1

49 3 2
                                                  

Du bout des doigts, je pris délicatement le petit bâton blanc et rose. Les yeux levés vers le plafond blanc de la salle de bain, je tremblai. Je ne voulais pas regarder. Après une longue inspiration, je baissai les yeux. Un petit "+" s'affichait dans le petit rectangle. J'ai acheté ce petit bâton à la pharmacie. Il se vendait dans une boîte de trois petits bâtons. Je n'aurais pas à essayer les trois. J'ai dit à la pauvre caissière, qui me regardait avec pitié lorsque j'ai acheté la boîte, que c'était pour une amie. La transaction s'est fait en silence et elle m'a souhaité de passer une belle journée. Les deux sachant très bien que ces petits bâtons étaient pour moi.

Je fixai le petit "+" sans exactement savoir quoi faire. Je floche la toilette et je mis le test de grossesse dans la petite poubelle près de la toilette. Par dessus, je mis du papier de toilette. Beaucoup. Pour enterrer le petit "+". Pour l'instant, du moins. Tout pleins de "petits". Et j'ai un petit dans mon ventre. Après avoir remonté mes pantalons, je sortis de la salle de bain et je me rends dans ma chambre. Je ne touche pas à mon petit et je n'y pense pas.

Ma fête de 17 ans est dans quelques semaines. Je suis en secondaire 5. Je finis l'école cette année et je voulais m'en aller au cégep en Sciences humaines et ensuite aller à l'Université. Je suis bonne à l'école. J'ai pleins d'amis et j'ai même un petit ami depuis un an. Loïc. Un grand brun qui est dans l'équipe de hockey de l'école. Nous sommes dans le même groupe d'amis depuis notre première année du secondaire. Loïc...

Mon frère entre dans ma chambre sans cogner.

-Adéla, que fais-tu coucher comme ça dans ton lit à regarder le plafond?

Charles. Mon grand frère adoré. Il est âgé de 20 ans et en est à sa première année d'Université en biologie. Je ne répondis pas à sa question.

-Peu importe, maman dit que le repas est prêt. Elle a crié ton nom au moins dix fois. Que faisais-tu?

Je me levais et haussais seulement les épaules. Je passe devant lui et descend dans la cuisine, Charles sur les talons. La table à manger était belle. Comme à son habitude. Ma mère trouve que les repas en famille sont très importants. Elle met toujours tout beau. Des petites fleurs au centre de la table, des napperons agencés à la nappe, des couverts et des assiettes chers,... Ma mère y mettait son 100%. Comme à chaque jours, mon père entre dans la maison pendant que ma mère met les assiettes avec la nourriture sur la table. Il pose sa valise, embrasse ma mère, a une poigné de main "spéciale" avec mon frère et me donne un baiser sur la tête en disant "Bonsoir ma fille". Je lui répond par un petit sourire. Tout le monde s'assoit à leur place habituelle. Comme à chaque jours, mon père commence la conversation. 

-Nous avons eu un client important aujourd'hui au bureau.

Ma mère nous sert en faisant sa bonne épouse en écoutant attentivement mon père. 

 -M. Beaumont de la compagnie de papier dont je te parlais l'autre jour.

-Ah! oui, oui... répond ma mère.

Je ne portais pas plus attention à la conversation que cela. Je picossais dans mon assiette avec ma fourchette, la tête dans la main. J'ai pris peut-être une ou deux bouchées de mon poulet et de mes brocolis froids. 

-Adélaïde? 

Je lève les yeux vers ma mère qui me regardait. Tout le monde à table me regardait.

-Oui?

-Ton père t'as posé une question.

Je tourne les yeux vers papa pour qu'il se répète.

-Comment s'est passée ta journée, ma chouette?

-Bien, j'imagine. Carla a un nouveau copain. Je ne sais pas si ça va durer, ces deux-là.

Du bout des doigtsWhere stories live. Discover now