T H I R T E E N

54 8 8

Lugubre. Cette bibliothèque était probablement la pièce la plus lugubre que Darcy n'avait jamais visité, et pourtant, dieu savait dans combien d'emmerdes elle avait réussi à se fourrer au cours de sa vie, et combien de nuit elle avait dû passer dans des endroits à faire en faire pâlir la famille Warren* sur des générations. Il fallait dire que cette pièce n'avait rien pour elle qui puisse la rendre un minimum chaleureuse : de grandes étagères en bois sombre se chevauchant de façon quasi labyrinthique, des fenêtres étroites ne laissant passer que de minces filets de lumière, même en plein jour, des centaines et des centaines de livres projetant des ombres biscornues sur les murs et en plus de cela un dieu nordique psychorigide à l'aura aussi glaciaire qu'une colonie de yétis comme squatteur à temps complet. Le seul charme que Darcy avait trouvé à cet endroit s'avérait être le grand télescope trônant en son centre et montant jusqu'au plafond-dome ridiculement haut de la pièce, mais l'orage se déchaînant au dehors, le toit en verre était littéralement noyé sous la pluie, troublant toute opportunité d'apercevoir le ciel.

En plus, elle s'ennuyait. Ayant terminé le seul livre en anglais qu'elle avait déniché dans les casiers du rez-de-chaussée, et n'ayant clairement pas la motivation d'aller fouiller dans les recoins sombre et poussiéreux de la bibliothèque, elle se voyait obligée d'attendre qu'une occupation lui tombe du ciel. Résultat des courses, elle était assise sur le sol, face à un Loki au visage fermé et impassible plongé dans sa lecture, condamnée à écouter le vent fouetter les façades du bâtiment jusqu'à l'aube. Au moins, se disait-elle, je ne retomberai pas malade. Et c'était vrai, pour protéger les livres de l'humidité et abriter les outils, tout l'étage semblait isolé, et, en plus de bloquer lumière et son, faisait barrage même aux plus ridicules courants d'air.

Enfin bon, cela dit, elle ne comprendrait jamais comment des scientifiques pouvaient travailler ici sans finir par mettre le feu au parquet. C'était déprimant à s'en arracher les cheveux.

Poussant un énième soupir de lassitude, elle frappa sa tempe contre la paroi du mur et s'attira les foudres du regard de Loki. Elle l'agaçait, c'était certain, mais il n'avait pas le droit de se plaindre. Après tout c'était lui qui avait tenu à la faire monter pour échapper à l'orage, il ne devait pas s'attendre à ce qu'elle reste assise bien tranquillement à attendre que le temps passe.

« N'as-tu rien de mieux à faire ? » grinça-t-il en se replongeant dans sa lecture.

Darcy l'observa, assis avec la prestance d'un prince, droit comme un i dans son sweat-shirt, et esquissa un sourire cynique.

« Non, puisque j'ai terminé Harry Potter aujourd'hui, je n'ai rien de mieux à faire »

« Nous sommes cloîtrés dans une bibliothèque, tu n'as qu'à lire autre chose »

« Tu es la seule personne dans cette pièce qui comprenne le norvégien, Cerveau givré »

Son regard azur voilé par la monture de ses lunettes rouges s'égara un instant dans l'exploration visuelle des étagères, avant de revenir vers le Jotun.

« Tu n'as qu'à me faire la lecture »

Loki n'eut, en apparence, aucune réaction, mais au fond de lui, un sourire profondément méprisant avait tordu ses traits.

« Certainement pas »

Boudeuse, Darcy se renfrogna.

« C'est ça où je vais passer les dix prochaines heures à frapper ma tête contre ce mur »

« Tu te fractureras le crâne avant même que la lune n'entame sa descente »

« Je m'en fous, j'aurais au moins le mérite d'être morte en faisait chier le plus grand crétin des glaces de ce saint univers »

 แŽค๐‘ข๐‘Ž๐‘Ÿ๐‘Ž๐‘›๐‘ก๐‘Ž๐‘–๐‘›๐‘’ ๐Œผ๐‘–๐‘‘๐‘”๐‘Ž๐‘Ÿ๐‘‘๐‘–๐‘’๐‘›๐‘›๐‘’ | ๐•‹๐”ธ๐•Š๐”ผโ„๐•‹โ„๐•€โ„‚๐•‚๐•ŠWhere stories live. Discover now