54.Ezra ♤

430 38 0
                                          

Deux jours s'étaient écoulés .

Nous étions ensemble enfin presque, au lycée il était au côté de Betty et moi je devais tout simplement jouer l'aveugle et restée dans l'ombre .Nous avions décidé d'être discret.

J'attendais Adam assise à l'arrêt de bus. Je lisais un autre chapitre de mon précieux livre ,les larmes aux yeux. Je n'avais pas vraiment eu le temps de lire et donc j'en profitais pour me rattraper.

《Je ne suis pas très forte en maths, mais je sais une chose : il existe des nombres infinis entre 0 et 1. Il y a par exemple : 0,1 et 0,12 et 0,112 et tout une ribambelle d'autres nombres infinis. Evidemment, l'ensemble de nombres infinis compris entre 0 et 2 ou 0 et 1 000 000 est beaucoup plus important que celui entre 0 et 1. Certains infinis sont plus vastes que d'autres, nous a appris un écrivain qu'on aimait bien, Augustus et moi. Il y a des jours, beaucoup de jours, où j'enrage d'avoir un ensemble de nombres infinis aussi réduit. Je voudrais plus de nombres que je n'ai de chances d'en avoir d'en avoir, et pour Augustus Waters, j'aurais voulu tellement plus de nombres qu'il n'en a eus. Mais, Gus, mon amour, je ne te dirais jamais assez combien je te suis reconnaissante de notre petite infinité. Je ne l'échangerais pas pour tout l'or du monde. Tu m'as offert une éternité dans un nombre de jours limités, et j'en suis heureuse.》 Hazel Grace

Je sentis mon cœur se compresser. Je m'imaginais être à la place d'Hazel, faisant augmenter la douleur en moi. J'avais mal pour elle. Je souffrais avec elle.

Je continuais ma lecture le cœur noué et la gorge sèche. Une larme salée vint dégringoler le long de ma joue. J'affectionnais tout particulièrement son personnage et son histoire d'amour avec Augustus Waters. Et le fait qu'elle soit malheureuse me crevait le cœur. Ce livre était poignante...

« Salut, qu'est-ce qu'il y a? » me demanda Adam qui venait de s'installer à mes côtés.

Les yeux humides, je le regardais, surprise de le voir.

Je n'avais même pas vu le temps passer. J'étais tellement prise dans mon roman que je n'avais pas réalisé qu'il était déjà là.

Son regard plongé dans le mien, ses yeux m'interrogeait en attendant une réponse de ma part.

Pouvait-il comprendre une telle chose si je lui expliquais ? Après tout c'était un homme, et je doutais qu'un homme puisse comprendre ce genre de chose.

Mais dans un sens, il m'avait plusieurs fois étonnée par son attitude si tendre et si compréhensive que je ne pensais pas trouver chez les hommes.

Je ne voulais pas qu'il me trouve ridicule ou quelque chose qui s'en rapproche.

« Tu.. », hésitais-je. « Tu peux me prendre dans tes bras s'il te plaît? »

J'avais besoin de réconfort. De tendresse.

J'avais rapidement oublié l'idée de lui expliquer pourquoi j'étais dans cet état, ayant peur qu'il ne puisse pas comprendre. Je lui demandais juste de me serrer fort contre lui. Je voulais me sentir en sécurité. Et ses bras étaient le seul endroit où je pouvais trouver cette sensation.

Malgré qu'il soit perdu, il acquiesça de la tête et ouvra ses bras pour que je puisse m'y loger. Je ne perdis pas de temps avant de me blottir tout contre lui, laissant mon livre se refermer dans ma main. Je calais ma tête contre son torse profitant des battements réguliers de son cœur pour me calmer.

Il referma ses bras autour de moi, me serrant fort contre lui comme si il voulait me montrer qu'il était là pour moi et qu'il ne lâcherait pas.

J'aimais quand il faisait cela. J'aimais me sentir soutenue par lui.

Juste entre amoureux |●TERMINÉELà où vivent les histoires. Découvrez maintenant