48.Adam♤

423 28 5
                                          

Je décide de sortir pour la rattraper mais rien ,elle a déja disparus.

le groupe décide de resté manger et de traîné encore un peu mais une pars de moi me dit de rentrer .

-Je vais devoir rentrer chez moi. Annonçais- Je

-D'accord,je vais rentrer aussi répondit Betty tu me raccompagnes?

Merde. En fait, j'ai carrément oublié ce qu'un petit amie doit faire. Je n'ai pas envie d'en être un ce soir, c'est elle qui m'a proposé cette sorti et moi, j'ai encore envie de partir. Alors si elle veut rentrer chez elle, elle peut très bien le faire toute seule. Sérieusement. Elle est gentille, drôle, et tout ça. Mais j'ai carrément la flemme de la raccompagner jusque chez elle.

-Je te ramènerais une prochaine fois ?

-Bon, d'accord... A demain, bébé.

Je lui fais la bise et dit aurevoir à tout les autres puis je continue mon chemin. En fait, il n'y a pas de chemin. Je continue de marcher longtemps, je longe simplement la rue, en me demandant jusqu'où je pourrais aller comme ça. S'il y a une fin. Une barrière. Les rues sont déserte et je me sens bien. Je me sens moi-même. Je me sens comme le roi du monde, ici. Je peux crier aussi fort que je veux. Et peut-être que c'est ça, la liberté ?

Je sens quelques goûtes d'eau glisser sur ma nuque. Il pleut. De toute façon, il est tard, je dois rentrer. Je pivote sur moi-même pour faire demi-tour et je marche à nouveau.

Et puis je l'aperçois. Et... Putain. Qu'est-ce qu'elle fout là... C'est pas vrai.

Ezra est là.

Ezra est là et je commence vraiment à flipper. Parce qu'elle est assise sur le trottoir, une clope au bec. Je m' immobilisé devant elle. Je ne sais pas depuis combien de temps elle est là, je ne l'avais pas vu arriver. Et putain, mais... Putain, qu'est-ce qu'elle fout ici ? Je vais l'ignorer. Je vais la laisser seul, faire comme si je ne l'avais pas vu. Comme si elle n'existait pas. Je vais rentrer me mettre au chaud chez moi et... Je n'ai pas envie d'engager une conversation avec elle parce que là, tout de suite.

La vérité, c'est que j'ai peur d'elle .
J'ai peur de tout ce qu'on raconte à son sujet. J'ai peur qu'un jour, elle craque. Qu'elle n'arrive plus à supporter les insultes et qu'elle devienne aussi dangereuse que les rumeurs le dise , parce que, même si, à entendre les autres, c'est une psychopathe, je ne l'ai jamais vu faire de mal à qui que ce soit. Elle subit, elle. elle ne frappe pas.

Elle se contient. Et j'ai peur qu'un jour, elle n'y arrive plus. Parce que personne n'est capable de contenir autant de trucs....

Il pleut de plus en plus fort et ça ne semble pas la perturber le moins du monde. Moi, je continue mon chemin. J'essaye de ne pas faire attention à elle. Elle n'a pas l'air d'avoir l'envie de me parler de toute façon.

Ça y est. Je l'ai dépassé. Je continue de marcher.

-Pourquoi t'es passé devant chez moi, ce matin ?

Mon cœur loupe un battement. Je ne suis pas sûr d'avoir bien entendu. Peut-être que j'ai rêvé. Je me retourne lentement. Elle n'a pas bougé. Elle est toujours en train de fumée.

-Je voulais changer.Je n'avais pas envie de prendre le bus.

-T'as pas besoin de changer.

- Qu'est-ce que tu fais ici seul ?

Il pleut averse maintenant mais ni elle ni moi n'y prêtons attention.

-J'suis là c'est tout. Tu peux me laisser, maintenant ? J'aime bien être seul.

-Personne n'aime être seul.

-Si. Moi.

-Non. Tu te trompes. Personne n'aime être seul.

-Je te dis que j'aime l'être. Et puis qu'est-ce que tu me veux, à la fin ?!


Là, elle s'est carrément retourné et me fait face. Elle est assise et moi debout, et pourtant, je me sens minuscule. Je me sens petit par rapport à elle. Par rapport à toute la haine qu'elle semble garder, par rapport à toute la tristesse qui se dégage dans ses yeux, qui pétillent comme si un million d'étoiles étaient venues s'y réfugier.

-Rien, je veux rien.

-Alors casse-toi.

- Je ne suis pas amoureux d'elle.

-Qu..quoi mais..casse toi Adam.

Je la vois déstabilisée sans totalement comprendre sa réaction. Je comprends peu après que mes aveux étaient précipités et essaye de me corriger.

- ça t'es égale ?

elle reste silencieuse

- Dit quelque chose .

- Tu veux que je te dise quoi ? Quoi Adam? tu veut faire croire aux gens que vous deux, c'est parfait ? ou que sa le sera ?

- Qu'est-ce que tu en sais ? Tu n'as jamais eu de vraies relations...

Ezra ne répond pas, je pense qu'elle ne s'attendait pas à ce que je lui fasse une leçon sur la vie.

- Tu couches avec elle ? , elle demande.
- Oui, je mens.

c'est arriver qu'une seule fois

Ezra tourne de nouveau son regard vers moi. Ses magnifique yeux noir me transpercent.

- Tu l'aimes ?

- C'est grand "aimer", je lui fais remarquer.

Elle sourit tristement, l'air de dire que oui, c'est "grand" et que elle-même ne comprend pas ce sentiment. Sauf que ce n'est pas moi qui vais la contredire là-dessus.

- Tu as vraiment dû t'éclater à me faire croire pendant un moment que tu m'aimais, je réponds sans même m'en rendre compte.

- Je ne faisais pas totalement semblant Adam. Je t'appréciais.

- Et maintenant ?

- Je ne sais pas .

Juste entre amoureux |●TERMINÉELà où vivent les histoires. Découvrez maintenant