Prologue

13.7K 632 94
                                    


La nuit était tombée depuis longtemps et les ombres profitaient de l'obscure lumière de la Lune pourtant brillante pour jouer avec les peurs des gens et autres êtres vivants qui n'avaient pu se résoudre à aller dormir. À moins que les réverbères n'aient été la véritable source pour éclairer les chemins dans la nuit noire. Quelques chouettes effraies faisaient sursauter ceux qui ne pouvaient voir dans les ténèbres.

Mais Jalil était bien différent de ces passants. Il savait où il allait. Du moins, le pensa-t-il.

Les démons de la nuit auraient pu vouloir le perdre et l'écarter de son chemin, mais personne ne le dissuaderait dans sa quête. Pas même les quelques femmes qui lui offraient des regards lourds de sens et un sourire jovial, espérant de lui qu'il crache quelque argent en échange de service dont il n'avait besoin. Il esquiva les demoiselles, se demandant encore pourquoi on le guidait jusqu'ici, une rue malfamée et déconseillée pour les femmes et les hommes ne souhaitant aucun ennui.

Inspirant profondément, il s'appuya à un arbre. À force, la douleur allait lui faire tourner de l'œil.

Sentant que cela bougeait de nouveau, il sortit de sa poche un pendule fait d'une pierre étrange. La pierre se souleva, semblant s'énerver pour qu'il suive son indication alors qu'il avait décidé de s'arrêter un instant. Il rangea l'objet, prenant le chemin nouveau qui lui était indiqué. Et finalement, il atterrit sur une rue bien plus fréquentable. Le pendule s'agitait dans sa poche, lui indiquant la route à suivre et il ne s'en détourna pas.

Puis il se stoppa.

Un bâtiment se dressait devant lui, comme un obstacle. Une université parmi tant d'autres. Le campus semblait déserté. Les jeunes n'étaient-ils pas censés s'amuser même jusque très tard dans la nuit ?

— Ici ? questionna-t-il surtout pour lui-même.

De la lumière s'échappait de l'intérieur. Il devait s'agir d'un dortoir. Cela se devinait alors que de certaines fenêtres encore éclairées se distinguaient des lits et d'autres meubles, sans oublier les étudiants.

Quelques-uns sortaient, et le pendule se remit à jouer avec ses nerfs. S'il avait été hors de la poche, il aurait pointé ces trois individus.

Finis, murmura l'homme en latin.

Aussitôt, l'objet cessa de s'animer. Le groupe était composé de deux filles et d'un garçon. Les deux jeunes femmes partirent de leur côté, saluant l'homme qui leur conseillait de ne pas rentrer trop tard.

Pris d'une vive douleur, Jalil s'assit sur un banc. L'un de ces trois-là serait celui qui pourrait lui venir en aide. Il serait le seul avec une compatibilité totale, une puissance instinctive, une force exceptionnelle. Mais qui avait été désigné ?


Ting Ting, WitchingOù les histoires vivent. Découvrez maintenant