04

2.7K 405 3
                                    




Ce matin j'avais envie de changer un peu, donc j'ai porté une robe en wax près du corps qui se limitait au genoux avec une ceinture à la taille. J'ai bien plaqué mes cheveux et fais mon maquillage avant de sortir. Ce matin encore c'est koure qui va me conduire vu que les phares de ma voiture sont en miettes... À l'entreprise je passa saluer mon comptable, c'est l'employé le plus vieux et surtout le plus efficace, il était là depuis la création de la boîte, c'était un bon ami à mon père et Dieu sait qu'il a toujours bien fait son travail dans l'honnêteté. Dans mon bureau j'ai reçu mon planning de la journée. Une journée un peu chargée quand même mais bon ce n'est pas grave, je suis là pour ça. Après la réunion avec l'usine de jus de fruits, j'étais déjà énervée. Ce qu'ils veulent m'est impossible. J'appela ma secrétaire pour qu'elle m'envoie le directeur de la production qui s'est présenté à moi juste dans les minutes qui suivirent.

- écoutez Diallo, je ne peux pas dépassé la quantité régulière sans hausse de pourcentage de leur vente. C'est juste inéquitable, ceci est une entreprise pas une maison de charité. Si demain ils ne sont pas d'accord avec ma proposition, je ne renouvèlerai pas le contrat que ça soit clair.

- Ils estiment que plus de papaye est nécessaire à leur nectar.

- j'ai bien compris, cependant nous ne devons pas oublier que ce fruit fait partie des productions les plus rentables de l'entreprise, donc c'est hors de question !

- votre point de vue est justifié dans tous les cas. Parce que ça serait une perte pour nous. Même si elle est minime.

- vous n'avez pas compris Mr Diallo, ceci n'est pas mon point de vue mais ma décision. S'il veulent 10% de plus de papaye, qu'ils nous augmentent le revenu de +10% à prendre ou à laisser ! Aussi minime qu'elle soit une perte n'a pas sa place dans une entreprise !

- très bien madame.

- une dernière chose, assurez-vous que tout soit près pour la récolte d'ananas, les ouvriers ont annoncé que les champs étaient prêts.

- pas de problème.

Ici les gens aiment trop la facilité. Les Africains ont tellement prit la grosse tête a cause des éloges qu'ils nous font pour notre soit disante hospitalité et solidarité, qu'ils pensent que tout est gratuit. Entre nous enfants d'Afrique nous savons très bien ce qu'il en est. Et moi je ne compte pas rentrer dans ces baratins de "faveurs" qu'on me revaudrait par des paroles et rien de plus !!

...- Madame Mr Sidibé est arrivé, il est dans la salle de réunion.

- ok amènes le dossier, j'arrive.

J'espère que j'aurais vraiment un terrain d'entente avec lui pour pouvoir réalisé le souhait de mon père.

- Ya'Allah viens moi en aide.

Soufflais-je en me levant avant de fixer ma robe. J'entre dans la salle.

- Bonjou... c'est pas possible !

Ne pus-je pas m'empêcher de sortir quand il releva la tête, il eut la même réaction de surprise que moi. C'est bien lui le connard de la soirée et qui m'est rentré dedans hier dans la circulation.

- Voilà qu'on se revoit. Qu'est-ce que tu fais ici ? Tu travailles ici ? Bon appelle ton boss je n'ai pas trop le tem...

- Je suis le boss !

- Tu es la directrice ici ?

- oui, je suis propriétaire de cette boîte !

- c'est l'entreprise de Bachir, de quoi tu parles ? Et tu es supposée être sa nièce, c'est ainsi qu'il t'a présenté donc cette entreprise ne t'appartiendrait pas même par succession.

Braise de feuOù les histoires vivent. Découvrez maintenant