56.Ezra♤

414 35 9
                                          

On est toujours assis l'un à côté de l'autre, la foule diminue peut a peut de la fête foraine, nous sommes dans notre petite bulle , on pense, sans dire un mot…

-Dis Adam, tu veux faire quoi plus tard toi ?

-Je veux faire des études de psychologie, puis installer mon propre cabinet. Quand j'aurais dix neuf ans, je partirai d'ici.Je ferai des longues études de cinq ans, six, sept, le temps qu'il faudra. Dans une grande école. Pour me payer le loyer de mon studio, en attendant d'avoir mon vrai métier, je bosserai sûrement en tant que serveur…. Et toi ? Tu veux faire quoi ?

Je me sens conne. Mais terriblement conne. Vraiment. Je ne sais pas si je dois être surpris qu'Adam ait autant d'ambition, ou surpris parce qu'il veut être psychologue.Mais ça n'a pas d'importance. En attendant, moi à côté, je suis pas capable de dire quel métier je veux faire plus tard, alors que lui veut aider des gens, c'est beau. Je me dis que c'est bien parti pour lui parce qu'il n'est pas tellement bavard, il préfère écouter et c'est ce qu'il faut savoir faire, je suppose, pour être un bon psychologue. Écouter. C'est ce qui a toujours fait avec moi.

-Je veux vivre au bord de la mer.

Je ne pourrais jamais vivre en ville. C'est tellement triste, les camions, les usines, les voitures, les gens pressés, qui marchent vite, qui bousculent, la misère, la violence, les bruits incessants des moteurs qui grondent, les patrons qui t'engueulent quand t'arrive en retard à ton bureau carré, bien rangé, bien comme il faut, quand t'es pas assez bien habillé, pas comme les autres. Quand t'es différent. Les gens pensent que c'est pas une bonne idée d'être différent, que ça apporte des ennuis, ils trouvent qu'il vaut mieux penser comme tout le monde, agir comme tout le monde, s'habiller comme tout le monde, être à la hauteur, comme tout le monde, être con, comme tout le monde.

Il hoche la tête comme si c'était quelque chose d'intéressant, de passionnant, comme si c'était un beau projet de vie. La vérité c'est que je n'ai pas envie de penser au futur parce que ça me fait peur. Je n'ai absolument aucune idée de ce que je vais devenir, de ce que je vais faire plus tard, parce que je ne sais pas non plus où je vivrais, avec qui, quand. Je sais juste que j'ai besoin d'Adam jusqu'à la fin de mes jours et que je veux finir ma vie avec lui dans un petit appartement face à la mer,  un lieu paisible. Ça, ce serait l'idéal. Vraiment.

Mais pour être honnête, ça me fait peur. Parce que je sais que c'est pas possible, il vient de me le dire, il veut faire ses études de psychologie, avoir un bon métier, bien payé, avoir sûrement une grande maison en ville, une belle voiture et des enfants bien élevés avec une femme charmante et cultivée. Je suppose que c'est son idéal à lui alors que le mien est tout différent. Moi je veux juste vivre au bord de la mer avec lui et c'est tellement pourri comme ambition, c'est tellement pourri comme avenir, mais j'ai rien d'autre. Ça fait des années que je réfléchis à ça, à ce que je vais faire plus tard, à quel métier je vais exercer, dans quelle catégorie de gens je vais me placer, me ranger. Et je ne sais pas. Ça fait des années que je suis dans le brouillard.

-Moi aussi, je veux vivre au bord de la mer.

J'ai envie de lui demander si on vivra ensemble, j'ai envie qu'on planifie tout ça ensemble, j'ai envie qu'on rêve ensemble mais les mots ne sortent pas parce qu'il a sûrement autre chose de prévu dans sa tête. Avec quelqu'un d'autre. Et moi, j'aurais l'air de quoi, si je lui demande ça comme ça ? Tiens Adam, ça te dis que plus tard on prenne un petit appartement en face de la mer,  ensemble avec un chien , toi tu deviens psychologue, moi je fais des petits jobs par ci par là jusqu'à ce que je sois trop vieille pour travailler ? Non. Pourtant ce serait sûrement la seule chose dont je serais fier. C'est aussi la première fois que je souris en pensant à ce que je pourrais faire de ma vie, c'est la première fois que je me surprend à rêver comme ça.

-Et, Adam?

Il tourne la tête. Nos regards se croisent.

-On vivra au bord de la mer à deux ?

Il n'a pas l'air surpris. Il n'hésite même pas une seconde.

-Oui, Ez.

-C'est vrai ?

-Oui, c'est vrai.

-On aura un chien?

-Oui. Un chien,  un mâle ou une femelle ?

-Comme tu veux, Adam…

-D'accord.

-Toi tu seras un grand psychologue.

-Tu crois ?

-Oui. J'en suis sûr.

Je n'ai pas envie de tomber dans le cucul et le cliché, même si je crois qu'on est à la limite d'un film à l'eau de rose. Alors je change de sujet. Parce que de toute façon, ça me gêne tellement de parler de ça avec lui, de ce qu'on va faire plus tard….

Il commence à faire nuit.

Heureusement que je l'ai rencontré. Il me donne envie de vivre encore des années et des années et c'est quelque chose que je n'avais plus ressenti depuis longtemps, ça avait fait un trou, une crevasse quelque part en moi. L'envie de vivre. Elle s'était évaporée quelque part dans l'air et avait laissé derrière elle un fossé qui s'était creusé, creusé, creusé. Tous les jours. Parfois, je me souviens, je me regardais dans le miroir, je souriais en me disant « Mais regarde-toi, putain, regarde-toi. Tu vois à quoi tu ressembles ? T'es tellement faux à sourire comme une débile devant ton miroir alors qu'au fond de ton âme t'as même plus de raisons valable d'être sur cette Terre ». Maintenant j'en ai une.

-Adam?

- Oui

- Pourquoi tu veux devenir psychologue ?

Il se tourne à nouveau vers moi, avec son air concentré, et c'est comme si la terre entière retenait son souffle avec nous. Il prend une grande inspiration, sans me quitter du regard.

- Parce que j'ai envie d'être un psychologue différent, je me contenterai pas de juste hocher la tête en écoutant les gens parler de leur vie, terrorisés,  pendant toute une consultation . J'essaierai de comprendre leurs âmes...Je forcerai même pas mes patients à parler, je leur poserai pas de questions, ils me diront ce qu'ils voudront, quand ils voudront, mais je les écouterai tout simplement et ce sera pas cher, vraiment pas, de toute façon j'ai pas besoin d'argent pour être heureux et les autres n'ont plus, n'ont pas à payer pour aller mieux.

Adam sera le meilleur psychologue au monde, c'est certaine.

Je crois que je commence à fatiguer. Il va falloir que je rentre, et pourtant ce soir, c'est la première fois que ça m'arrive, la première fois que ce sentiment-là me traverse, la première fois que je me dis : « Je ne veux pas partir, je veux rester là jusqu'au matin. »




Juste entre amoureux |●TERMINÉELà où vivent les histoires. Découvrez maintenant