys avait-il poussé la comédie ?

Ignorant sa nudité, les deux femmes se partagèrent les tâches. La première récupéra le linge virginal, le visage bientôt écarlate, quand l'autre le conduisit aux bains.

Ceylan resta bien une heure dans l'eau. Pas de sa propre volonté, il va sans dire. Il aurait, au contraire, préféré se préparer et quitter sa chambre pour prendre la température du château, mais sa dévouée servante insista pour qu'il purifie son corps, se nettoie des « restes » de sa nuit, et soulage par la même occasion son séant, persuadée qu'il avait dû endurer de douloureuses besognes. Cela lui valut d'ailleurs qu'on exige de lui l'application du baume cicatrisant – afin de pouvoir de nouveau assurer les besoins de son mari la nuit suivante.

Djinns ( Boy's Love / MxM )Where stories live. Discover now