chap : 7

1.6K 69 7

À mon grand soulagement, il n'est plus question de Louis tomlinson ce soir-là. Après avoir grignoté mon sandwich, je m'assieds à la table de la salle à manger avec zayn et tandis qu'il rédige son article, je termine ma dissertation sur Tess d'Urberville. Pauvre fille, elle était vraiment au mauvais endroit et au mauvais moment du mauvais siècle. Il est minuit quand j'y mets le point final. Zayn est couchée depuis longtemps. Je titube vers ma chambre, exténuée mais ravie d'avoir abattu autant de travail. Blottie dans mon lit en fer forgé blanc, je m'enroule dans l'édredon confectionné par ma mère et je m'endors instantanément. Cette nuit-là, je rêve de lieux obscurs, de sols froids, blancs et sinistres, et d'un regard bleu. Le reste de la semaine, je me lance à corps perdu dans mes études et mon boulot a la boutique . zayn révise tout en compilant une dernière édition du journal des étudiants avant de passer la main à la nouvelle rédactrice en chef. Mercredi, il va beaucoup mieux et je n'ai plus à supporter le spectacle de son pyjama rose en pilou avec ses petits lapins. J'appelle ma mère à Savannah pour prendre de ses nouvelles ; je veux qu'elle me souhaite bonne chance, pour mes examens. Elle me raconte sa dernière lubie, fabriquer des bougies - ma mère n'arrête pas de se lancer dans des entreprises farfelues. Au fond, elle s'ennuie et cherche à tuer le temps, mais elle a la capacité de concentration d'un poisson rouge. La semaine prochaine, elle sera déjà passée à autre chose. Elle m'inquiète. J'espère qu'elle n'a pas hypothéqué sa maison pour financer ce nouveau projet. Et j'espère que Bob- son mari -, beaucoup plus âgé qu'elle, la surveille un peu maintenant que je ne suis plus là. Il me semble beaucoup plus pragmatique que le Mari Numéro Trois.

_Anne:"" Et toi, ça va, hazza ?".

J'hésite un moment avant de répondre, ce qui pique la curiosité de ma mère.

H:"Ça va. "

A:" haz ? Tu as rencontré quelqu'un ? Ça alors... comment a-t-elle deviné ? Elle frétille d'excitation, ça se devine, rien qu'à l'entendre.

H:" Non maman. Tu serais la première à l'apprendre."

A :" Il faut vraiment que tu sortes plus souvent, mon chéri. Tu m'inquiètes."

H:" Maman, tout va bien, je t'assure. Et Bob, ça va ? "Comme toujours, la meilleure stratégie, c'est de changer de sujet. Plus tard ce soir-là, j'appelle des , le Mari Numéro Deux de maman, que je considère comme mon père et dont je porte le nom. Notre conversation est brève. En fait, il ne s'agit pas d'une conversation mais plutôt d'une série de questions - les miennes - auxquelles il répond par des grognements. Des n'est pas bavard. Mais il est encore en vie, il regarde encore le foot à la télé (sinon, il fait du bowling, fabrique des meubles ou bien il pêche à la ligne). Des est doué pour la menuiserie et c'est grâce à lui que je sais distinguer une scie à chantourner d'une égoïne. Il a l'air en forme. Vendredi soir, zayn et moi sommes en train de nous demander que faire de notre soirée- nous voulons faire une pause dans notre travail - lorsqu'on sonne à la porte. C'est mon grand pote liam, une bouteille de Champagne à la main.

H:" liam ! Quelle bonne surprise ! Entre ! dis-je en le serrant dans mes bras. Liam est le premier ami que je me suis fait à la fac : je l'ai rencontré dès mon arrivée, aussi esseulé et perdu que moi. Depuis ce jour-là, c'est mon âme sœur. Non seulement nous avons le même sens de l'humour, mais nous avons aussi découvert que Ray et des Senior avaient fait partie de la même unité à l'armée. Du coup, nos pères sont devenus amis, eux aussi. Liam prépare un diplôme d'ingénieur : il est le premier de sa famille à faire des études supérieures. Mais sa véritable passion, c'est la photo.

L:" J'ai de bonnes nouvelles, m'annonce-t-il en souriant.

H:" Laisse-moi deviner : tu n'es pas recalé ! "Il fait semblant de me foudroyer du regard.

L:"J'ai une expo à la galerie Portland Place le mois prochain."

H:' C'est génial ! Félicitations ! Ravie pour lui, je le serre à nouveau dans mes bras. Zayn lui sourit aussi.

Z:" Bravo liam ! Je vais l'annoncer dans le journal." Rien de tel qu'un changement de sommaire à la dernière minute un vendredi soir. Il soupire, faussement agacée.

L:" On va fêter ça. Évidemment, tu viens au vernissage, me dit liam en me dévisageant intensément.

fifty shades of tomlinsonLisez cette histoire GRATUITEMENT !